Ce qu'un clerc du Swaziland fait pour engager les fidèles pendant le COVID-19

Les noms des paroissiens de la paroisse Saint-Pierre-et-Paul du diocèse de Manzini, au Swaziland, sont épinglés sur des bancs.
Credit: Mgr Jose Luis Ponce de Leon

Tout allait bien à la paroisse catholique Saint-Pierre-et-Paul du diocèse de Manzini, dans le pays d'Eswatini, en Afrique australe, plus connu sous le nom de Swaziland, jusqu'à ce que le père Francis Onyango annonce la suspension de la messe publique. Le père Onyango a fait cette annonce qui a transpercé le cœur d'une femme âgée qui assistait à la messe ce matin-là, le mercredi 18 mars.

"J'étais dévastée", dit Mme Gloria Musi qui ne se souvient pas d'un seul jour où elle a manqué la messe quotidienne, jusqu'à ce que le gouvernement interdise les rassemblements sociaux qui comprenaient un culte public dans le but de combattre la COVID-19.

Elle ajoute : "Je ne pouvais pas imaginer ce que ce serait de ne pas pouvoir assister à la messe. Je ne pouvais tout simplement pas me faire à l'idée de ne pas recevoir la Sainte Communion alors que toute ma vie a été consacrée à cela".

La dévastation de Mme Musi s'est reproduite sur tous les visages que le père Francis a vus ce matin-là après avoir transmis le message désagréable après la messe de ce jour-là en semaine.

Les gens avaient déjà commencé à anticiper la suspension de la Messe publique parce qu'ils avaient lu et entendu dans les nouvelles que le gouvernement italien avait donné des directives pour arrêter les rassemblements, y compris le culte public, car COVID-19 avait fait des victimes.

Selon le prêtre missionnaire de la Consolata, les membres des Saints Pierre et Paul avaient anticipé la suspension de la Messe publique lorsque l'Ordinaire local du diocèse de Manzini, l'évêque José Luis Ponce de Leon, a annoncé des directives contre le fait de se serrer la main pendant le signe de paix, des directives sur la réception de la Sainte Communion ainsi que la suppression des fontaines d'eau aux points d'entrée et de sortie de l'église.

"Mais quand cela s'est réellement produit, ils étaient vraiment dévastés", dit le père Francis et ajoute, "j'ai vu leur esprit s'effondrer soudainement. Et il y a eu ce calme lorsque les gens ont quitté l'église ce jour-là. Il n'y a eu aucun échange de plaisanteries comme ils le font habituellement à l'extérieur de l'Église. C'était comme un enterrement ce jour-là".

Heureusement pour Mme Musi, il ne lui a pas fallu longtemps pour s'adapter à la nouvelle normalité qui s'était abattue sur les paroissiens ce jour-là.

La veuve de 75 ans, qui dirige différents groupes de femmes à la paroisse, avait commencé une mission à la paroisse pour propager la foi, qui s'était enracinée dans les familles, donnant à celles-ci une plate-forme pour prier ensemble même en l'absence de prêtre.

Baptisée d'après le thème du mois missionnaire extraordinaire d'octobre 2019 (EMMOCT2019), "Baptisés et envoyés", la mission a été lancée par l'évêque Luis pour propager la foi au sein des familles et dans l'Église et la société en général.

"En novembre de l'année dernière, j'ai mobilisé toutes les femmes de la paroisse pour rejoindre la mission et un mois plus tard, notre mission a été officiellement lancée à la paroisse. Il y a l'enseignement du catéchisme au niveau de la famille et dans l'Église et la société en général, il y a l'enseignement de la prière", dit Mme Musi.

La mère de deux enfants est reconnaissante que COVID-19 soit resté à un moment où la culture de la prière intense et du catéchisme s'était enracinée dans de nombreuses familles de la paroisse.

"Nous encourageons beaucoup de communication dans notre mission et les commentaires que nous recevons constamment sont que les membres de la famille sont devenus plus responsables dans la prière. Les femmes ont rapporté que leurs maris avaient commencé à diriger leurs familles dans la prière, un rôle qu'elles n'avaient jamais pris auparavant", dit-elle.

Elle ajoute : "Quand cette chose est arrivée, nous avons vu une opportunité d'enseigner dans les familles. Et il y a une croissance de la foi dans les familles. Je vois les images que les gens envoient sur nos plateformes de médias sociaux, qui consistent à prier ensemble en présence d'un Crucifix et de la Sainte Vierge Marie".

Elle dit que la seule chose qui manque aux familles maintenant, c'est la Sainte Communion.

"Même dans ce cas, notre prêtre et l'évêque conçoivent toujours pour nous des matériaux spirituels, y compris pour la communion, et ils nous rappellent toujours de ne pas être tristes de ne pas recevoir la Sainte Communion. Ils nous disent que le Christ habite en nous éternellement lorsque nous lisons la Bible, lorsque nous prions et lorsque nous accomplissons l'acte de la communion spirituelle", dit Mme Musi.

Dans une réflexion intitulée "Journeying with Our People During this Hard Time of Covid-19", qui a été partagée avec l'ACI Afrique, le père Francis a noté que l'épidémie de COVID-19 avait changé la manière de pratiquer le culte dans le contexte africain.

"Pour beaucoup d'entre nous, l'église a été comme notre deuxième maison, un lieu où nous nous rendons pour nous réconforter quand les temps sont durs, un lieu où nous nous sentons libres et à l'aise pour passer du temps et interagir avec nos compagnons chrétiens et parfois même après le service, nous aimons nous retrouver pour créer des liens entre nous tout en nourrissant notre esprit de famille", dit le Père Francis.

Selon le prêtre né au Kenya, le dimanche a été pendant de nombreuses années un jour d'obligation, "un jour mis à part pour le culte de Dieu et nous nous réveillons naturellement orientés vers l'église".

"Puis le virus Corona est arrivé et nos services religieux ont été suspendus. Le gouvernement a imposé des restrictions sur les rassemblements et les voyages et le peuple de Dieu n'a pas su quoi faire, rompant ainsi une longue tradition... Se réveiller un dimanche matin sans savoir quoi faire, où aller ou comment passer la journée était la chose la plus ennuyeuse qui puisse arriver un dimanche", dit-il.

Pour que les fidèles restent engagés même s'ils ne vont pas à la messe publique, le père Francis, avec son confrère de la paroisse Saint-Pierre-et-Paul, a épinglé les noms des paroissiens sur les bancs de la paroisse d'une manière qui, dit-il, leur donnera le sentiment de ne pas être oubliés même s'ils manquent la messe publique.

"Nous avons demandé à tous nos paroissiens de nous envoyer leurs noms. Nous avons demandé les noms de toutes les âmes de notre paroisse, du plus jeune enfant au plus âgé de la communauté. En quatre jours, presque tous les noms avaient été soumis et, le samedi, 405 noms étaient déjà épinglés sur nos bancs paroissiaux", a déclaré le père Francis.

Il ajoute : "L'idée était de faire savoir à nos concitoyens qu'ils ne sont pas oubliés. Que même s'ils ne pourront pas s'asseoir sur leurs bancs favoris du dimanche, leurs noms seront là à leur place et que la messe sera toujours offerte pour eux. La présence de ces noms épinglés sur les bancs est un signe du désir de notre peuple de faire partie de la célébration, mais en raison des circonstances dans lesquelles nous nous trouvons, ils ne peuvent être là qu'en esprit".

Dans une interview accordée à ACI Africa le jeudi 9 avril, le clerc de la Consolata, né au Kenya, a déclaré que le nombre de noms était passé à plus de 500 car les catholiques de sa paroisse ressentaient le besoin de se connecter avec les autres dans la prière.

Les prêtres ont également demandé aux fidèles laïcs de Saint-Pierre-et-Paul "de garder sacré le temps de la messe du dimanche sans le remplacer par autre chose".

Ainsi, tous les dimanches entre 9 et 10 heures, tous nos paroissiens sont appelés à se joindre à la célébration depuis leurs lieux respectifs en suivant une ligne directrice que les prêtres leur ont envoyée sur les canaux des médias sociaux.

"Il était très intéressant d'entendre les partages de certains membres concernant leur expérience, en particulier le sentiment et la connaissance qu'en priant chez eux, ils sont unis à de nombreux autres paroissiens et que dans leurs prières, ils sont également unis dans la célébration de la messe que les prêtres offrent pour eux à la paroisse où leur nom est épinglé", raconte le père François.

Le temps d'adoration à la paroisse a également été renforcé, passant d'un mois à une semaine, à tous les jeudis entre 19h et 20h, où la communauté paroissiale se réunit spirituellement pour adorer le Christ dans le Saint-Sacrement en suivant une ligne directrice.

Les prêtres de la paroisse envoient également des réflexions aux chrétiens tous les lundi, mercredi, vendredi et dimanche.

"Ces réflexions sont basées sur les lectures du jour et sont destinées à les aider dans leur cheminement spirituel. Nous espérons que ce temps d'éloignement nous aidera à trouver plus de temps pour être avec Dieu dans la prière et dans sa Parole", dit le père Francis.

Mais le plus grand revers de toutes ces initiatives, selon le prêtre de la Consolata, est l'incapacité à atteindre certains groupes de chrétiens qui ont un accès limité aux plateformes de médias sociaux. Il s'agit notamment des pauvres qui n'ont pas les moyens de s'offrir des appareils électroniques fonctionnant sur Internet, des enfants et des malades.

En outre, la conduite des prières familiales est une tâche ardue au Swaziland où la cellule familiale est faible dans de nombreuses exploitations, selon le père François qui a été à Saint-Pierre-et-Paul ces trois dernières années.

"L'unité familiale que nous avons ici au Swaziland est différente de celle que nous avons au Kenya et dans de nombreux autres pays d'Afrique. Ici, il est courant de trouver des membres d'une même famille appartenant à des confessions différentes. Il devient donc difficile de se réunir en famille pour prier", explique le natif de l'archidiocèse de Kisumu, au Kenya.

Parmi les autres lacunes spirituelles que le père Francis a du mal à combler, citons les conseils spirituels, les visites aux malades et les confessions pour ceux qui ont besoin du sacrement de la réconciliation.

Il dit que la situation de COVID-19 est particulièrement difficile pour les personnes dont la seule satisfaction dans la vie est d'aller à l'église tous les jours.

"Il y a des gens qui se contenteraient d'aller à l'église et qui seraient satisfaits de se mettre à genoux sur les bancs et de regarder Jésus crucifié sans dire un mot. Ce sont ces gens qui souffrent le plus et c'est un vide que nous ne pouvons pas combler pour eux", dit le père Francis.

Néanmoins, l'ecclésiastique missionnaire ajoute : "comme le disent les sages, un demi pain vaut mieux qu'aucun pain du tout. Nous vivons dans l'espoir et la confiance que cette situation disparaîtra bientôt et que le peuple de Dieu reviendra occuper ses bancs où, pour l'instant, seuls ses noms sont épinglés".

 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]