Advertisement

Appelés par le Christ, "mettez votre force et votre espérance en Lui" : Un évêque aux catéchistes du diocèse d'un Kenyan

Le ministère des catéchistes est un appel du Seigneur à poursuivre son ministère d'évangélisation dans le monde parmi son peuple, a déclaré l'évêque catholique du diocèse de Nakuru au Kenya.

S'adressant aux catéchistes et aux agents de santé de son siège épiscopal à l'occasion de la Journée d'action de grâce des catéchistes et en prévision de la Journée mondiale du malade 2024, Mgr Cleophas Oseso Tuka a souligné la nécessité de s'appuyer sur la grâce de Dieu et a mis en garde contre le désespoir.

"Le Christ est celui qui vous a envoyés ; mettez votre force et votre espoir en lui, et il continuera à vous donner la force et le courage de faire ce travail", a déclaré Mgr Oseso aux catéchistes lors de la célébration du mardi 6 février à la cathédrale Christ-Roi du diocèse de Nakuru.

L'évêque catholique kenyan a loué le ministère des catéchistes dans la mission de l'Église, en disant : "J'ai aussi dit que vous êtes un agent de la grâce, vous êtes aussi un agent de la miséricorde, et vous êtes un ambassadeur du Christ".

Advertisement

"Les prêtres ne peuvent pas se passer des catéchistes", a-t-il ajouté, soulignant le rôle important des catéchistes dans la mission d'évangélisation de l'Église.

Se référant à la lettre apostolique du pape François du 10 mai 2021, Antiquum ministerium ("ministère ancien"), dans laquelle il a institué le ministère de catéchiste, Mgr Oseso a exhorté les catéchistes de son siège épiscopal à considérer leur ministère comme une vocation.

Comme le dit le Saint-Père, "être catéchiste est une vocation", a-t-il déclaré, et il a mis en garde les catéchistes contre le fait de considérer leur ministère comme "allant de soi".

"C'est un travail que l'on fait avec ou sans argent ; c'est donc cela un appel ; on ne se préoccupe pas de ce que l'on va recevoir ; on se concentre sur le Christ qui vous a appelé à ce ministère", a ajouté le chef de l'Église catholique kenyane, qui est à la tête du diocèse de Nakuru depuis sa consécration épiscopale en mai 2023.

En instituant le nouveau ministère laïc de catéchiste, le pape François a déclaré que ce ministère "mettrait encore plus en valeur l'engagement missionnaire propre à chaque baptisé, un engagement qui doit cependant être réalisé de manière pleinement "séculière", en évitant toute forme de cléricalisation".

More in Afrique

 

Le ministère s'adresse aux laïcs qui ont une vocation particulière à servir l'Église en tant qu'enseignants de la foi catholique.

Dans sa lettre publiée motu proprio ("sur sa propre impulsion"), le Saint-Père a rappelé le rôle des catéchistes dans l'histoire de l'Église, en commençant par la première lettre aux Corinthiens du Nouveau Testament, qui fait référence à des "enseignants" au sein de la communauté chrétienne primitive.

En septembre 2021, s'adressant aux participants d'une rencontre organisée par le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, le pape François a déclaré qu'un rite d'institution des catéchistes serait publié "afin que la communauté chrétienne puisse ressentir le besoin de réveiller cette vocation et d'expérimenter le service de quelques hommes et femmes qui, en vivant la célébration de l'Eucharistie, puissent ressentir plus vivement la passion de transmettre la foi en tant qu'évangélisateurs".

Advertisement

La Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a publié le rite d'institution au ministère de catéchiste le 13 décembre 2021.

Dans son discours du 6 février, Mgr Oseso a attiré l'attention des catéchistes sur le thème pastoral 2024 du diocèse de Nakuru, "Proclamation de la Parole de Dieu", et a souligné la nécessité pour eux de "connaître la Parole de Dieu".

"En tant que catéchistes, la diffusion de l'Évangile est au cœur de votre travail. Par conséquent, nous devons connaître la Parole de Dieu et nous devons la lire", a-t-il déclaré.

L'évêque Oseso a poursuivi : " Vous savez, vous pouvez être catéchiste et ne pas lire la Parole de Dieu. Les gens viennent à l'église pour écouter la Parole de Dieu, alors enseignants, soyons les diffuseurs de la Parole de Dieu ; lisons-la, méditons-la afin de pouvoir transmettre le message de Dieu à notre peuple".

Il a ensuite souligné la nécessité pour les catéchistes de prendre au sérieux leur rôle de préparation des catéchumènes. Le chef de l'Église catholique a déploré : "J'ai visité d'autres endroits où les chrétiens disent que les enfants ne reçoivent pas d'enseignement religieux. Parfois, nous les baptisons par des moyens détournés. Dans ces cas-là, on fait beaucoup de mal à l'enfant".

"Il y a des choses sur lesquelles nous ne pouvons pas transiger ; enseignons bien la religion et si nous enseignons bien, les bénédictions et les récompenses que Dieu vous donnera seront abondantes", a-t-il déclaré.

Parallèlement, dans son message pour la Journée mondiale du malade 2024, l'Ordinaire local de Nakuru a loué les travailleurs de la santé de son siège épiscopal pour leur service désintéressé, leur amour et leur compassion, et pour l'espoir qu'ils donnent aux malades.

"Merci de faire ce travail difficile ; sans amour, vous ne pouvez pas donner de l'espoir. Que Dieu continue à vous donner de la force et à en amener beaucoup d'autres à se joindre à vous pour servir nos patients", a-t-il déclaré.

Il a appelé le peuple de Dieu à se souvenir des malades dans ses demandes quotidiennes à Dieu, en implorant : "Prions pour eux chaque jour".

Soulignant l'importance des prières pour les malades, l'évêque catholique kenyan a déclaré : "Peut-être attendent-ils cela ; seule votre prière peut prier pour eux et la miséricorde de Dieu peut descendre sur eux. Il s'agit d'un ministère de guérison ; faisons donc passer Dieu en premier".

Le pape Jean-Paul II a institué la Journée mondiale du malade en 1992 afin d'encourager les chrétiens à prier pour les malades le 11 février, jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes. En 2024, la célébration annuelle sera placée sous le thème "Il n'est pas bon que l'homme soit seul - Guérir les malades en guérissant les relations".

Nicholas Waigwa a contribué à la rédaction de cet article.