Advertisement

Les activistes catholiques lancent une pétition contre le vaccin contre le papillomavirus au Nigéria

Vaccin contre le virus du papillome humain (VPH). Crédit : Shutterstuck Vaccin contre le virus du papillome humain (VPH). Crédit : Shutterstuck

La branche africaine de l'organisation catholique internationale CitizenGo Africa demande au gouvernement nigérian de suspendre la campagne de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) en cours au Nigeria, en invoquant des problèmes de sécurité.

Le 24 octobre, le Nigeria a lancé une campagne de vaccination contre le papillomavirus à l'intention des jeunes filles âgées de 9 à 14 ans.

Dans une pétition lancée mercredi 29 novembre, les militants demandent des signatures pour empêcher le ministre d'État à la santé et à la protection sociale, Tunji Alausa, de poursuivre la campagne.

Selon les militants, le vaccin contre le papillomavirus peut avoir des répercussions potentielles, y compris la stérilité. Ils affirment que le vaccin manque de transparence et que ses auteurs n'ont pas demandé le consentement éclairé des parents.

"Les problèmes de sécurité liés au vaccin contre le papillomavirus sont multiples et profondément troublants. Au mieux, les effets des vaccins contre le papillomavirus ne sont pas clairs ; au pire, ils sont profondément troublants. Parmi les répercussions potentielles, la stérilité a été évoquée comme un résultat possible. Ces préoccupations exigent un examen rigoureux et de la transparence", affirment-ils.

Advertisement

Ils ajoutent qu'alors que les filles âgées de neuf à quatorze ans sont les destinataires de ce vaccin, leurs parents sont exclus du processus de décision.

"Le consentement parental n'est pas seulement important, c'est un pilier essentiel de l'éthique des soins de santé. Aller de l'avant sans lui est intrinsèquement inéquitable et injuste", affirment les militants, ajoutant que l'absence de consentement parental pour l'administration du vaccin "transcende les simples préoccupations sanitaires ; il s'agit d'une question de droits de l'homme fondamentaux".

Ils appellent le peuple de Dieu à apposer sa signature sur la pétition en ligne en disant : "Le pouvoir du peuple est une force puissante pour le changement".

"Ensemble, nous pouvons dénoncer l'injustice d'une campagne qui pourrait soumettre des adolescents à une vaccination obligatoire avec un vaccin dont l'innocuité est douteuse", affirment les militants.

Ils ajoutent : "Nos actions d'aujourd'hui peuvent restaurer l'autorité légitime des parents dans les décisions relatives à la santé de leurs enfants".

More in Afrique

En octobre, les évêques catholiques du Nigeria ont mis en garde le gouvernement contre la tentation d'ignorer les craintes et les doutes exprimés par la population au sujet du vaccin.

Les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont déclaré que le gouvernement devait veiller à ce que le vaccin soit "examiné avec diligence".