Un prêtre kenyan est testé positif du COVID-19, après avoir défié la directive sur l'auto-quarantaine.

Un prêtre catholique kenyan a été testé positif au COVID-19 des jours après son retour d'Italie, le pays le plus touché par le virus mortel, une confirmation qui a fait craindre que l'ecclésiastique ait pu infecter plusieurs personnes dans ce pays d'Afrique de l'Est depuis qu'il a défié la directive gouvernementale sur 14 jours d'auto-quarantaine.

Le père Richard Oduor, membre de la Société Saint-Patrick (SPS), a été conduit à l'hôpital le vendredi 20 mars "après quelques fièvres et vomissements" et le rapport de son test positif pour le nouveau coronavirus a été rendu public le dimanche 22 mars, ont déclaré ses confrères dans un message collectif.

Il avait atterri à l'aéroport international Jomo Kenyatta du Kenya (JKIA) le 12 mars dernier en provenance de Rome et après avoir "passé tous les tests pour COVID-19 à JKIA", il a rejoint ses deux confrères qui exercent leur ministère à la paroisse catholique Sainte-Famille, Utawala de l'archidiocèse de Nairobi, ont révélé ses collègues dans leur déclaration du lundi 23 mars vue par ACI Afrique.

Défiant la directive du gouvernement kenyan qui veut que tous les voyageurs arrivent au pays observent une auto-isolement de deux semaines, le père Richard qui est actuellement en isolement à l'hôpital Mbagathi, l'établissement gouvernemental basé à Nairobi pour les patients COVID-19, a eu de multiples contacts directs avec différentes personnes.

"Après avoir passé la nuit dans la maison paroissiale, il a voyagé le vendredi 13 mars pour assister à des funérailles à Ugunja dans le comté de Siaya", ont raconté les deux prêtres qui ont accueilli le père Richard dans leur message du lundi 23 mars, rappelant le voyage de 430 kilomètres qu'il a effectué par des moyens publics le jour même où le gouvernement du Kenya a annoncé le premier cas de COVID-19.

L'enterrement, qui a eu lieu dans le village de Kinda de la paroisse Ugunja de St. Joseph dans l'archidiocèse de Kisumu au Kenya, était celui de la mère d'une religieuse de la congrégation des Sœurs Franciscaines de St. 

Contrairement aux rapports des médias locaux au Kenya selon lesquels le Père Richard a présidé la messe des funérailles et qu'il a visité le couvent FSSA à Lwak, ACI Afrique a recueilli qu'il a concélébré à la messe et n'a pas visité le couvent. 

Compte tenu de l'état d'esprit général dans le pays après la confirmation du premier cas de COVID19 au Kenya, les deux prêtres SPS se souviennent avoir demandé au "Père Richard de rester chez lui à Kisumu pendant 14 jours et de se mettre en quarantaine, mais il a insisté sur le fait qu'il voulait revenir" à Nairobi.

"A son arrivée le lundi 16, nous l'avons immédiatement emmené dans une pièce à l'arrière de l'enceinte de la paroisse (qui était autrefois un magasin) et l'avons isolé là", ont déclaré les deux prêtres, le père Bosco Kamau et le père Anthony-Mario Egbunonu, ajoutant qu'ils n'avaient pas autorisé le père Richard à célébrer la messe en public à la paroisse. 

"Malheureusement, même si nous avons fait en sorte que le Père Richard soit en isolement, nous avons appris que pendant sa période d'isolement / quarantaine, il avait (de son plein gré) rendu visite à des amis", ont encore révélé les prêtres, faisant craindre que le Père Richard ait pu propager le virus au Kenya où le gouvernement a signalé 16 cas de COVID-19.

Avec l'aide du père Richard, une équipe de personnel de santé au Kenya recherche les différentes personnes avec lesquelles il a pu interagir ces derniers jours.

"Les agents de santé ont été envoyés dans toutes les zones où l'on pense que le prêtre s'est rendu pour freiner une nouvelle propagation", a déclaré le commissaire du comté de Siaya au Kenya, Michael Ole Tialal.

Le père Bosco et le père Anthony-Mario ont proposé de se faire tester pour le virus le mardi 24 mars, même s'ils disent avoir "pris toutes les précautions et évité tout contact avec lui pendant toute la semaine".

Ils ont également décidé de se mettre en quarantaine pendant les 14 prochains jours.

"S'il vous plaît, prions les uns pour les autres alors que nous continuons à prendre les précautions nécessaires et à nous protéger, ainsi que nos proches", ont imploré les deux religieux dans leur message collectif.

Selon le secrétaire d'État à la santé du Kenya, Mutahi Kagwe, 626 personnes qui ont été en contact avec des personnes testées positives au COVID-19 ont été retrouvées.

Parmi l'ensemble des mesures prises par le gouvernement, citons la suspension des vols internationaux à partir du mercredi 25 mars, l'arrêt des rassemblements publics, y compris religieux, et la mise en quarantaine obligatoire des passagers arrivant dans le pays avant le mercredi, à leurs frais, dans des hôtels sélectionnés ou dans des installations approuvées par le gouvernement, entre autres mesures.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]