Au moins 60 prêtres italiens sont morts après avoir contracté le coronavirus

Credit: Mazur/catholicnews.org.uk.

Rien que la semaine dernière, plus de 3 000 personnes sont mortes en Italie après avoir contracté le coronavirus. Parmi les morts, on compte au moins 60 prêtres ce mois-ci, selon les médias locaux.

"Je prie le Saint-Esprit de nous donner le don de la lumière et de la force. Chaque jour, je fais la Via Crucis en demandant au Seigneur ... de porter cette croix avec nous", a déclaré l'évêque Gianni Ambrosio de Piacenza-Bobbio dans une interview en Italie.

Avvenire, le journal appartenant à la conférence des évêques italiens, a publié les noms de 51 prêtres diocésains qui sont morts après avoir contracté le COVID-19, et a noté que les communautés religieuses en Italie avaient également signalé neuf décès liés au coronavirus.

La majorité des personnes décédées avaient plus de 70 ans, et certains de ces prêtres avaient des problèmes de santé sous-jacents.

Le plus jeune prêtre à mourir de COVID-19 en Italie était le père Paolo Camminati, qui est décédé à l'hôpital le 21 mars à l'âge de 53 ans.

Le père Camminati était connu pour son dynamisme dans la pastorale des jeunes, son service aux pauvres, son travail avec l'Action catholique et sa passion pour les montagnes. Il était le curé de la paroisse de Notre-Dame de Lourdes dans le diocèse de Plaisance, où cinq autres prêtres avec COVID-19 sont morts.
Parmi les morts de Plaisance se trouve le père Kidane Berhane, un moine cistercien originaire d'Erythrée, qui résidait dans l'abbaye historique de Chiaravalle en Lombardie. Sont également décédés des frères jumeaux de 87 ans, le père Mario Boselli et le père Giovanni Boselli, qui sont morts à un jour d'intervalle.

"C'est une épreuve difficile. Nous sommes consternés. Nous ressentons une grande souffrance", a déclaré Mgr Ambrosio à Avvenire.

"C'est une obscurité que nous devons affronter, mais avec l'espoir que Dieu ne nous abandonne jamais, qu'il a lui-même traversé toute la souffrance pour la surmonter", a ajouté l'évêque.

D'autres prêtres sont morts de la COVID-19 à Plaisance, notamment le père Giuseppe Castelli, 85 ans, et le père Giovanni Cordani, 83 ans.

Le diocèse de Bergame a signalé la mort de 20 prêtres diocésains et de deux religieux. Le père Fausto Resmini, ancien aumônier de prison et ministre des sans-abri, est décédé le 23 mars à l'âge de 67 ans. Il était traité en soins intensifs depuis le 5 mars.

"En ces jours, j'écoute les voix de nombreuses personnes, je ressens de la douleur pour la perte de leurs proches", a déclaré le 19 mars l'évêque de Bergame, Francesco Beschi.

En réponse à cette souffrance, le diocèse de Bergame a ouvert un service téléphonique qui offre gratuitement des conseils et un soutien psychologique et spirituel.


L'Italie a le plus grand nombre de décès dus au coronavirus dans le monde. Le ministère italien de la santé a annoncé le 23 mars que 5 476 personnes sont décédées. Plus de 59 000 personnes ont été testées positives pour le COVID-19 en Italie depuis février.

L'évêque de Pinerolo a été testé positif pour COVID-19. L'évêque Derio Olivero a été hospitalisé le 19 mars avec des complications respiratoires. Il est âgé de 59 ans et son état de santé est stable.

L'évêque Antonio Napolioni de Crémone s'est remis après avoir été hospitalisé pendant 10 jours avec de graves symptômes respiratoires après avoir contracté la COVID-19. Il est rentré chez lui le 16 mars.

Quatre prêtres diocésains et un missionnaire passioniste, le père Edmondo Zagano, sont morts après avoir contracté le COVID-19 dans le diocèse de Crémone.

"J'ai vécu minute par minute le crescendo dramatique des problèmes dans la situation et la charge de travail des médecins, des infirmières et de tout le personnel", a rappelé Mgr Napolioni à propos de son séjour à l'hôpital.

"C'est un carême absurde", a-t-il déclaré. "Mais dans un certain sens, il est parfait. Jésus est dans le désert pendant quarante jours, luttant avec le diable. Le Carême n'a rien à voir avec la beauté des coutumes, mais avec le mystère profond du mal, de la mort et du désespoir qui existent. Mais aussi du Seigneur qui est là. Nous devons reconnaître Sa présence".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]