Un cardinal africain hospitalisé pour COVID-19, appelle à la "solidarité" dans la lutte contre la pandémie.

Philippe Cardinal Ouédraogo, Président du Symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), actuellement en traitement pour COVID-19.
Credit: Domaine public

L'archevêque de Ouagadougou au Burkina Faso, le cardinal Philippe Ouédraogo qui a été hospitalisé à la fin du mois dernier pour COVID-19 a, dans son message à l'occasion du dimanche des Rameaux célébré le 5 avril, appelé à la solidarité dans la prise en charge des patients diagnostiqués avec le virus qui a fait au moins 82.000 morts dans le monde.

"Je voudrais, du fond de mon cœur de pasteur, lancer un grand cri pour un élan profond de solidarité au niveau local, régional et international pour les malades de COVID-19", a déclaré le cardinal Ouédraogo dans son message à l'occasion du dimanche des Rameaux.

"Il y a un besoin urgent de moyens adéquats pour sauver les nombreuses vies humaines touchées", a ajouté le cardinal Ouédraogo, qui est le président du Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM) et le premier cardinal africain connu pour avoir été testé positif à la COVID-19.

Dans le message du dimanche des Rameaux au clergé, aux chrétiens et aux personnes de bonne volonté, le cardinal burkinabé a souligné l'importance des initiatives collectives dans la lutte contre le virus qui a infecté au moins 1,43 million de personnes à travers le monde en disant : "Un doigt ne ramasse pas la farine, enseigne un proverbe africain. Unissons-nous donc pour chasser de notre pays et du monde cet épouvantable fléau avec ses conséquences malheureuses". 

Le cardinal de 75 ans a raconté les circonstances qui ont conduit à son hospitalisation en disant :

"Chers frères et sœurs, le matin du lundi 30 mars 2020, j'ai reçu des médecins le résultat positif de mon test effectué 48 heures auparavant. J'ai ainsi rejoint les innombrables patients confinés dans le monde entier pour être soignés. Cela n'arrive pas qu'aux autres !"  

Le message du cardinal le dimanche des Rameaux intitulé "Message d'un cardinal malade du coronavirus", indiquait qu'il réagissait bien au traitement et qu'il se sentait "privilégié et bien soigné".

Il offre ce temps d'épreuve et surtout sa prière quotidienne "pour tous ceux qui sont malades de COVID-19 ou atteints d'autres maladies, pour que cessent tous les meurtres d'innocents par les forces du mal et pour la réconciliation, la justice et la paix au Burkina Faso".

Suite à l'annonce de l'hospitalisation du cardinal Ouédraogo, plusieurs responsables de l'Église catholique connus du prélat burkinabé ainsi que des personnes de bonne volonté ont exprimé leur solidarité avec le cardinal burkinabé.

Dans sa déclaration du 4 avril dernier à l'ACI Afrique, le prélat a exprimé sa gratitude à tous en disant : "Je tiens à remercier mes plus proches collaborateurs de l'archidiocèse, mon presbytère, les évêques de la conférence épiscopale du Burkina/Niger, la nonciature, les religieux, tous mes chrétiens et les personnes de bonne volonté pour leur sollicitude très efficace et affective à mon égard". 

"J'exprime également ma profonde gratitude à la profession médicale publique et privée qui, avec abnégation et professionnalisme, a pris soin de moi", a déclaré le cardinal Ouédraogo dans son message écrit depuis son lit d'hôpital où il est toujours sous traitement pour COVID-19.

Tout comme la foule est sortie pour acclamer le Christ lors de son entrée triomphale à Jérusalem, l'archevêque de Ouagadougou a expliqué qu'"une immense foule, proche et lointaine, de fidèles, de parents, d'amis et de connaissances (catholiques, musulmans, protestants et adeptes de la religion traditionnelle, autorités coutumières, politiques et administratives) s'est manifestée à mon égard : qui par téléphone, qui par des messages, les uns en proposant des remèdes à ma maladie, les autres en organisant des neuvaines de prières pour moi".

Face à toutes ces expressions de solidarité et de compassion, le prélat a déclaré : "Je ne peux que m'exclamer : qui suis-je pour mériter une si grande et si aimable attention, physique, matérielle et spirituelle ? Merci à tous et que le Seigneur nous garde toujours unis les uns aux autres dans de tels rendez-vous de la vie !

Le Burkina Faso a enregistré 364 cas de virus, avec 18 décès et 108 guérisons.

Il y a maintenant plus de 10 000 cas confirmés de ce nouveau coronavirus en Afrique et 52 pays sont touchés.

Le virus a fait 487 morts et 993 guérisons, obligeant les gouvernements africains à prendre toute une série de mesures de prévention et d'endiguement contre la propagation de la pandémie.

Selon le cardinal Ouédraogo, COVID-19 a "des conséquences sanitaires, socio-économiques, culturelles et spirituelles multiples pour tous".

Face à ces défis, l'Ordinaire du lieu d’Ouagadougou a appelé le peuple de Dieu à "répéter l'acte de confiance de l'Apôtre Pierre à son égard" : "Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ! " (Jn 6, 68).

"Le temps du Carême marqué par une telle situation de pandémie devient pour tous un temps d'humilité, de confiance totale et d'abandon à notre Maître qui n'abandonne jamais l'humanité", a-t-il dit et ajouté, "Avec Lui nous obtiendrons la victoire ! Puisqu'Il est mort et ressuscité et qu'Il est toujours vivant, Alléluia ! Restons constamment humble et dans une fervente prière!"

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]