Advertisement

RDC: Les prêtres catholiques remettent en question le plan gouvernemental de réinstallation des ex-rebelles

Les prêtres catholiques de la République démocratique du Congo (RDC) ont mis en doute le plan du gouvernement visant à réinstaller les ex-rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) qui auraient abandonné certains de leurs bastions dans le pays d'Afrique centrale.

Dans une déclaration partagée avec ACI Afrique à l'issue de leur réunion, les membres du clergé du diocèse catholique de Kindu en RDC expriment leur consternation face à la décision du gouvernement de réinstaller les ex-rebelles dans la province du Maniema, qui est desservie par le diocèse congolais, notant que le mouvement pose des menaces à la sécurité des habitants du Maniema.

Ils décrivent la décision du gouvernement comme abrupte et vague et appellent les autorités de la RDC à gérer ce qui a été décrit comme le "projet de cantonnement des ex-rebelles du M23" avec la plus grande prudence.

"Nous avons appris l'existence d'un projet de cantonnement des ex-rebelles du M23 dans certains sites de la province du Maniema, à quelques kilomètres seulement de la ville de Kindu, chef-lieu de la province du Maniema. Un programme aussi abrupt, vague et improvisé a été critiqué par certains députés, notables, chefs coutumiers et organisations de la société civile dès le lendemain de cette nouvelle", indiquent les prêtres catholiques dans la déclaration partagée avec ACI Afrique le mercredi 26 avril à l'issue de leur réunion du 15 au 20 avril.

Les membres du Clergé du Diocèse de Kindu expriment la crainte de voir l'exécution de ce qu'ils décrivent comme "un projet cachant une réalité obscure".

Advertisement

Ils ne peuvent s'empêcher de s'interroger sur ce qui a pu justifier le choix de la ville de Kindu pour le cantonnement des ex-rebelles dans une province qui jouxte des zones encore sous la menace du M23.

Exprimant certaines de leurs craintes, les prêtres catholiques ont posé la question suivante : "Quel est l'objectif du gouvernement national en stationnant ces ex-rebelles à Kindu ?"

"Au vu de la terreur semée et de l'insécurité souvent créée par les rebelles du M23 dans l'Est du pays depuis des années, quelle garantie le gouvernement national donne-t-il à la population du Maniema quant à sa sécurité et à son avenir ?", demandent-ils encore, avant de poursuivre : "Une telle décision/un tel projet, face à l'insécurité généralisée qui règne actuellement au Maniema et qui n'a pas encore été maîtrisée, laisse présager le pire."

Les prêtres catholiques du diocèse de Kindu affirment avoir tiré les leçons de la guerre au Nord-Kivu, qui les a traumatisés, et avoir acquis la capacité de "voir le mal de loin et de le repousser, si le sang continue de couler au Maniema".

Lors de leur réunion du 15 au 20 avril, les prêtres catholiques ont également délibéré sur la situation de la province du Maniema, qui est sous leur responsabilité pastorale, et ont exprimé leur "profonde" préoccupation quant à la détérioration de la situation humanitaire, économique et sécuritaire de la province.

More in Afrique

"Nous avons examiné les conditions de vie actuelles de la population du Maniema, dont nous avons la responsabilité pastorale. Nous sommes profondément inquiets et préoccupés par la détérioration de la situation économique, sécuritaire et humanitaire", indiquent-ils dans leur déclaration.

Ils regrettent que beaucoup de choses aient changé pour le pire dans une province qui, selon eux, était le "véritable grenier à blé" de ses voisins et jouissait d'une relative stabilité économique.

C'est le Maniema, rappellent les prêtres catholiques, qui approvisionnait en huile de palme, en riz et en arachides les provinces voisines du Katanga, de la Province Orientale et des deux Kasaï.

"Aujourd'hui, la santé économique de notre province est critique", affirment les prêtres, qui ajoutent : "Elle se dégrade de jour en jour et se caractérise par la baisse de la production agricole, la flambée des prix des denrées alimentaires et des produits de première nécessité".

Le clergé du diocèse de Kindu a présenté une série de propositions au gouvernement congolais, aux autorités locales, ainsi qu'à la direction de l'Église catholique en RDC pour maîtriser l'insécurité dans le pays et aider la province du Maniema à se remettre sur pied.

Advertisement

"Nous exhortons les autorités nationales à prendre le temps nécessaire avant de mettre en œuvre ce projet de cantonnement des ex-rebelles du M23. Et ce, en tenant compte des réactions-propositions de la population dans sa représentation. Cela éviterait des conflits et des conséquences plus désastreuses demain", affirment les prêtres catholiques.

Ils exhortent le gouvernement du Maniema, en particulier, à assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.

Pour la population du Maniema, le message du clergé est simple. Ils disent : "La province va très mal".

"Il est impératif que nous nous impliquions tous, chacun à son niveau. Face au tableau sombre que présente aujourd'hui notre Province, le pire est le découragement, le silence coupable, le désintérêt pour ces situations", affirment les prêtres catholiques.

"Nous devons prendre en main notre destin commun", disent-ils encore, et d'ajouter : "Debout, levons nos fronts encore courbés, et prenons le plus bel élan".

"Pour la cause du Maniema, ne nous taisons pas. Que la Vierge Marie, Reine de la Paix et Mère du Ressuscité, nous obtienne la paix de son Fils, Jésus le Christ ressuscité", affirment les membres du clergé du diocèse de Kindu dans leur déclaration partagée avec ACI Afrique.