Advertisement

Un évêque d'Afrique du Sud met en garde les prêtres contre l'organisation de grandes célébrations d'anniversaire

Membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC). Crédit : SACBC Membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC). Crédit : SACBC

L'évêque du diocèse catholique de Mthatha, en Afrique du Sud, a exhorté les prêtres à célébrer leurs 10 ans de sacerdoce avec modestie et à ne pas dépenser beaucoup d'efforts pour organiser de grandes célébrations.

Dans son discours d'ouverture de l'assemblée plénière de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC), mercredi 18 janvier, Mgr Sithembele Anton Sipuka a invité les prêtres à se référer aux monuments commémoratifs et aux fêtes de l'Église pour célébrer leurs anniversaires.

"Je veux noter un phénomène croissant de grandes célébrations pour le 10ème anniversaire des prêtres. C'est un signe d'appréciation de son sacerdoce que de célébrer n'importe quel anniversaire, mais il ne faut pas exagérer", a déclaré Mgr Sipuka.

Il a expliqué : "Si la liturgie, avec ses rangs de fêtes, de l'ordinaire au mémorial facultatif, au mémorial, à la fête et à la solennité, peut être prise comme référence pour célébrer les anniversaires, on comprendra que cela signifie que nous ne pouvons pas célébrer chaque anniversaire comme une solennité."

Il a lancé un appel aux prêtres pour qu'ils se gardent de la culture de "vouloir être trop fêtés", ajoutant : "Ne pas se prémunir contre cette tentation confirmera l'accusation de cléricalisme où nous, prêtres et évêques, nous attendons à être traités différemment des religieuses et des fidèles qui n'ont pas l'habitude d'avoir un splash et une fête banquet du 10e anniversaire."

Advertisement

"Faisons-le modestement, sans fanfare ni plouf", a déclaré le président du SACBC.

Faisant allusion aux sujets de discussion de la plénière, Mgr Sipuka a déclaré que la situation des prêtres, qu'il a qualifiés de "plus proches collaborateurs" des évêques dans la région de l'Afrique australe, doit être discutée en profondeur.

Mgr Sipuka a évoqué la possibilité que certains prêtres de la région n'aient pas de directeur spirituel et ne se confessent pas régulièrement.

"Nous présumons que, comme on s'y attendait lorsqu'ils étaient encore au séminaire, tous nos prêtres ont un directeur spirituel et se confessent régulièrement, mais ce n'est pas nécessairement le cas", a déclaré l'évêque de Mthatha.

Il a ajouté : "Je n'ai pas de solution à ce problème car nous n'avons pas assez de prêtres et de religieuses comme directeurs spirituels. Néanmoins, je soulève cette question afin que nous puissions nous y attaquer car, comme vous en conviendrez, les conséquences d'un manque de direction spirituelle et de confession pour les prêtres sont effroyables à contempler."

More in Afrique

Entre-temps, l'évêque catholique a condamné l'agression signalée dans un centre de vacances de Bloemfontein, où des Blancs auraient violemment empêché des adolescents noirs d'utiliser une piscine.

L'évêque sud-africain affirme que l'incident a provoqué des tensions raciales, ajoutant : "Après presque 30 ans de nouvelle dispensation, il s'agit d'une nouvelle manifestation du manque persistant de cohésion sociale en Afrique du Sud."

"Si nous prenons au sérieux l'absence ostensible et continue des Blancs dans notre célébration diocésaine et d'autres manifestations du manque de coopération et de fraternité entre les catholiques noirs et anglophones, nous aussi, dans l'Église, sommes assis sur un manque de cohésion et comment espérons-nous la défendre dans la société quand nous ne l'avons pas nous-mêmes", a-t-il déclaré.

Selon l'évêque, qui est à la tête du diocèse de Mthatha depuis son ordination épiscopale en mai 2008, les Blancs, pour la plupart, ne répondent pas au rameau d'olivier que les Noirs ont donné et continuent de donner.

"Il faut que cela soit dit et qu'un appel à la conversion soit lancé", a déclaré Mgr Sipuka le 18 janvier.

Advertisement