La diffusion en direct des messes privé gagne d'ampleur Ghana dans le cadre de COVID-19

La pratique de la retransmission en direct des messes privées par les membres du clergé dans le pays d'Afrique de l'Ouest, du Ghana, gagne du terrain quelques jours après l'annonce de la suspension de la messe publique par les dirigeants de l'Église. 

L'interdiction des messes publiques a fait suite à la déclaration du 24 mars du président du pays, Nana Akufo-Addo, d'interdire tous les rassemblements sociaux comme l'une des mesures mises en place pour freiner la propagation de COVID-19.

Dans l'archidiocèse d'Accra, la célébration privée de la messe de Mgr John Kwofie a été retransmise sur Crystal TV, une station de télévision privée, et sur Facebook, un événement suivi par 16 000 téléspectateurs, selon les informations de l'équipe de communication de l'archidiocèse. 

Un certain nombre de paroisses ont également diffusé la messe en direct sur Facebook et YouTube par leurs prêtres respectifs le dimanche 22 mars.

Au cours de la messe d'une heure, l'archevêque d'Accra a lu sa lettre pastorale du 19 mars, qui a assuré les fidèles que l'Église ne pouvait pas les abandonner au milieu de la pandémie de COVID19.

"Votre Église vous accompagne pleinement en ces temps", a déclaré Mgr Kwofie, qui a ajouté : "COVID-19 a rendu ces temps étranges et anormaux ; nous ne pouvons donc pas poursuivre notre engagement quotidien comme si les temps étaient normaux". 

Suite à la diffusion en direct, les chrétiens ont partagé leurs points de vue sur les médias sociaux, sur leurs avantages et sur ce qui peut être fait pour les améliorer. 

"Le streaming en direct est bon mais il faut des données à regarder sur les plateformes. Par conséquent, de nombreuses familles ne pourront pas participer à la messe", a déclaré Emmanuel Vorgbe, journaliste à la retraite, via WhatsApp.

Il a suggéré que "les curés individuels encouragent les familles à se rassembler pour regarder la messe de leurs évêques respectifs sur des chaînes de télévision désignées".  

Pour le directeur de la communication du diocèse de Sekondi-Takoradi, le père Emmanuel Dolphyne, "il y a une énorme différence entre participer à une messe diffusée à la télévision ou vue sur Internet et être réellement présent à la liturgie".

Selon lui, "bien qu'en regardant une transmission de la Messe en direct ou enregistrée, nous entendions certainement la Parole de Dieu et soyons inspirés à prier et à être conscients de la présence du Seigneur dans son Corps, l'Église, rien ne peut remplacer le fait d'être au milieu du Christ dans l'assemblée de culte et de recevoir le précieux Corps et Sang du Seigneur".

Il a fait remarquer que la liturgie transmise par la télévision ou tout rassemblement pour le culte sert un grand objectif. En particulier pour ceux qui sont empêchés de participer physiquement à la messe, ce genre de présentation leur permet de rester en contact et de nourrir leur foi.

"Même pour ceux qui choisissent de ne pas pratiquer leur foi ou qui ne sont pas eux-mêmes catholiques, la messe à la télévision ou sur Internet est à la fois catéchétique et pastorale efficace pour guérir et attirer les individus vers le Christ Jésus", a ajouté le père Dolphyne.

Différentes paroisses du pays ont annoncé la diffusion en direct des messes quotidiennes sur Crystal TV Plus et Facebook. 

Dans un message du bureau de communication de l'archidiocèse d'Accra vu par ACI Africa, "à partir de demain, l'archidiocèse diffusera les messes quotidiennes tous les matins à 6h30 en direct à la télévision pour tous les catholiques de l'archidiocèse d'Accra. La chaîne de télévision à regarder est Crystal TV Plus. Pour ceux qui ne peuvent pas se joindre aux messes du matin, vous pouvez regarder la retransmission à 12h30 et 17h30 tous les jours".

"Les messes du matin seront également diffusées en direct sur Facebook à 6h30 pour ceux qui souhaitent les regarder en ligne sur ce lien :www.facebook.com/radioangelusghana. Ne manquez pas cette occasion unique offerte aux catholiques d'avoir des messes quotidiennes en direct dans les foyers, etc. Vous avez également la possibilité de recevoir la communion spirituelle", peut-on lire plus loin dans le message.

Entre-temps, d'autres églises du pays se sont également tournées vers les médias sociaux pour leurs services dominicaux.

"Nous n'avons pas pu avoir notre service normal comme nous le faisions auparavant à cause de la situation que nous connaissons tous. Donc, nous avons eu un streaming en direct de notre service pour la journée. Nous avons utilisé environ 45 minutes pour permettre à nos membres d'écouter chez eux", a déclaré Edward Ofori-Donkor, ministre surintendant de l'église méthodiste de Bethany.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]