Le pape François pendant le COIVID-19 : Attention au "poison" de la paresse, se plaindre

Le pape François prie dans la chapelle de la Casa Santa Marta le 23 mars 2020.
Credit: Vatican Media

Mardi, le pape François a averti les chrétiens d'éviter de vivre dans un "brouillard" de tristesse, de paresse et de plaintes, au lieu de se réjouir de la guérison spirituelle qu'ils ont reçue du Christ.

Il y a "beaucoup de chrétiens qui vivent dans cet état de paresse, incapables de faire autre chose que de se plaindre de tout", a déclaré le pape lors de la messe du 24 mars dans la maison d'hôtes Santa Marta du Vatican.

"La paresse est un poison, c'est un brouillard qui entoure l'âme et ne la laisse pas vivre", a-t-il poursuivi. "C'est aussi une drogue, parce que si vous la goûtez souvent, vous l'aimez. Et on finit par devenir un "triste drogué", un "paresseux".

Francis a ajouté que la paresse est un "péché assez courant parmi nous", un péché que le diable "peut utiliser pour anéantir notre vie spirituelle ainsi que notre vie en tant que peuple".

Il a exhorté les gens à réfléchir à l'eau de leur baptême, par laquelle le Christ leur a donné une nouvelle vie et par laquelle ils trouvent le salut.

Le pape offre sa messe matinale quotidienne pour les personnes touchées par COVID-19. Les messes sont retransmises en direct tout au long de l'urgence du coronavirus.

François a prié mardi en particulier pour les médecins et les prêtres qui sont morts du coronavirus après avoir traité ou visité des malades.

"J'ai entendu dire que certains médecins, prêtres sont décédés ces derniers jours, je ne sais pas s'il y a des infirmières qui sont mortes", a déclaré le pape le 24 mars.

"Nous prions pour eux, pour leurs familles, et je remercie Dieu pour l'exemple d'héroïsme qu'ils nous donnent dans le traitement des malades", a-t-il ajouté.

Dans son homélie, le pape François a fait une réflexion sur l'histoire de la guérison par Jésus d'un homme qui avait été malade pendant 38 ans, comme le raconte l'Evangile de Saint Jean.

Lorsque Jésus demande à l'homme malade s'il veut être bien, il répond en se plaignant des autres et de sa situation, a dit le pape.

"Cela nous fait réfléchir, l'attitude de cet homme", a déclaré François. Il était peut-être paralysé, mais il était aussi "malade du coeur, malade de l'âme, malade du pessimisme, malade de la tristesse, malade de la paresse".

La réponse à la question de Jésus devrait être : "Oui, je veux être guéri !" a souligné le pape.

François a expliqué que la maladie de l'homme n'était pas son péché ; son péché était de "se plaindre de la vie des autres : le péché de la tristesse qui est la semence du diable, de cette incapacité à prendre une décision sur sa vie".

"Oui, regarder la vie des autres pour se plaindre. Pas pour les critiquer : pour se plaindre. Ils passent en premier, je suis une victime de cette vie", a-t-il dit.

Le pape François a noté que l'aveugle guéri par Jésus dans l'Evangile de dimanche dernier a répondu d'une manière différente : il a répondu avec "beaucoup de joie".

Il a recommandé aux gens de lire le chapitre 5 de l'Evangile de Jean pour voir dans quelle maladie spirituelle ils peuvent tomber.

"Jésus m'a guéri : ne voyez-vous pas la réaction des autres qui ont récupéré, qui prennent le brancard et dansent, chantent, rendent grâce, le disant au monde entier", a-t-il dit.

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]