Advertisement

Une entité catholique en Eswatini "perturbée" par des ruptures de stock de médicaments, appelle à une action "urgente"

Les membres du Bureau de liaison parlementaire catholique (CPLO) du Royaume d'Eswatini ont exprimé leur inquiétude quant à la pénurie persistante de médicaments dans les établissements de santé du dernier monarque absolu d'Afrique.

Dans un document analysant les effets possibles des ruptures de stock de médicaments dans ce pays également connu sous le nom de Swaziland, les membres du CPLO s'expriment sur la situation qui aurait attiré l'attention du roi du pays, son porte-parole déplorant que la corruption ait sapé les efforts déployés pour relever le défi.

"En tant que citoyens et/ou collaborateurs dans la fourniture de services de santé au Royaume d'Eswatini, nous sommes perturbés par les rapports incessants sur les ruptures de stock de médicaments", déclarent les membres du CPLO dans leur document partagé avec ACI Afrique le jeudi 8 février.

La preuve de l'existence de l'entité catholique chargée d'informer les autorités ecclésiastiques et les communautés catholiques sur les questions parlementaires en Eswatini est basée sur le fait que "les ruptures de stock de médicaments ont toujours été un élément pris en compte par ceux qui fréquentent les établissements de soins de santé dans le Royaume d'Eswatini", affirment-ils.

Ils ajoutent que "ces derniers mois, des patients ont failli aller dans la rue mais en ont été empêchés par leur état de santé".

Advertisement

Les membres du CPLO soulignent la nécessité d'approvisionner les établissements de santé en médicaments, déclarant que "la disponibilité des médicaments est la base de tout établissement médical ou de santé pour fonctionner de manière compétente".

La pénurie persistante de médicaments dans les établissements de santé a des implications et des conséquences considérables, affirment les membres du bureau de liaison, qui poursuivent : "La pénurie de médicaments démoralise les travailleurs de la santé, car elle a un impact négatif sur leur capacité à mettre en œuvre un plan de traitement de manière appropriée."

La pénurie est également une source de frustration pour les patients, qui se rendent dans les établissements de santé et "ne reçoivent pas les soins de santé" dont ils ont besoin pour faire face à leur situation, affirment-ils.

Les membres du CPLO en Eswatini ajoutent que la pénurie de médicaments "rend futiles les efforts du gouvernement pour fournir des soins de santé à la nation, puisqu'elle transforme les établissements de santé en 'éléphants blancs'".

La pénurie déstabilise les espoirs de plans de traitement et d'évaluation des fonctions corporelles, alors que "l'espoir de la personne malade de recouvrer la santé repose sur l'exécution efficace du plan de traitement" et que "les médicaments font partie intégrante du plan de traitement", ajoutent-ils.

More in Afrique

"L'indisponibilité prolongée des médicaments nécessaires pour aider les personnes à contrôler leurs maladies chroniques, à guérir de leur maladie ou à subir les procédures médicales nécessaires à leur bien-être est un revers", déplorent les membres de l'entité catholique.

Ils soulignent la nécessité de relever ce défi en déclarant : "Une action urgente et percutante est nécessaire".

Dans le document de quatre pages, les membres du CPLO soulignent certains des facteurs contribuant à la pénurie de médicaments dans les établissements de santé du pays.

"Selon eux, la pénurie de médicaments est due à la longueur et au manque de clarté du processus d'approvisionnement, aux changements fréquents de postes clés au sein du ministère de la santé et aux retards qui en résultent dans l'obtention de l'autorisation d'importer des médicaments dans le pays.

D'autres facteurs, selon eux, incluent "l'insuffisance des achats de médicaments au magasin médical central, expliquée par de mauvaises prévisions aux niveaux régional et national et par une augmentation imprévue de la demande".

Advertisement

Bien que les membres de l'entité catholique félicitent le gouvernement d'avoir mis en place "un comité ministériel et d'avoir commandé un audit médico-légal pour remédier à la pénurie de médicaments", ils soulignent la nécessité d'un financement suffisant et opportun.

"Dans certains cas, il existe des problèmes de financement inadéquat provenant d'une allocation budgétaire nationale limitée, de décaissements tardifs et d'une dépendance excessive à l'égard d'un financement externe imprévisible, d'autant plus que la résiliation d'un accord avec un donateur entraîne souvent une interruption de l'approvisionnement", affirment-ils.

Les membres du CPLO souhaitent également que la procédure de passation des marchés soit correctement surveillée, ce qui, selon eux, n'est pas le cas.

Pour relever le défi des ruptures de stock de médicaments dans les établissements de santé d'Eswatini, les membres de CPLO soulignent la nécessité de structures de gouvernance adéquates qui faciliteront la mise en place d'une coordination adéquate et efficace des procédures d'achat au niveau national.