Advertisement

Les gens sont "tués au quotidien" : Un communicateur catholique s'exprime sur les problèmes de sécurité au Nigéria

Les membres des chefs des différentes unités du Secrétariat catholique du Nigeria lors de la quatrième rencontre des médias avec les journalistes. Crédit : ACI Afrique Les membres des chefs des différentes unités du Secrétariat catholique du Nigeria lors de la quatrième rencontre des médias avec les journalistes. Crédit : ACI Afrique

Le Nigeria est confronté à des défis sécuritaires de grande envergure, avec des rapports quotidiens d'enlèvements et de décès, a déclaré le directeur national des communications sociales au Nigeria.

S'exprimant lors d'une conférence de presse organisée par le Secrétariat catholique du Nigeria (CSN) le 7 février, le père Michael Nsika Umoh a appelé le gouvernement fédéral à prendre "des mesures décisives contre l'escalade des menaces posées par les bandits en maraude et les kidnappeurs dans tout le pays".

"Notre pays se trouve actuellement dans une situation déplaisante, et ce n'est pas le moment de faire de la politique", a déclaré le père Umoh, avant d'expliquer : "Des gens sont tués tous les jours, des écoliers sont enlevés et le gouvernement ne fait rien pour protéger les citoyens".

Il a ensuite raconté un incident survenu dans la capitale de l'Afrique de l'Ouest : "Récemment, à Abuja, une mère allaitante et son bébé de trois mois ont été enlevés avec sa grand-mère ; une rançon a été demandée et, comme elles ne pouvaient pas payer, la femme et sa mère ont été tuées en laissant le bébé".

"Nous n'avons pas vu le gouvernement sortir en force pour condamner cette situation déplaisante", a déploré le prêtre catholique nigérian, qui est à la tête du département des communications sociales de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN).

Advertisement

Pour lui, "la brutalité de l'attaque souligne la gravité de la crise sécuritaire".

Il est urgent de s'attaquer à la "détérioration de la sécurité" au Nigeria, a déclaré le père Umoh, qui a appelé le gouvernement de la nation la plus peuplée d'Afrique à "donner la priorité à la protection de ses citoyens".

Il a souligné la nécessité d'une "intervention immédiate du gouvernement pour mettre fin aux meurtres et protéger les citoyens de ces personnes malveillantes appelées bandits et kidnappeurs".

S'exprimant également lors de l'événement du 7 février, le secrétaire général adjoint du CSN a souligné les limites de l'Église face aux défis sécuritaires.

"Notre rôle est d'exposer les vérités morales afin de former les consciences. Bien que nous ne puissions pas aller sur le terrain pour fournir ce qu'il faut pour sécuriser la nation en termes de puissance militaire, de police et autres, nous pouvons faire appel aux consciences lorsque nous prêchons, lorsque les évêques parlent, ils appellent le gouvernement à s'élever à la hauteur de ses devoirs". a déclaré le père Michael Banjo.

More in Afrique

Le prêtre catholique nigérian a ajouté : "Tout ce qui se passe dans la société est le reflet de la situation dans les familles, car les familles sont les éléments constitutifs de la société".