Advertisement

Ne jouons pas avec l'avenir de nos enfants : Les évêques catholiques kenyans s'expriment sur les résultats scolaires contestés

Capture d'écran des membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) lors d'une conférence de presse. Crédit : KCCB Capture d'écran des membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) lors d'une conférence de presse. Crédit : KCCB

Les évêques catholiques du Kenya se sont prononcés sur les résultats contestés du Kenya Certificate of Primary Education (KCPE), qui présentaient de nombreuses divergences, et ont mis en garde le gouvernement contre le risque de compromettre l'avenir des enfants en publiant des résultats d'examen erronés.

Le jeudi 23 novembre, le Conseil national des examens du Kenya (KNEC) a publié les résultats du KCPE. Cependant, certains parents et écoles ont exprimé leur mécontentement car les divergences dans les résultats ont soulevé des questions parmi les parties prenantes.

Dans leur déclaration publiée mercredi 29 novembre, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) déclarent : "Nous exprimons notre perplexité face à la saga des résultats du KCPE. Il y a certainement quelque chose qui ne va pas dans les résultats annoncés".

"Il est incompréhensible qu'une classe entière puisse obtenir la même note dans une matière, et qu'il puisse y avoir un mélange de matières et de résultats individuels, affichant des résultats pour des examens qui n'ont pas été passés, comme le langage des signes", affirment les évêques.

Appelant à un "examen sérieux" des résultats avant la sélection pour la première année, les membres du KCCB ajoutent : "Nous ne pouvons pas jouer avec l'avenir de nos enfants, à cause de l'incompétence de ceux qui sont chargés des examens, ou à cause du jeu déloyal d'opérateurs corrompus".

Advertisement

Les divergences dans les résultats comprennent l'attribution incorrecte de notes à certains candidats et l'attribution de notes pour des matières pour lesquelles les candidats n'ont pas passé l'examen.

En outre, dans certains cas, des notes identiques ont été attribuées à des notes différentes et des candidats ont reçu des notes plus élevées alors qu'ils avaient obtenu des notes plus faibles.

Les candidats, les parents et les écoles concernés ont fait part de leurs doléances à la KNEC, demandant instamment une rectification rapide.

De son côté, l'organisme d'examen du pays a reconnu avoir reçu des plaintes de la part de candidats et de diverses écoles.

La KNEC a attribué les divergences au fournisseur de messages courts (SMS) et non à l'organisme d'examen.

More in Afrique

L'organisme d'examen a déclaré que les candidats disposaient d'un délai de 30 jours pour faire part de leurs préoccupations concernant leurs notes.

Dans leur déclaration, les évêques catholiques du Kenya expriment leur inquiétude concernant le secteur de l'éducation du pays qui, selon eux, souffre de ce qu'ils appellent de "profonds maux systémiques".

Les évêques ont appelé à des efforts concertés pour restaurer la crédibilité du KNEC.

"Notre avenir est dans nos enfants et dans l'éducation, nous devons donc tous nous unir pour résoudre ce casse-tête pour le bien de nos générations futures", affirment les évêques dans la déclaration que leur président, Mgr Martin Kivuva Musonde, de l'archidiocèse de Mombasa, a signée.