Advertisement

Caritas Nigeria exhorte le gouvernement à accélérer le procès des auteurs de violences sexistes

Actualités catholiques, Actualités catholiques en Afrique, Église catholique au Nigeria, Caritas Nigeria, 16 jours d'activisme contre les VBG, ACI Afrique Actualités catholiques, Actualités catholiques en Afrique, Église catholique au Nigeria, Caritas Nigeria, 16 jours d'activisme contre les VBG, ACI Afrique

Caritas Nigeria, la branche développement et humanitaire de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN), a appelé le gouvernement nigérian à accélérer les poursuites et les sanctions à l'encontre des personnes impliquées dans des affaires de violence basée sur le genre (VBG) dans le pays d'Afrique de l'Ouest.

S'adressant à ACI Africa en marge des 16 jours d'activisme contre les VBG dans l'archidiocèse d'Abuja, M. Charles Aneni, point focal de Caritas Nigeria pour les questions de genre, a déclaré que les retards dans le processus judiciaire constituent une injustice pour les victimes de VBG.

"Le gouvernement doit agir rapidement en rendant des jugements à l'encontre des auteurs de VBG. Les retards dans les jugements font crier les survivants que la justice retardée devient le plus souvent une justice refusée", a déclaré M. Aneni à ACI Afrique le mercredi 29 novembre.

Il a ajouté : "Nous avons besoin que le gouvernement prenne des mesures. Nous espérons que les tribunaux mobiles proposés par le gouvernement verront le jour le plus rapidement possible".

Le responsable de Caritas Nigeria a félicité le gouvernement pour l'aide apportée aux victimes de violence liée au sexe, et a ajouté : "Il y a cependant encore des progrès à faire et c'est pourquoi les organisations de la société civile, les ONG et les organisations confessionnelles doivent être les fantassins pour atteindre les endroits où le gouvernement ne peut pas aller et pour sensibiliser le public sur les dangers de cette menace sociale."

Advertisement

Caritas Nigeria a organisé des tournées de sensibilisation à la violence liée au sexe et à la nécessité pour les victimes de s'exprimer.

La branche développement de l'Eglise du Nigéria incite également les parties prenantes et le grand public à dire non au viol, ainsi qu'à la violence physique et émotionnelle.

S'adressant également à ACI Afrique le 29 novembre, Sœur Maria Dooshima, chargée de programme principale à Caritas Nigeria, a déclaré que la violence liée au sexe est un grand défi mondial.

Sœur Dooshima a déclaré que l'entité avait reçu de nombreux rapports de mauvais traitements, d'insultes, d'abus émotionnels ou mentaux, de harcèlement de la part de maris, de collègues et d'hommes et parfois de femmes au hasard.

"Mon conseil aux victimes de violence liée au sexe est de parler quand vous avez l'impression d'être maltraitées, quand vous êtes abusées, agressées ou maltraitées sous quelque forme que ce soit", a-t-elle déclaré.

More in Afrique

Et d'ajouter : "Ne vous taisez pas, car le fait de vous taire ne résout pas le problème. Ce n'est que lorsque vous parlez que vous obtenez de l'aide".