Advertisement

Les hommes catholiques du diocèse de Buea au Cameroun apportent leur "soutien total" à l'évêque contre les "distracteurs"

Les membres de l'Association des hommes catholiques (CMA) du diocèse camerounais de Buea sont solidaires de Mgr Michael Miabesue Bibi, qui fait face à des attaques depuis qu'il a commencé à gouverner le diocèse camerounais, d'abord en tant qu'administrateur apostolique en décembre 2019.

Ils expriment leur soutien à Mgr Bibi dans une déclaration du jeudi 8 février dans laquelle ils se disent conscients des "plans des distracteurs du diocèse visant à faire tomber votre leadership et à égarer le peuple de Dieu dans ce diocèse."

"Nous sommes également bien informés de la diffusion de fausses informations sur votre administration depuis 2019 lorsque vous étiez encore l'administrateur apostolique du diocèse de Buea", ajoutent les membres de la CMA.

Les attaques contre la personne de Mgr Bibi ont commencé lorsque, en tant qu'administrateur apostolique, il a procédé à des changements administratifs à l'Institut universitaire catholique de Buea (IUCB), propriété du diocèse, en nommant le professeur Victor Julius Ngoh au poste de vice-chancelier, poste précédemment occupé par le père George Nkeze Jingwa.

Advertisement

Les membres du conseil de l'université ont désapprouvé ce changement administratif et ont traîné l'évêque Bibi devant les tribunaux. Depuis lors, l'évêque camerounais, qui a commencé son ministère épiscopal en mars 2017 en tant qu'évêque auxiliaire de l'archidiocèse de Bamenda au Cameroun, a été bombardé de critiques et d'attaques, y compris des messages sur les médias sociaux par un, Nchumbonga George Lekelefac.

Dans leur déclaration datée du 8 février, les membres de la CMA se disent "suffisamment informés des frictions actuelles dans le diocèse, créées par des prêtres et des fidèles laïcs, qui ternissent la voie que vous avez choisie pour paître vos troupeaux".

"Toutes ces ruines, adultérations, souillures et salissures de la dispensation actuelle de votre administration sont orchestrées par ceux qui ont choisi la voie du diable en ces temps modernes d'hérésies comme l'a fait Lucifer lui-même", ont-ils ajouté, ajoutant que "l'Association des hommes catholiques (CMA) se dissocie fortement de ce groupe de personnes".

Ils félicitent Mgr Bibi pour sa résilience en disant que malgré les attaques, "votre engagement inébranlable pour le bien-être et le développement du peuple de Dieu dans ce diocèse, à la fois physique et spirituel, n'a pas été entravé".

More in Afrique

"C'est sur la base de ces éléments que la CMA souhaite apprécier votre administration et vous assurer que nous vous soutenons fermement et que nous collaborons avec vous pour faire avancer ce diocèse", soulignent-ils.

"Nous vous demandons donc de continuer dans cette voie tout en priant Dieu tout-puissant de changer le cœur de nos distracteurs afin qu'ils puissent eux aussi se joindre au train de la construction de notre cher diocèse", ajoutent les membres de la CMA.

"Notre église a beaucoup de chance de vous avoir", disent-ils à propos de l'évêque catholique camerounais qui, au milieu des controverses et des attaques, a reçu le soutien du Vatican, des évêques catholiques de la province ecclésiastique de Bamenda et des membres du clergé de son siège épiscopal.

 

Advertisement

En septembre 2023, Mgr Bibi a été honoré par le journal NewsWatch du Cameroun pour ses "compétences exceptionnelles" dans la conduite du peuple de Dieu et la gestion des biens de son siège épiscopal.

Dans leur déclaration du 8 février, les membres de la CMA remercient l'évêque Bibi "d'être un si grand exemple de vie de foi".

"Merci d'être une bénédiction pour notre église ; merci de nous faire rester concentrés sur les enseignements de l'église ; merci pour toutes les façons dont vous faites la différence dans notre église et notre communauté ; et merci pour tout ce que vous faites pour faire de notre église le lieu d'encouragement et de construction de la foi qu'elle est", disent les membres de la CMA.

Ils implorent Dieu tout-puissant de bénir leur Ordinaire du lieu alors qu'il continue à "paître le peuple de Dieu".