Une religieuse ougandaise nominée pour le prix mondial convoité des enseignants pour avoir transformé la vie des anciens rebelles

Sœur Rosemary Nyirumbe de la Congrégation religieuse du Sacré-Cœur de Jésus, nominée pour le prix 2020 de la Fondation Varkey pour les enseignants du monde entier.
Credit: Domaine public

Ce fut en 1986, alors que l’Armée de résistance au Seigneur, un groupe rebelle tristement célèbre qui terrorisait les populations du nord de l'Ouganda, était au plus fort de ses activités dans ce pays enclavé d'Afrique de l'Est. Une jeune religieuse catholique, qui venait de faire profession de religion se sentit désespérée au regard des tortures que les gens subissaient aux mains des rebelles.

Dans l'une de ses nombreuses conférences, la Sr. Rosemary Nyirumbe de la Congrégation religieuse du Sacré-Cœur de Jésus raconte que les rebelles ont enlevé des enfants à leurs parents sous la menace des armes, transformant les jeunes garçons en des enfants soldats tout en forçant les filles à devenir des esclaves sexuelles.

Dans une interview avec ACI Afrique, la Sr. Rosemary a raconté comment en rentrant chez elles étant enceintes des rebelles, les filles ont été rejetées par la société qui "ne voulait rien avoir à faire avec les enfants des rebelles".

"Lorsque ces jeunes filles ont été arrachées de leurs écoles, mariées aux rebelles et tombées enceintes, personne ne voulait les récupérer. La société ne voulait rien avoir à faire avec les enfants des rebelles et ils étaient donc rejetés, même par leurs familles", dit la Sœur Rosemary.

Remplie de sympathie et d'un profond désir de changer la vie des jeunes filles dont l'éducation a été interrompue, la religieuse du Sacré-Cœur de Jésus a obtenu l'autorisation de Mgr John Baptist Odama de l'archidiocèse de Gulu en Ouganda de créer une école qui accueillerait les mères mineures considérées comme des rejetées par la société.

"Mgr John Baptist ne m'a pas seulement donné la bénédiction de créer le centre de formation pour les filles de Sainte-Monique. Il est devenu ma plus grande source de force lorsque j'ai commencé le projet", se souvient-elle.

Ensuite, ce qui a humblement commencé en 2002 comme centre de formation professionnelle par une religieuse qui n'avait reçu aucune formation professionnelle au préalable est devenu une école, un modèle, offrant des cours pratiques de commerce, de secrétariat, de couture et de restauration, avec un impact sur plus de 2000 jeunes femmes qui ont été absorbées par les meilleurs recruteurs en Ouganda.

C'est pour ce créneau de la formation et de l'impact sur les femmes et leurs enfants que la Sœur Rosemary a attiré l'attention du monde entier sur diverses plateformes, en prononçant des discours dans le monde entier et en remportant des prix prestigieux.

Et maintenant, la religieuse catholique de 64 ans a les yeux rivés sur la récompense la plus convoitée de la profession d'enseignant, le Prix mondial des enseignants 2020 de la Fondation Varkey, où elle luttera contre 49 autres enseignants du monde entier pour remporter un million de dollars, un an après que le frère franciscain kenyan Peter Tabichi ait remporté le prix.

Exprimant son enthousiasme pour la nomination, la Sr. Rosemary a déclaré que la nouvelle l'avait réconfortée au milieu des "terribles nouvelles" du COVID-19.

"Être présélectionnée pour le plus grand prix des enseignants est la meilleure nouvelle que j'ai entendue depuis de nombreux jours compte tenu du fait que le monde a été dominé par de terribles nouvelles concernant la pandémie COVID-19", dit-elle et ajoute, "Je ne m'attendais pas en fait à figurer sur la liste des finalistes. Je sais que ce n'est qu'une liste restreinte, mais je suis quand même ravie d'y avoir été inscrite".

Les 50 finalistes, selon les informations fournies sur le site web du Global Teacher Award, ont été choisis parmi une liste de 12 000 candidatures provenant de plus de 140 pays du monde entier.

"Rosemary enseigne en Ouganda depuis 2002, un cadre difficile pour tout enseignant", peut-on lire en partie les informations sur la religieuse catholique sur le site du Global Teacher Award.

Il ajoute : "Les troubles politiques dans le pays ont créé de nombreux obstacles, non seulement pour l'éducation mais aussi pour la vie ordinaire. En conséquence, l'objectif principal de Rosemary a été de rendre autonomes les jeunes femmes et leurs enfants dont la scolarité a été interrompue en raison d'un enlèvement par des combattants rebelles".

Lorsqu'elle a commencé à enseigner au Centre de formation pour filles de Sainte-Monique en 2002, selon les informations fournies sur le site web, la Sr. Rosemary a d'abord pris le temps d'apprendre quelles compétences et connaissances aideraient concrètement les jeunes femmes de la région.

"Depuis lors, elle a inscrit plus de 2 000 femmes âgées de 15 à 20 ans dans son école professionnelle pour qu'elles apprennent des compétences commerciales, des études de secrétariat, de couture et de restauration. Ces compétences aident toutes ses élèves à devenir économiquement autonomes, une forme d'indépendance extrêmement importante, et beaucoup de ses diplômées ont ensuite trouvé un bon emploi dans l'industrie hôtelière haut de gamme", précise le compte.

La religieuse est saluée pour avoir fait preuve "d'une ingéniosité constante dans la création de projets qui profitent à la fois à l'école et à ses élèves".

Parmi ses projets, on peut citer un restaurant qu'elle a ouvert sur le campus pour enseigner les techniques de restauration tout en générant des revenus supplémentaires pour l'école.

En outre, elle a créé la Sewing Hope Foundation, une organisation à but non lucratif qui vise à réhabiliter les enfants soldats de la guerre civile, afin de changer l'état d'esprit des personnes qui ont vécu un conflit et de les transformer en artisans de la paix grâce à l'éducation.

L'établissement qui accueille un jardin d'enfants, une école secondaire et un centre de formation professionnelle offre également un environnement d'apprentissage aux enfants des mères mineures qui viennent y apprendre.

"J'ai décidé de créer un jardin d'enfants pour les enfants des anciennes esclaves sexuelles lorsque j'ai réalisé que personne ne proposait de s'occuper de leurs enfants à la maison lorsqu'ils venaient à l'école pour apprendre", raconte la Sœur Rosemary à ACI Afrique, ajoutant : "Je voulais que les élèves se sentent à l'aise en sachant que les besoins scolaires de leurs enfants étaient également pris en charge, car ils se concentraient aussi sur leurs propres études".

D'autres innovations ont consisté à construire des maisons et des infrastructures à partir de bouteilles en plastique usagées, et à fabriquer avec ses étudiants des porte-monnaie à languettes de boisson gazeuse qui sont maintenant vendus dans le monde entier pour aider à soutenir les autres programmes de l'établissement.

Aujourd'hui, le centre de formation pour filles de Sainte-Monique, qui accueille les filles âgées de 15 à 20 ans, accueille toutes les filles vulnérables, y compris celles qui ont abandonné l'école et celles qui sont victimes de grossesses précoces.

Selon la Sœur Rosemary, qui a grandi dans une famille de huit enfants dans le district de Paidha, au nord de l'Ouganda, l'école a ouvert des portes aux victimes de la violence du Soudan du Sud qui viennent chercher refuge en Ouganda, un pays qui a été nommé le plus accueillant pour les réfugiés en Afrique de l'Est.

"Aucun de mes parents n'a reçu d'éducation. Et bien que mon père ait été un humble menuisier, il a travaillé dur pour que nous allions tous à l'école", dit-elle.

La meilleure partie de l'enfance de la petite Rosemary a été passée à garder ses neveux et nièces, un rôle qui, selon la religieuse, a dû jouer un rôle dans la personne qu'elle est devenue.

"Je crois que Dieu nous appelle de notre environnement et le mien était de m'occuper de mes neveux et nièces. J'ai vu la vulnérabilité qui entourait les enfants et cela a façonné toute ma personne", dit-elle, ajoutant : "Mais encore une fois, j'ai beaucoup appris des sœurs qui sont venues en Ouganda du Soudan du Sud en tant que réfugiées. J'ai vu comment elles étaient remplies de tant d'amour dans l'exercice de leur vocation".

"Mais ma vocation a toujours évolué", dit la religieuse qui est entrée dans la vie religieuse en 1972 et a fait profession en 1976. Elle ajoute : "En tant qu'enseignante au sein de ma congrégation, je suis appelée dans le cadre de mon appel".

La religieuse primée a été classée parmi les 100 personnes les plus influentes par le magazine Time en 2014 pour le travail qu'elle a accompli en faveur de l'autonomisation des femmes et des enfants en Ouganda.

Elle a voyagé dans le monde entier pour expliquer son approche et a reçu quatre doctorats honorifiques, tout en poursuivant sa propre qualification doctorale en éducation structurelle et leadership.

La religieuse ougandaise a également participé à des panels au Forum économique mondial, a établi des partenariats avec les universités de Notre Dame et de l'État d'Oklahoma, et a remporté le prix CNN Heroes 2007.

"Je suis toujours réservé pour des conférences ici et là, en Afrique et au-delà. Je pense que c'est bien parce que j'aime parler et inspirer les autres", dit la religieuse pétillante.

Elle affirme que l'argent du Prix mondial des enseignants a déjà été prévu, au cas où elle le gagnerait.

"Je vais utiliser l'argent du prix pour construire des bibliothèques dans toutes mes écoles et soutenir les élèves qui n'ont pas les moyens d'acheter du matériel pédagogique. J'ai également lancé récemment un projet de construction d'un collège agricole, qui permettra de stimuler la production de cultures pour soutenir l'école et augmenter les revenus. Seul l'argent fait obstacle à la réalisation des objectifs de ce projet", dit-elle.

La religieuse, ambitieuse et positive, a également révélé à l'ACI Afrique son intention de lancer un projet qu'elle appelle "Apprendre et gagner", dans le cadre duquel les étudiants seront encouragés à coudre des couvertures pour les hôpitaux du pays dans le cadre de leurs objectifs d'apprentissage et à gagner un peu d'argent pendant qu'ils y sont.

"Il y a tellement de choses à faire avec l'argent si je le gagne", dit-elle, ajoutant : "J'ai déjà gagné 100 000 $ US et quand on m'a demandé ce que j'avais l'intention de faire avec cet argent, j'ai dit aux juges que chaque centime avait déjà été dépensé avant même que je ne l'obtienne".

Avec tous ses accomplissements, la Sr. Rosemary passe pour une personne qui a réalisé ses rêves et plus encore. 

Lorsqu'on lui demande s'il y a une chose qu'elle estime ne pas avoir faite, elle répond, après un rire chaleureux : "En tant qu'être humain normal, je suis poussée à faire une petite chose de plus chaque jour. Chaque jour, à mon réveil, j'ai l'intention d'être à la hauteur de ma vocation, c'est-à-dire de promouvoir les moyens de subsistance des pauvres, des défavorisés et des vulnérables. Et comme je me sens appelée surtout dans le domaine de l'éducation, j'essaie, avec mes sœurs, de faire de petites choses pour ces groupes de personnes".

Rome a décrit la Sœur Rosemary comme la Mère Teresa de l'Afrique pour avoir ravivé l'espoir chez des milliers de femmes en Ouganda qui ont été qualifiées de "rejetées par la société" pour leur implication dans la tristement célèbre Armée de Résistance du Seigneur, un certain groupe rebelle qui terrorisait l'Ouganda après avoir abandonné les groupes rebelles.

La Mère Teresa d'Afrique est un titre dont la religieuse ougandaise rit de bon cœur en disant : "J'ai entendu dire que mon travail ressemble à celui de Mère Teresa. Mais je ne suis pas du tout proche de Mère Teresa, même si je la considère comme mon modèle. Elle m'inspire à faire de petites choses pour avoir un impact dans la vie des gens".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]