Les groupes confessionnels du Ghana ont "maintenu le pays en vie" malgré la crise du COVID-19

Mgr Philip Naameh, président de la conférence des évêques catholiques du Ghana, lors d'une poignée de main avec le président Nana Addo-Dankwa Akufo-Addo lors d'une visite des évêques au président au siège du gouvernement.
Credit: Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC)

Lors d'une session parlementaire, un membre du gouvernement ghanéen a reconnu avec satisfaction le rôle des organisations confessionnelles, déclarant qu'elles ont "maintenu le pays en vie".

"Le soutien diversifié des groupes religieux dans la lutte contre la maladie virale est ce qui a permis au pays de continuer à fonctionner", a déclaré le 23 juillet le ministre ghanéen des finances, Ken Ofori-Atta, lors de l'examen semestriel du budget 2020 au Parlement.

Il a expliqué : "Monsieur le Président, l'Eglise de la Pentecôte, dans un geste humanitaire, et en accord avec les récents accords de partenariat social, a offert le Centre de convention de la Pentecôte à Gomoa Fetteh comme centre d'isolement pour les personnes infectées. De même, l'Église catholique a libéré une série de ses installations situées dans tout le pays pour héberger et traiter les personnes infectées", a déclaré M. Ofori-Atta.

"Au fil des ans, les organisations confessionnelles ont renforcé la confiance du gouvernement dans leurs mécanismes impartiaux de prestation de services sociaux et d'intervention auprès des personnes défavorisées", a-t-il ajouté.

Après l'apparition de la pandémie de coronavirus dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, le président Nana Akufo-Addo a institué un fonds national d'affectation spéciale COVID-19 pour soutenir les Ghanéens touchés par le virus, en particulier les travailleurs de première ligne. Des particuliers, des groupes religieux et des institutions privées ont continué à contribuer à ce fonds.

Le mois dernier, les évêques catholiques du Ghana ont offert 13 installations de l'Église à travers le pays comme centres d'isolement COVID-19 à la demande du gouvernement ghanéen, tandis que l'Église de la Pentecôte a offert son centre de convention de la Pentecôte ultra-moderne de 250 acres à Gomao Fetteh, dans la région centrale.

Lors de la session parlementaire du 23 juillet, le ministre des finances du Ghana a reconnu l'intervention des chefs religieux en déclarant : "Les églises et le bureau de l'imam en chef ont géré la distribution de nourriture sèche fournie par le gouvernement aux personnes vulnérables dans les zones à faible revenu" touchées par le verrouillage.

"Le travail des églises traditionnelles, des églises charismatiques, pentecôtistes et de nos leaders islamiques continue à soutenir notre peuple", a-t-il ajouté.

M. Ofori-Atta a poursuivi en disant : "Les organisations confessionnelles (FBO) continuent de s'associer au gouvernement pour la construction de la nation par le développement de politiques et la fourniture rapide de services sociaux".

La collaboration a été officiellement lancée le 10 décembre 2019, et un protocole d'accord a été signé entre le gouvernement et les organisations confessionnelles, officialisant le partenariat, a déclaré le représentant du gouvernement.

Il a ajouté : "Les organisations confessionnelles continuent à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement dans des secteurs critiques tels que l'éducation, la santé, l'agriculture et la formation professionnelle".

Selon le ministre des finances, en raison des succès enregistrés, le gouvernement va instituer un conseil d'administration "pour superviser la collaboration de l'État et des organisations confessionnelles dans la mesure où elles contribuent au développement d'un Ghana résilient et autosuffisant".

Dans son 12e discours national le 21 juin, le président Akufo-Addo a remercié l'Église catholique et d'autres organisations "d'avoir accepté d'utiliser leurs installations à travers le pays comme centres d'isolement dans la lutte contre COVID-19".

"Ce sont des offres opportunes, qui garantiront que l'ensemble de nos systèmes de santé ne soit pas indûment surchargé et débordé", a déclaré le président du Ghana.

Dans une lettre de réponse à la demande du gouvernement d'offrir des installations, le président de la Conférence des évêques catholiques du Ghana (GCBC), Mgr Philip Naameh, a déclaré : "L'Église catholique du Ghana a accepté la demande et est prête à offrir au gouvernement nos installations dans les différentes régions pour qu'elles servent de centres d'isolement comme notre humble contribution à la lutte nationale".

Mgr Naameh a ajouté : "En tant qu'Eglise aux niveaux national et diocésain, nous restons engagés à (aider) le gouvernement dans la lutte contre la propagation de la pandémie  du COVID-19".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]