Le Conseil interconfessionnel du Kenya s'appuie sur la "sagesse de la science" pour planifier les cultes publics

Membres du Conseil interconfessionnel du Kenya
Credit: Kenya Broadcasting Corporation (KBC).

Les membres du Conseil interconfessionnel du Kenya, constitué pour développer des protocoles pour la reprise du culte public, sont guidés par leur foi en Dieu, les conseils des experts concernés et les souhaits du peuple de Dieu dans la nation d'Afrique de l'Est alors qu'ils planifient la reprise du culte public et des cérémonies connexes, ont-ils déclaré dans une déclaration.

"En tant que leaders de la foi, nous sommes désireux d'écouter la voix de Dieu, la sagesse de la science et les voix de nos fidèles dans le cadre de ce mandat qui nous a été confié", déclarent les membres du Conseil dans leur lettre publiée le samedi 27 juin.

Ils ajoutent : "En tant qu'hommes et femmes de foi, nous nous engageons à faire ce qui est en notre pouvoir pour que des lignes directrices et des protocoles appropriés soient mis en place afin d'assurer la sécurité de nos fidèles lors de l'ouverture progressive des lieux de culte et de la célébration des mariages, des funérailles et d'autres cérémonies religieuses". 

Dans leur déclaration collective signée par le président du Conseil, l'archevêque catholique Mgr Anthony Muheria, ils confirment avoir reçu des propositions de divers groupes religieux et ont invité ceux qui souhaitent envoyer des propositions à le faire.

"Nous sommes ouverts à toute proposition émanant de groupes religieux organisés qui peuvent contacter notre secrétariat", indiquent les membres du Conseil.

Ce conseil interconfessionnel de 15 membres a été créé le 12 juin, quelques jours après que le président Uhuru Kenyatta ait demandé aux secrétaires d'État à l'intérieur et à la coordination du gouvernement national et à la santé de le créer.  

Le conseil comprend également Mgr John Obala du diocèse de Ngong et Mgr Joseph Obanyi du diocèse de Kakamega, des représentants d'autres entités religieuses, notamment l'Église anglicane du Kenya (ACK), le Conseil suprême des musulmans du Kenya (SUPKEM), l'Église presbytérienne d'Afrique orientale (PCEA), entre autres.

Les lieux de culte au Kenya sont fermés depuis mars après que le gouvernement ait donné un ordre de fermeture comme l'une des mesures visant à minimiser le risque de propagation du Coronavirus. 

La nation est-africaine a enregistré au moins 6 040 cas du COVID-19, dont 141 décès et 1 936 guérisons. 

Dans leur déclaration du 27 juin, les membres du Conseil interconfessionnel soulignent l'importance d'adhérer aux règles de sécurité fournies par le ministère de la santé (MoH) en disant : "Nous souhaitons réitérer un principe cardinal ; la réouverture en toute sécurité des lieux de culte dépendra entièrement de notre respect des directives actuelles du MoH et de celles que ce Conseil présentera". 

Si les fidèles "adoptent pleinement la nouvelle norme pour prévenir la propagation de nouvelles infections, cela facilitera et accélérera la réouverture progressive et sûre du culte en congrégation", disent-ils.

Les chefs religieux ajoutent : "Nous invitons le public à participer à ce processus en sollicitant des réactions en envoyant un mémorandum au conseil par le biais de son adresse électronique [email protected] afin qu'il parvienne au conseil avant le 2 juillet 2020".

Le mandat du Conseil expire le 31 décembre 2020, mais peut être prolongé à la discrétion du président. 

Dans une interview aux médias locaux, l'archevêque Muheria a déclaré que les défis posés par la pandémie ont fait comprendre aux gens que Dieu est maître de la situation.

"COVID-19 nous a appris le sens spirituel d'être en famille, d'apprécier la famille.  Nous avons été trop occupés à faire nos affaires, n'ayant parfois pas de temps pour nos familles. Ce sont de bonnes leçons pour nous", a déclaré l'archevêque Muheria, qui est l'Ordinaire local de l'archidiocèse de Nyeri, à la télévision Citizen du Kenya, le samedi 27 juin.

Il a ajouté : "La faim de Dieu en cette période de fermeture nous a fait aspirer davantage à Dieu. Je suis optimiste quant à la résurgence de la religion (et) de la spiritualité ... Je vois l'Église arriver en force, je vois les groupes religieux ressusciter et s'épanouir énormément".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]