Selon un missionnaire en Afrique du Sud, « les gens ont baissé leur garde » par rapport au mesures du COVID-19

Des gens passent devant une publicité COVID-19 dans la ville de Soweto, près de Johannesburg, en Afrique du Sud, le 13 juillet 2020.
Credit: AP

Un prêtre missionnaire exerçant son ministère en Afrique du Sud a déclaré que la majorité des habitants du pays ne prennent pas au sérieux les mesures de précaution relatives au COVID-19 malgré les taux d'infection élevés et a averti que ce laxisme pourrait conduire à des restrictions plus strictes sanctionnées par le gouvernement.

« Le drame, c'est que ces derniers jours, les gens ont baissé leur garde. Trop de gens se déplacent pour travailler ou pour s'amuser parce qu'ils ont le sentiment que le virus n'est pas dangereux", a déclaré à Agenzia Fides le père Pablo Velasquez, missionnaire dans le pays.

Selon le membre des Missionnaires de Saint-Charles Borromée (Scalabriniens), ce laxisme « risque d'aggraver la situation et de sombrer dans un enfermement encore plus rigide que celui que nous avons connu ces derniers mois. »

Avec 453 000 cas, l'Afrique du Sud est le cinquième pays le plus touché par les infections au COVID-19 dans le monde.  Au moins 275 000 personnes se sont rétablies, tandis que 7 067 autres ont succombé à la pandémie.

Le Père Pablo est préoccupé par le sort des personnes vivant dans les bidonvilles qui ne respectent pas les mesures du COVID-19 telles que la distanciation sociale, le port de masques, la désinfection, entre autres.

« J'effectue une partie de mon service pastoral dans un bidonville. J'ai donc eu l'occasion d'y entrer. J'ai vu beaucoup de gens autour, sans aucune forme de protection » a déclaré le missionnaire basé à Johannesburg dans le rapport du mardi 28 juillet et a ajouté : « Le risque de propagation du virus est élevé également en raison des mauvaises conditions d'hygiène. »

Sur la reprise du culte public, le prêtre a déclaré : « Nous avons décidé de reprendre la célébration des messes mais avec seulement 50 fidèles qui doivent réserver à l'avance et doivent respecter les règles strictes imposées par l'autorité. »

« Nous avons dit à nos fidèles que si un ou plusieurs cas devaient être enregistrés parmi ceux qui assistent à la messe, nous fermerions l'église à une date à fixer » a-t-il ajouté.

Le prêtre a également déclaré qu'en plus de fournir une nourriture spirituelle au peuple de Dieu à Johannesburg, les membres de l'Institut religieux, vieux de 133 ans, ont également offert « de la nourriture aux habitants pauvres des villes qui ne pouvaient pas aller travailler en raison des restrictions de COVID-19. »

« Nous sommes épuisés, nous avons dû réduire les jours de distribution de nourriture et sélectionner les personnes les plus nécessiteuses. Nous n'avions plus de fonds pour nourrir tout le monde » a déclaré le père Pablo.

De nombreuses personnes ayant perdu leur emploi à cause du COVID-19, le missionnaire scalabrinien a noté que le chômage est endémique et que les gens n'ont pas d'argent.

Il a expliqué : « De plus en plus de gens viennent nous demander une aide financière pour payer le loyer. Pour obtenir une occupation, les gens sont prêts à payer des pots-de-vin aux médiateurs. La corruption augmente. Ce sont aussi les conséquences de la pandémie. » 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]