Advertisement

Pape François : La première femme sainte d'Argentine nous montre "le chemin de la sainteté"

Le pape François a rencontré des pèlerins argentins vendredi matin, avant la canonisation historique de la première femme sainte du pays dimanche.

Dans son discours, le pape François a présenté la bienheureuse María Antonia de St. Joseph de Paz y Figueroa, plus affectueusement connue sous le nom de "Mama Antula", comme un exemple de "charité" et "une inspiration qui ravive 'l'option pour les derniers, pour ceux que la société rejette'".

L'exemple et l'héritage de la sainte sont particulièrement importants pour nous aujourd'hui "au sein de cette société qui risque d'oublier que 'l'individualisme radical est le virus le plus difficile à vaincre'. Un virus qui trompe. Il nous fait croire que tout consiste à donner libre cours à ses propres ambitions", a déclaré le pape en citant son encyclique Fratelli Tutti.

Née en 1730 à Silipica, Santiago del Estero, dans le nord de l'Argentine, María Antonia s'est caractérisée dès son plus jeune âge par un désir fervent de servir Dieu. Elle aidait les parents à instruire leurs enfants et prodiguait des soins aux malades et aux pauvres.


Dans le contexte de la suppression des Jésuites dans l'Empire espagnol par Charles III, le pape a décrit María Antonia comme un exemple de dépassement de l'adversité alors qu'elle voyageait à pied pour promouvoir la spiritualité ignatienne et "pour aider tout le monde à découvrir la beauté de suivre Jésus".

Advertisement

Le pape a ajouté que ce n'était pas une mince affaire étant donné "l'aversion qui s'était développée à l'égard du Christ, l'aversion qui s'était développée à l'égard des Jésuites".

"Il lui a été interdit de donner des retraites, elle a donc décidé de les donner dans la clandestinité. Cette dimension de la clandestinité ne doit pas être oubliée", a souligné le pape François.

Soutenant qu'il est impératif de ne pas oublier cette clandestinité, le pape a dit aux pèlerins de "ne pas abandonner face à l'adversité, de ne pas abandonner nos bonnes intentions d'apporter l'Évangile à tous, malgré les défis."

María Antonia est un exemple de discernement "parce qu'elle n'a pas placé sa sécurité en elle-même, mais en Dieu, confiante que son apostolat ardu était son œuvre", a déclaré le pape.


Elle a ainsi "expérimenté ce que Dieu attend de chacun de nous, afin que nous puissions découvrir son appel, chacun dans son propre état de vie [...] il sera toujours synthétisé en faisant tout pour la plus grande gloire de Dieu et le salut des âmes".

More in Afrique

"Le chemin de la sainteté implique la confiance et l'abandon", a souligné le Saint-Père.

"Fermement enracinés dans le Seigneur, nous devons voir cela comme une occasion dans laquelle nous pouvons défier notre environnement pour apporter la joie de l'Évangile", a-t-il ajouté.

Le pape François présidera la messe de canonisation dans la basilique Saint-Pierre le dimanche 11 février à 9h30. Le président argentin Javier Milei sera également présent à la cérémonie. Il sera reçu en audience privée par le pape le lundi 12 février au Vatican.