Advertisement

Un lecteur de Ratzinger : 5 livres pour vous aider à rencontrer le pape Benoît XVI

Crédit : Vatican Media Crédit : Vatican Media

Le pape Benoît XVI - surtout au cours de son extraordinaire carrière et de son ministère de théologien et de professeur - n'était pas seulement l'un des plus grands esprits du catholicisme mondial, mais aussi l'un des plus prolifiques.

Au cours de ses neuf décennies de vie, Joseph Ratzinger a écrit plus de 60 livres et plus de 1 300 articles, essais et travaux universitaires, trois encycliques et quatre exhortations apostoliques. Ces écrits vont des tomes de théologie profonde destinés au grand public aux réflexions spirituelles, en passant par les encycliques, les livres plus populaires et les entretiens. Ils couvrent la théologie fondamentale et dogmatique, l'exégèse biblique, la théologie spirituelle, le commentaire culturel et la catéchèse sur pratiquement tous les aspects possibles de la foi.

Commencer à lire son œuvre est une tâche intimidante, non seulement en raison de son volume, mais aussi de son sujet intimidant.

Voici cinq suggestions pour une liste de lecture de Benoît XVI. Elles couvrent plusieurs décennies et plusieurs sujets, mais chacune a été choisie comme emblématique de ses enseignements et chacune est également accessible au lecteur moyen. Toute liste est subjective, bien sûr, mais c'est un endroit potentiellement utile pour commencer à errer dans un esprit saint et profond.

"Introduction au christianisme" (1968)
Écrite alors que le père Ratzinger était encore trentenaire, l'"Introduction au christianisme" reste encore aujourd'hui l'une de ses œuvres les plus essentielles. Comme sa trilogie, "Jésus de Nazareth", écrite bien des années plus tard, cet ouvrage relativement court se voulait une introduction "de base" au christianisme, accessible et appréciable par tous. Basé sur une série de conférences, c'est aussi un ouvrage qui reflète ses propres explorations intellectuelles et spirituelles dans les années qui ont suivi la fin du Concile Vatican II en 1965 et qui inclut nombre des thèmes qui sont devenus les piliers de ses écrits et préoccupations théologiques ultérieurs, tels que le relativisme, l'historicisme, le subjectivisme, l'oubli de Dieu et la nécessité pour l'Église de proclamer Jésus-Christ à un monde moderne assoiffé de la rencontre avec le divin.

Advertisement

"La foi chrétienne, écrit-il, signifie vraiment (...) la reconnaissance que Dieu n'est pas le prisonnier de l'éternité (...) il est capable d'agir ici et maintenant, au milieu de mon monde."

Il est remarquable que l'ouvrage soit paru en 1968, l'année et à l'époque d'un immense bouleversement. Les toxines libérées alors se font encore sentir aujourd'hui, comme les révolutions sociales et sexuelles, le rejet par tant de personnes dans l'Église d'Humanae Vitae, les interprétations grotesques dans certains coins catholiques du Concile, la montée du cynisme et de la méfiance envers les institutions.

"Introduction au christianisme" est l'endroit idéal pour commencer toute lecture sérieuse de Ratzinger afin de nous situer avec une compréhension claire que Jésus-Christ est la réponse à toutes les questions à toutes les époques et que nous sommes appelés à avoir une relation sacramentelle avec lui.

"Le rapport Ratzinger" (1985)
Livre d'entretiens avec le journaliste italien Vittorio Messori, "Le rapport Ratzinger" présente une série d'entretiens réalisés sur plusieurs jours. À l'instar des livres d'entretiens ultérieurs que le pape Benoît a réalisés avec Peter Seewald, ce livre est une évaluation franche et précieuse de l'Église dans les années 1980 et quelque six ans après le début du pontificat de saint Jean-Paul II. À ce moment-là, M. Ratzinger était préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi depuis près de quatre ans, et ses réflexions sont particulièrement axées sur les immenses défis auxquels l'Église est confrontée.

Les sujets abordés sont très variés : l'esprit et la lettre véritables de Vatican II ; l'Église en tant qu'Église de Dieu, et non l'Église des laïcs ; la papauté, l'épiscopat et le rôle des conférences épiscopales ; le libéralisme, le relativisme et la permissivité de la société moderne ; la dignité de la liturgie, l'Eucharistie en tant que cœur de la foi et la différence entre solennité et triomphalisme ; la théologie de la libération, le marxisme et le capitalisme ; l'évangélisation et les raisons pour lesquelles Jésus est le seul Sauveur.

More in Afrique

Bien qu'il ait été publié il y a quarante ans, à une époque différente, le "Rapport Ratzinger" est extrêmement pertinent pour comprendre la pensée de Ratzinger qui s'exprimera plus tard lorsqu'il sera pape et pour apprécier comme lui les dangers auxquels le catholicisme est confronté. Ces thèmes seront repris à maintes reprises au cours des années suivantes, mais l'accent mis sur le Concile Vatican II est particulièrement intéressant. Loin de rejeter ses travaux, le cardinal Ratzinger a au contraire appelé à une interprétation et une mise en œuvre appropriées, citant l'"herméneutique de la rupture" et l'invocation de l'"esprit de Vatican II" qui ont créé tant de ravages et de dissensions au sein de l'Église.

Avec Jean-Paul II, il s'est efforcé de cimenter l'"herméneutique de la continuité et de la réforme" demandée par le Concile, mais il a également compris qu'il s'agissait d'un projet s'étendant sur l'avenir. Cela inclut la reconnaissance de l'orientation de la relation entre l'Église et le monde.

"Ce ne sont pas les chrétiens qui s'opposent au monde", dit-il de manière prophétique, "mais plutôt le monde qui s'oppose à eux lorsque la vérité sur Dieu, sur le Christ et sur l'homme est proclamée. Le monde s'indigne quand on appelle le péché et la grâce par leur nom. Après la phase d'"ouverture" aveugle, il est temps que le chrétien reprenne conscience d'appartenir à une minorité et d'être souvent en opposition avec ce qui est évident, plausible et naturel pour cette mentalité que le Nouveau Testament appelle - et certainement pas dans un sens positif - "l'esprit du monde". Il est temps de retrouver le courage du non-conformisme, la capacité de s'opposer à de nombreuses tendances de la culture ambiante, en renonçant à une certaine solidarité euphorique post-conciliaire."

Il anticipe également le cours inévitable de la culture occidentale, avec son libertinage sexuel et moral au nom d'une fausse et diabolique liberté : "La fécondité séparée du mariage fondé sur une fidélité de toute une vie passe du statut de bénédiction (telle qu'elle était comprise dans toutes les cultures) à son contraire : c'est-à-dire à une menace pour le libre développement du "droit de l'individu au bonheur". Ainsi, l'avortement, institutionnalisé, libre et socialement garanti, devient un autre 'droit', une autre forme de 'libération'."

"Appelés à la communion : Comprendre l'Église aujourd'hui" (1996)
Publié dix ans après le "Rapport Ratzinger", cet ouvrage relativement court a été décrit par son auteur comme une "introduction à l'ecclésiologie catholique". En effet, Ratzinger se concentre sur la nature et la mission de l'Église, mais comme il l'a toujours fait lorsqu'il parle et écrit sur l'Église, il va au cœur même des choses : ce n'est qu'en adoptant une vie christocentrique et eucharistique que nous pouvons vraiment comprendre l'Église. Cette lentille christologique profonde mais accessible pour aborder l'Église entraîne d'immenses ramifications pour le croyant.

Advertisement

Divisé en cinq chapitres et un épilogue, "Called to Communion" aborde les sujets suivants : L'origine et l'essence de l'Église ; La primauté de Pierre et l'unité de l'Église ; L'Église universelle et l'Église particulière : La tâche de l'évêque ; Sur l'essence du sacerdoce ; Une société en constant renouvellement.

Il est possible de voir dans cet ouvrage l'immense réussite de la thèse de doctorat de Ratzinger sur la théologie de saint Augustin, ainsi que sa réflexion au cours des décennies suivantes. Il s'appuie sur la description que fait saint Paul de l'Église comme Corps du Christ pour aider le lecteur à comprendre le rôle et la fonction propres de ses membres.

"Appelés à la communion" aborde également le thème majeur des écrits de Ratzinger sur la vraie et la fausse réforme dans l'Église. Il s'agit d'une question particulièrement pertinente aujourd'hui dans les appels fréquents à refaire l'Église à notre propre image, illustrés par le chemin synodal allemand. Comme il l'écrit : "Ce qui est grand et libérateur dans l'Église, ce n'est pas quelque chose que l'on fait soi-même, mais le don qui nous est fait à tous. Ce don n'est pas le produit de notre propre volonté et de notre propre invention, mais il nous précède et vient à notre rencontre comme la réalité incompréhensible qui est 'plus grande que notre cœur' (cf. 1 Jn 3,20). La réforme qui s'impose en tout temps ne consiste pas à remodeler constamment "notre" Église selon notre goût, ou à l'inventer nous-mêmes, mais à débarrasser sans cesse nos constructions subsidiaires pour laisser entrer la pure lumière qui vient d'en haut et qui est aussi l'aube de la pure liberté."

"Le sel de la terre" (1997)
Le premier des quatre livres d'entretiens que Ratzinger a accordés au journaliste allemand Peter Seewald - avec "Dieu et le monde" (2002), "Lumière du monde : Le pape, l'Église et les signes des temps" (2010) et "Le dernier testament : In His Own Words" (2016) - "Salt of the Earth" a suivi les traces du "Rapport Ratzinger", tant par son style que par nombre de ses thèmes. Seewald a eu la possibilité de s'asseoir et d'interviewer le cardinal de l'époque une heure par jour pendant plusieurs jours, mais il a également eu la précieuse permission de poser des questions difficiles à un cardinal qui n'avait pas reçu les questions à l'avance. Le résultat est un livre, comme "Le rapport Ratzinger", qui est rempli d'évaluations brutales mais charitables de l'état de l'Église et du monde.

Deux aspects du livre sont particulièrement précieux. Tout d'abord, il commence par des réflexions personnelles sur sa famille, puis sur son parcours de prêtre, de théologien et d'évêque. Deuxièmement, l'interview a été réalisée peu avant la fin du 20e siècle et le début du nouveau millénaire, ce qui signifie qu'il a pu envisager les crises du passé, les défis de l'avenir et l'espoir d'un nouveau millénaire.

Seewald soulève une foule de questions, y compris les grandes controverses morales ainsi que le soi-disant "canon de critiques" toujours lancé contre l'Église : le célibat, l'ordination des femmes et le remariage des personnes divorcées. Les réponses de Ratzinger sont importantes car elles expriment à nouveau qu'il y a une fixation sur les critiques des libéraux au grand détriment du mandat de proclamer l'Évangile.

"On n'accorde pas assez d'attention au fait que 80 % des gens de ce monde sont des non-chrétiens", répond Ratzinger, "qui attendent l'Évangile, ou auxquels, en tout cas, l'Évangile est également destiné, et nous ne devrions pas être constamment en train d'agoniser sur nos propres questions, mais réfléchir à la manière dont nous, chrétiens, pouvons exprimer aujourd'hui dans ce monde ce que nous croyons et ainsi dire quelque chose à ces gens."

Il y a également une réaffirmation remarquable de la thèse fondamentale de Ratzinger selon laquelle nous ne devons pas, en tant que chrétiens, abandonner la recherche de la vérité. La vérité, dit-il, "doit rester la catégorie centrale. Comme une exigence à notre égard qui ne nous donne pas de droits mais requiert, au contraire, notre humilité et notre obéissance et peut nous conduire sur le chemin commun."

"Jésus de Nazareth" (2007, 2011, 2012)
Premier d'une trilogie sur la personne de Jésus-Christ, "Jésus de Nazareth : du baptême dans le Jourdain à la Transfiguration" a été le premier livre écrit par le pape Benoît XVI après son élection. Il a été suivi de "Jésus de Nazareth : la semaine sainte" (2011) et de "Jésus de Nazareth : les récits de l'enfance" (2012).

Le pape Benoît XVI apporte toutes ses décennies d'étude et de prière à l'immense tâche de révéler le Christ au lecteur moderne et s'appuie sur un vaste éventail de sources pour tisser un récit captivant qui est aussi sans doute le plus accessible de tous ses écrits. Il est également remarquable que le pontife déclare dans son introduction qu'il ne s'agit "en aucun cas d'un exercice du magistère". Il s'agit plutôt d'un livre de Joseph Ratzinger et de la "recherche personnelle du visage du Seigneur" par un croyant. Il ajoute : "Chacun est libre, alors, de me contredire". Pour un théologien qui a fait du Christ le centre de toutes choses, rendre justice au sujet traité était une tâche colossale, qui a nécessité des années de travail, à partir de 2003.

Benoît XVI examine l'ensemble du ministère public de Jésus, y compris le baptême de Jésus, le sermon sur la montagne, le sens des paraboles, l'appel des Douze, la confession de Pierre et la Transfiguration. Tout au long de son exposé, il pose la question suivante : "Qu'a apporté Jésus en réalité ?"

Benoît répond : "Dieu. Il a apporté Dieu ! Il a apporté le Dieu qui, autrefois, dévoilait progressivement son visage, d'abord à Abraham, puis à Moïse et aux Prophètes, et enfin dans la littérature de la Sagesse - le Dieu qui n'a révélé son visage qu'en Israël, même s'il était aussi honoré chez les païens sous diverses formes d'ombre... Il a apporté Dieu, et maintenant nous connaissons son visage, maintenant nous pouvons l'invoquer. Nous connaissons maintenant le chemin que nous, les êtres humains, devons emprunter dans ce monde. Jésus a apporté Dieu et, avec Dieu, la vérité sur notre destination et nos origines : la foi, l'espérance et l'amour."