Advertisement

Un évêque catholique au Ghana critique les remarques d'un législateur sur la franc-maçonnerie

Mgr Joseph Osei-Bonsu, évêque du diocèse catholique de Konongo-Mampong au Ghana. Crédit : Radio Angelus Mgr Joseph Osei-Bonsu, évêque du diocèse catholique de Konongo-Mampong au Ghana. Crédit : Radio Angelus

Un évêque catholique du Ghana a reproché au député de la circonscription d'Effutu, dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, d'avoir déclaré que les catholiques étaient libres de rejoindre la société franc-maçonne.

Dans une interview accordée aux médias locaux au Ghana, le député Alexander Kwamina Afenyo Martin a révélé qu'il est membre de la société fraternelle. Le député a déclaré que son adhésion à cette société fraternelle réservée aux hommes et liée par serment n'affecte pas ses principes catholiques.

Dans une déclaration du mardi 29 novembre réagissant au commentaire du député, Mgr Joseph Osei-Bonsu, du diocèse catholique de Konongo-Mampong, a déclaré qu'il était "malheureux que l'honorable député ne connaisse pas l'enseignement de son Église sur cette question".

"Contrairement à ce que croit l'honorable Alexander Afenyo Martin, la franc-maçonnerie n'est pas approuvée par l'Église catholique", déclare l'évêque Osei-Bonsu, qui ajoute qu'"il est interdit aux catholiques de devenir francs-maçons."

L'évêque catholique ghanéen explique que l'Église catholique s'oppose à la fraternité de la franc-maçonnerie depuis sa création en 1717.

Advertisement

"Depuis la fondation de la Grande Loge d'Angleterre, onze papes ont explicitement condamné la franc-maçonnerie ou les principes maçonniques", précise-t-il.

Il mentionne les papes Clément XII, Benoît XIV, Pie VII, Léon XII, Pie VIII, Grégoire XVI, Pie IX, Léon, Pie IX, Pie X et Pie XI comme ceux qui ont rejeté cette société dont l'origine remonte aux guildes locales de tailleurs de pierre qui, à partir de la fin du 13e siècle, réglementaient les qualifications des tailleurs de pierre et leur interaction avec les autorités et les clients.

L'évêque de 74 ans, qui est à la tête du diocèse de Konongo-Mampong depuis sa consécration épiscopale et son installation en juin 1995, affirme qu'une condamnation récente de la fraternité franc-maçonne est contenue dans la déclaration sur les associations maçonniques publiée par la Congrégation pour la doctrine de la foi le 26 novembre 1983.

"Les principes maçonniques sont inconciliables avec la doctrine de l'Église, et l'appartenance catholique à la franc-maçonnerie est interdite", déclare Mgr Osei-Bonsu.

Il explique que la position de l'Église est que la franc-maçonnerie "est une religion à part entière avec ses doctrines, qui ne sont pas des croyances chrétiennes."

More in Afrique

"Pour cette raison, on ne peut pas être simultanément chrétien et franc-maçon", déclare Mgr Osei-Bonsu.

Il ajoute que ce que la franc-maçonnerie enseigne sur Dieu, le Christ, la négation du rôle de la grâce et du Christ dans le salut, la moralité, son attitude envers la Bible, l'eschatologie, les serments maçonniques et la notion de renaissance et d'illumination "ne peut pas être réconcilié avec les croyances chrétiennes."

"Pour cette raison, on ne peut être simultanément catholique et franc-maçon, tout comme on ne peut être catholique et musulman, hindou, shintoïste ou pratiquant d'une religion traditionnelle africaine. On devra faire un choix entre le catholicisme et la franc-maçonnerie", dit-il.