Le nouvel archevêque de l'archidiocèse de Juba au Sud-Soudan installé.

Les évêques du Sud et du Sud-Soudan lors de la messe d'installation de l'archevêque Stephen Ameyu, messe à laquelle ont également assisté le délégué de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, Mgr Visvaldas Kulbokas et le chargé d'affaires de la nonciature apostolique du Sud-Soudan, Mgr Mark Kadima.
Credit: ACI Afrique

Après des mois d'impasse opposant une partie du clergé et des fidèles laïcs de l'archidiocèse catholique de Juba au Soudan du Sud et au Vatican à propos du transfert de Mgr Stephen Ameyu de Torit à Juba, le nouvel archevêque a été installé dimanche 22 mars.

Lors de l'événement, l'archevêque émérite a souligné la nécessité de "réconciliation et de guérison parce que nous sommes profondément blessés".

Le pape François a nommé Mgr Ameyu comme nouvel archevêque de Juba le 12 décembre, une nomination à laquelle se sont opposés certains membres du clergé et des fidèles laïcs de l'archidiocèse qui ont écrit de multiples lettres de protestation à la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, Propaganda Fide, basée au Vatican.

"La congrégation était joviale et on ne pouvait pas remarquer que des questions conflictuelles existaient. Les fidèles ont exprimé leur frustration et ont reproché aux manifestants d'avoir rendu l'Église catholique peu sûre au point d'être hautement gardée par les soldats", a rapporté le correspondant de l'ACI Afrique basé à Juba à propos de l'événement dominical au cours duquel le nouvel archevêque a été nommé administrateur apostolique du diocèse de Torit.

L'archevêque émérite de Juba, Paolino Lukudu Loro, a déclaré qu'il était heureux d'être libéré de la responsabilité de l'Église après avoir servi pendant plus de quatre décennies.

"Après 45 ans au service de l'Église catholique en tant qu'administrateur apostolique, évêque et archevêque et prêtre, je suis enfin libre", a déclaré Mgr Lukudu, qui a remercié le clergé, les religieux et religieuses et les fidèles laïcs "d'avoir accueilli Mgr Ameyu dans l'archidiocèse de Juba".

Mgr Lukudu a pris ses distances par rapport aux controverses qui ont caractérisé la nomination de son successeur, qui a consisté en l'envoi de lettres très fermes exprimant un rejet catégorique du choix du Saint-Père avec des menaces de violence si la nomination était maintenue.

"Mon cher peuple de Dieu, ce qui s'est passé dans l'archidiocèse de Juba depuis décembre jusqu'à présent, la confusion ne vient pas de nous, la confusion vient de l'extérieur", a déclaré le prélat Sud-soudanais de 79 ans, en faisant référence aux auteurs des lettres de protestation.

Dans les lettres de protestation, les signataires se désignaient comme "les représentants de divers groupes de fidèles indigènes (clergé, chefs, femmes et jeunes) de l'archidiocèse de Juba".

"Cette installation ne se fera pas sous notre surveillance. Le Nonce ou ses substituts ne peuvent installer l'évêque Ameyu sur la cathédrale de Juba que sur nos cadavres", a lu le communiqué de presse des manifestants du 8 mars.

S'adressant au clergé, aux religieux et religieuses et aux fidèles laïcs venus assister à l'installation de Mgr Ameyu, l'archevêque émérite a exprimé la nécessité de "se réconcilier entre nous".

"Il n'y a pas de problème entre Torit et Juba ; Torit et Juba appartenaient à un seul diocèse", a déclaré le membre des Missionnaires Comboniens, ajoutant en se référant à la tribu de son successeur et à la sienne respectivement, "Il n'y a pas de problème entre Lotuho et les Bari. Il y a beaucoup de propagande parmi nous. Il n'y a pas de Bari et de Lotuho dans l'Église, il y a des fils de Dieu". 

Il a souligné : "Ce que je pense qu'il faut faire après cela, c'est la réconciliation et la guérison, car nous sommes profondément blessés. Allons vers la réconciliation et la guérison de nous-mêmes. Cessons les provocations et renouvelons notre foi".

Pour sa part, le nouvel archevêque a déclaré qu'il était "très humble et pourtant très honoré d'avoir été choisi à ce poste seulement après 8 ou 12 mois" de service en tant qu'évêque.

Jusqu'à sa nomination comme Ordinaire du lieu de l'archidiocèse de Juba, le 12 décembre, Mgr Ameyu a rappelé qu'il "était simplement un prêtre, un membre du personnel, un enseignant au grand séminaire de Saint-Paul et je voulais le rester toute ma vie en tant qu'enseignant".

Rappelant les événements des mois qui ont suivi sa nomination, le prélat sud-soudanais de 56 ans a invité toutes les personnes présentes à "prier pour que le diable qui voudrait que nous soyons séparés soit chassé".

"Ici, aujourd'hui, nous sommes solidaires, nous nous unissons pour nous réconcilier", a-t-il dit et ajouté, "Notre église a mûri. Nous venons de célébrer le centenaire de la foi dans cet archidiocèse et le thème était le renouvellement de notre foi dans le Christ, dans personne d'autre, dans les évêques".

"Nous devons nous abstenir de toute violence", a conclu le nouvel archevêque de Juba.

L'événement a été présidé par le président de la Conférence des évêques catholiques du Soudan (SCBC), Mgr Tombe Trille Kuku, évêque du diocèse d'El Obeid au Soudan, ainsi que par trois évêques du Soudan du Sud, le délégué de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, Mgr Visvaldas Kulbokas, et le chargé d'affaires de la nonciature apostolique du Sud-Soudan, Mgr Mark Kadima.

Mgr Tombe a invité le peuple de Dieu dans l'archidiocèse de Juba à "ouvrir une nouvelle page de pardon, une nouvelle page de grâce pour la croissance spirituelle et des fruits pastoraux efficaces".

"L'Écriture vous parle ; faites de votre mieux pour préserver l'unité que l'esprit donne à chacun d'entre vous dans cet archidiocèse de Juba au moyen de la paix qui vous lie ensemble", a dit le prélat soudanais et a ajouté : "Nous remercions Dieu de nous avoir fourni le nouveau Pasteur dans l'Église ; nous remercions Dieu pour la formation du gouvernement d'unité nationale au Soudan du Sud; félicitations".

Il a ensuite exprimé sa gratitude au pape François pour sa solidarité avec le peuple de Dieu dans l'archidiocèse de Juba en disant : "nous sommes également profondément reconnaissants au Saint Père François pour sa profonde position spirituelle et paternelle pour vous, le peuple de l'archidiocèse, pour vous, le peuple du Sud-Soudan".

Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et trois des vice-présidents, dont le Dr Riek Machar, parmi d'autres dignitaires du gouvernement, ont honoré la journée de dimanche.

Mgr Stephen Nyodho de Malakal et Mgr Paride Taban, évêque émérite de Torit, ont assisté à l'installation du nouvel archevêque de Juba aux côtés des chefs des deux diocèses vacants du Soudan du Sud, Rumbek et Wau.

Entre-temps, Mgr Kulbokas, basé au Vatican, a annoncé la nomination de Mgr Ameyu "comme administrateur apostolique du diocèse de Torit", lui accordant "toutes les facultés nécessaires pour gouverner ce diocèse de manière appropriée".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]