Advertisement

Ce qu'un cardinal africain a dit au sujet du projet de loi criminalisant l'homosexualité au Ghana

Le cardinal Turkson au bureau de presse du Vatican. Bohumil Petrik/CNA. Le cardinal Turkson au bureau de presse du Vatican. Bohumil Petrik/CNA.

Peter Kodwo Appiah Le cardinal Turkson a été au centre d'une controverse au Ghana suite à ses commentaires du lundi 27 novembre sur le projet de loi ghanéen sur la promotion des droits sexuels humains et des valeurs familiales ghanéennes (projet de loi anti-LGBTQI+).

Dans une interview accordée à la BBC, le cardinal Turkson a déclaré que l'homosexualité et les LGBT en général ne devraient pas constituer une infraction pénale et qu'il faudrait aider les gens à mieux comprendre la question.

"Ma position a toujours été la suivante : les LGBT et les homosexuels ne doivent pas être criminalisés, car ils n'ont commis aucun crime, mais cette position ne doit pas non plus être imposée à des cultures qui ne sont pas encore prêtes à accepter ce genre de choses", a déclaré le cardinal ghanéen.

Le projet de loi qui a été approuvé et adopté par la commission des affaires constitutionnelles, juridiques et parlementaires en juillet vise à criminaliser la promotion et la pratique du comportement des lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels et queers ou en questionnement (LGBTQ).

"Les cas de LGBT ne doivent pas être criminalisés, mais non plus, et je pense que c'est essentiellement ce qui a causé tout cela au Ghana", a déclaré le cardinal âgé de 73 ans.

Advertisement

Il a expliqué : "La culture ghanéenne a connu des personnes ayant de telles tendances, et je dis cela parce qu'il y a une expression dans la langue locale Akan, la mienne, des hommes qui agissent comme des femmes, et des femmes qui agissent comme des hommes, il y a une expression pour eux, ce qui signifie que ce phénomène a été connu, était connu dans la culture et dans la communauté, et tout cela".

Le cardinal ghanéen poursuit : "Mais personne n'en a fait une politique. Je pense que ce qui a causé tout cela, ce sont nos tentatives de lier certains dons et subventions étrangers à certaines positions, qui devaient être imposées au nom de la liberté, au nom du respect des droits et d'autres choses de ce genre. Je pense que c'est ce qui a conduit cette affaire au Parlement".

Faisant référence à la position du pape François sur l'homosexualité, le cardinal Turkson a déclaré : "Il y a environ une semaine, il a publié un petit document indiquant clairement sa position sur tous ces sujets, à savoir que les personnes LGBT peuvent être bénies, qu'elles peuvent être admises à l'église, et tout cela, qu'elles peuvent même devenir les parrains d'enfants et de personnes baptisées, et tout cela. Il (le pape) a donc signalé lui-même, en partie, des choses qui étaient auparavant laissées en suspens, indécises et tout cela, et il les a présentées clairement".

Dans l'interview du 27 novembre, le cardinal Turkson a souligné l'importance d'éduquer les gens pour qu'ils comprennent ce phénomène.

"Il est temps de commencer l'éducation, d'aider les gens à comprendre cette réalité, ce phénomène. Nous avons besoin de beaucoup d'éducation pour que les gens fassent la distinction entre ce qui est un crime et ce qui n'en est pas un", a-t-il déclaré.

More in Afrique

Le cardinal, qui a pris sa retraite en tant que préfet du Dicastère du Vatican pour la promotion du développement humain intégral en décembre 2021, a déclaré : "Si nous avons culturellement des expressions pour ce type de choses, cela signifie simplement qu'elles ne sont pas complètement étrangères à la société ghanéenne".

"Je pense que la forme drastique que cela a pris au Ghana et probablement en Ouganda donne l'impression que l'Occident a imposé cela, l'a lié à des dons et des subventions et tout cela a politisé la chose de telle sorte que la réaction a également été de nature politique", a expliqué le cardinal Turkson.

Il a ajouté : "Mais je pense que tout cela, de mon point de vue, et c'est ce dont je pense parler avec quelques autres évêques, est de pouvoir comprendre plus profondément ce phénomène".

Entre-temps, des membres de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC) ont cherché à clarifier les commentaires du cardinal Turkson sur l'homosexualité.

Dans une interview accordée mardi 28 novembre à Portia Gabor sur TV3, le président de la GCBC, l'évêque Matthew Kwasi Gyamfi, a déclaré que la position du cardinal "a toujours été celle de l'Église catholique".

Advertisement

"Il s'agit peut-être d'une question morale, mais elle n'atteint pas le niveau où les homosexuels, les lesbiennes et les gays sont considérés comme des criminels", a déclaré l'évêque Gyamfi.

Il a ajouté : "Telle est la position de l'Église catholique. C'est la position de la Conférence des évêques catholiques du Ghana. Il n'y a donc rien de nouveau dans ce qu'il dit".

Concernant les affirmations selon lesquelles les évêques catholiques du Ghana avaient précédemment soutenu la criminalisation de l'acte, le président de la GCBC a déclaré que le fait de demander que l'acte ne soit pas légalisé et intégré à la culture ghanéenne ne revenait pas à dire qu'il s'agissait d'un crime.

"Un crime signifie qu'il est punissable. C'est comme si quelqu'un commettait un meurtre. Il sera inclus dans la liste des crimes au Ghana. Ce n'est pas ce que nous disons. Nous disons que cela ne devrait pas être autorisé", a déclaré Mgr Gyamfi.