Pas assez de changement pour l'Église d'Algérie en plein COVID-19.

Mgr John MacWilliams du diocèse de Laghouat en Algérie
Credit: Domaine public

Dans un pays où les fidèles passent des mois sans célébrer la Sainte Messe en raison d'une pénurie de prêtres, l'Église en Algérie connaît très peu de perturbations en raison de la propagation de COVID-19 qui a obligé les fidèles dans de nombreuses régions du monde à manquer la Messe.

Dans une interview accordée à ACI Africa le mercredi 1er avril, Mgr John MacWilliams du diocèse de Laghouat en Algérie a déclaré que de nombreuses communautés ecclésiales du diocèse, situé dans la partie Sud du pays d'Afrique du Nord, avaient l'habitude de conduire des services de prière en l'absence d'un prêtre.

"Dans la plupart des endroits où nous avons des communautés, il n'y a pas de prêtre, donc les sœurs et les frères prient de manière non sacramentelle, bien que certains d'entre eux trouvent maintenant plus de temps pour des retraites en ligne, des lectures spirituelles et d'autres moyens sans contact de suivre le Christ", a déclaré Mgr MacWilliams.

Il a ajouté : "Pour certains d'entre eux (les membres de l'église), c'est presque la vie normale, puisqu'ils n'ont la messe que deux fois par mois environ en temps normal".

Dans une interview accordée à ACI Africa en février, l'évêque a déclaré que le diocèse de Laghouat ne compte que 12 prêtres desservant une grande partie du sud de l'Algérie. 

Avec un peu plus de 2 millions de kilomètres carrés, le diocèse est le plus grand d'Afrique et sans doute l'un des plus grands du monde, rivalisant seulement avec le diocèse catholique d'Irkoutsk en Russie, qui mesure 9,96 millions de kilomètres carrés.

"Nous avons environ 50 missionnaires, 12 prêtres et un petit nombre de frères et le reste sont des religieuses vivant dans différentes communautés religieuses avec un ou deux individus", a déclaré Mgr MacWilliams, membre de la Société des Missionnaires d'Afrique, à ACI Afrique dans l'interview de février, ajoutant que tous les missionnaires servant dans le diocèse sont issus de 20 pays différents et qu'aucun n'est originaire d'Algérie.

La plupart des missionnaires de son diocèse, a révélé l'évêque de 71 ans, "sont issus de congrégations telles que les Missionnaires d'Afrique, les Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d'Afrique, les Franciscaines Missionnaires de Marie, et les Petites Sœurs et Petits Frères de Jésus".

Selon Mgr MacWilliams, qui est évêque depuis mai 2017, la majorité des catholiques en Algérie sont soit des étudiants qui viennent étudier dans les universités du pays d’Afrique du Nord, soit des immigrants qui cherchent un emploi ou qui fuient la violence dans leur pays d'origine.

Il indique que par rapport au nord de l'Algérie qui a été le plus durement touché avec la plupart des cas de COVID-19 (716 cas au 1er avril), les cas dans le sud de l'Algérie sont un peu plus d'une douzaine.

"Dans le sud où je suis, il n'y a que 14 cas au total dans six des onze départements, mais ce chiffre pourrait bien augmenter à l'avenir", déclare Mgr MacWilliams.

Pour tenter de contenir la propagation du virus, l'administration du pays a ordonné un couvre-feu de minuit dans certains endroits et un verrouillage total dans d'autres, provoquant une perturbation de l'apostolat de l'Église dans le pays, selon le prélat anglais.

"Dans onze des quarante-huit départements, il y a un couvre-feu pour la nuit et dans un département, un verrouillage total", dit-il.

Faisant allusion à la situation générale en Algérie, alors que le pays met en œuvre des mesures pour freiner la propagation de COVID-19, Mgr MacWilliams déclare : "On demande aux gens de rester chez eux autant que possible, et de prendre toutes les précautions nécessaires telles que la distanciation sociale, le lavage des mains. Toutes les écoles et universités sont fermées et il n'y a pas de transports publics. La plupart des magasins sont fermés et même les marchés alimentaires sont limités aux produits de première nécessité et au service à la porte plutôt qu'à l'entrée".

Il ajoute : "En ce qui concerne l'Église, toutes nos activités caritatives avec les écoliers et les enfants handicapés ainsi que nos bibliothèques ont dû cesser et notre cinquantaine de missionnaires appliquent les règles en fonction de l'endroit où ils se trouvent".

Bien que des activités telles que la fabrication d'aides pour les enfants handicapés puissent se faire à la maison, l'évêque dit que d'autres activités de proximité ont été immensément affectées en raison des difficultés existantes en matière de contact physique.

Le prélat anglais prévoit une situation où "la semaine sainte sera beaucoup plus discrète que d'habitude. ”

Il ajoute : "C'est la présence du Christ qui est la plus importante, même si elle ne peut être célébrée liturgiquement comme nous le souhaiterions".

Il n'y a pas que l'Église en Algérie qui a été touchée dans ce pays où les chrétiens vivent pacifiquement avec les musulmans depuis des siècles. Les statistiques indiquent que l'Islam est la religion officielle en Algérie avec 99,7 % de la population qui y adhère, alors que les chrétiens ne représentent qu'un faible pourcentage de la population algérienne totale.

"Nos voisins, tous musulmans, vivent la même chose que nous et doivent prier à la maison plutôt qu'ensemble dans les mosquées", observe Mgr MacWilliams.

Dans quatre semaines, les musulmans commenceront le mois sacré du Ramadhan qui, selon l'évêque, "sera beaucoup moins joyeux pour eux que d'habitude puisque leurs rassemblements du soir seront impossibles après leur journée de jeûne". Nous serons avec eux par nos prières et notre soutien dans la mesure du possible. ”

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]