L’Église se distingue comme « la seule institution qui fonctionne mieux » après 60ans d’Independence en Afrique

Père Apollinaire Cibaka Cikongo
Credit: Aide à l'Église en Détresse (AED) internationale

Alors qu'un bon nombre de nations africaines célèbrent les 60 ans de leur indépendance en 1960, un prêtre en service en République démocratique du Congo (RDC) a déclaré, dans une interview avec l'Aide à l'Église en Détresse (AED) internationale, partagée avec ACI Afrique, que l'Église se distingue comme « la seule institution qui fonctionne mieux que toute autre » sur le continent.

Dans l'interview publiée le 28 juillet, le père Apollinaire Cibaka Cikongo déclare qu'au milieu d'expériences difficiles dans divers pays africains indépendants, les activités de l'Église ont eu le plus grand impact positif sur la vie du peuple de Dieu sur le continent.

« Je crois que l'Eglise est l'institution qui fonctionne le mieux. Malgré les échecs et les difficultés, c'est la seule de toutes les institutions héritées de l'Occident qui fonctionne réellement » dit le père Apollinaire.

Il explique : « Dans de nombreux endroits, comme en République démocratique du Congo par exemple, on pourrait dire que l'Église est l'État, sans lequel il n'y aurait pas de vie, pas d'espoir, pas d'avenir... Et cela se voit dans de nombreux domaines, notamment dans celui de l'éducation et de la santé. »

« En l'absence d'un État qui veille à l'éducation et à la santé de son peuple, l'Église est responsable d'environ 50% de toutes les écoles, centres de formation, hôpitaux et centres de santé, parmi lesquels les meilleurs du pays, mais en même temps souvent les seuls qui existent dans toutes ces villes et villages oubliés par l'État » poursuit le père Apollinaire, en réfléchissant aux 60 dernières années de l'indépendance de son pays. 

En 1960, quelque 17 pays africains ont obtenu leur indépendance de l'ancien régime européen - 14 de la France, deux de la Grande-Bretagne et un de la Belgique, indique AED Internationale dans un rapport partagé avec ACI Afrique vendredi 31 juillet.

Le Cameroun est devenu indépendant le premier jour de 1960, suivi du Togo (27 avril), de Madagascar (26 juin), de la RDC (30 juin) et de la Somalie (1er juillet). 

Août 2020 marque le 60e anniversaire de l'indépendance de huit autres pays africains. Ces pays sont le Bénin, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, la République centrafricaine (RCA), la République du Congo (Congo Brazzaville), le Gabon et le Sénégal.

Le Mali, nation d'Afrique de l'Ouest, a obtenu son indépendance de la France le 20 juin 1960. La même année (1960), le pays le plus peuplé d'Afrique, le Nigeria, a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne le 1er octobre. La République islamique de Mauritanie, quant à elle, a obtenu son indépendance de la France le 28 novembre 1960.

« L'Eglise catholique mène son travail pastoral et social face à une situation de fragilité interne et d'hostilité externe, qui menace constamment de saper ou de ruiner son travail » a déclaré le Père Apollinaire à l'AED en faisant référence aux obstacles externes sur la voie de l'évangélisation en Afrique.

L'Église souffre « d'une fragilité interne à cause des laïcs, qui ont peu de sens de l'engagement de leur vocation séculière, alors que tout l'engagement social de l'Église repose sur les évêques et les conférences épiscopales, et cela l'affaiblit » a dit à l'AED le Père Apollinaire, qui est doyen et professeur à l'Université officielle de Mbuji-Mayi en RDC. 

« L'Eglise est également confrontée à une situation de concurrence religieuse féroce de la part des sectes évangéliques » a encore déclaré le père Apollinaire, ajoutant en référence à cette concurrence : « Nous sommes en diminution démographique, car nous n'avons pas réussi à renouveler notre approche de l'apostolat chrétien. »

« Par le biais de son travail social, l'Église menace de nombreux intérêts privés et c'est pourquoi l'affaiblissement de son influence est l'objectif de beaucoup d'entre eux, en particulier des politiciens » a déclaré à l'AED le clerc qui a écrit une trentaine de livres et d'articles sur la théologie, le commentaire social et la littérature.

Dans l'interview du 28 juillet, le clerc congolais observe que plusieurs institutions ont menacé d'affaiblir l'Église en Afrique. 

En conséquence, dit le Père Apollinaire, l'Église est « détestée et même persécutée par certains États qui, au lieu de faciliter son travail, tentent plutôt de faire taire sa voix, en utilisant des méthodes violentes et intimidantes pour supprimer toute expression de critique. »

Une autre stratégie utilisée pour affaiblir l'Eglise, selon ce clerc de 53 ans, "est de créer des divisions entre les chrétiens".

« L'Eglise est également confrontée à une situation de concurrence religieuse féroce de la part des sectes évangéliques » déclare le prêtre congolais, faisant allusion à la pratique consistant à fomenter la corruption par le biais de sectes qui sont le fer de lance de la multiplication de nouvelles églises chrétiennes, « dont beaucoup sont de purs stratagèmes lucratifs. »

En concentrant son attention sur les pays africains qui ont été indépendants au cours des 60 dernières années, le père Apollinaire, qui est également président du projet Ditunga en RDC, a déclaré à AED : « L'état actuel de l'Afrique noire n'est pas le fruit d'une dynamique positive mais plutôt d'une dynamique de violence causée par la conquête occidentale de l'Afrique - le traitement des esclaves noirs, le colonialisme, les fausses indépendances, la guerre froide, les dictatures et les démocraties apparentes. »

« Il y a des guerres causées par la cupidité et la convoitise, par les intérêts économiques de certains groupes indigènes et de certaines puissances internationales » dit le père Apollinaire, qui ajoute que « la lutte pour le contrôle et l'exploitation des immenses ressources humaines et naturelles du continent coûte de nombreuses vies humaines en Afrique. »

Il ajoute : « Ces puissances tirent toujours plus de bénéfices des ressources du continent que les nations africaines elles-mêmes en raison des règles injustes d'un système de marché cruel. »

« Le peu qui reste dans le pays n'est pas géré pour le bien de tous les citoyens, mais selon les désirs et les caprices de ceux qui affichent le pouvoir de l'État et de ses représentants élus » poursuit le prêtre Congolais. 

Pour aller de l'avant, le prêtre congolais dit : « Seule une Église fidèle au Christ et à l'Évangile, par la contemplation, l'humilité, le service, un comportement exemplaire et l'engagement de tous ses membres, peut être à la hauteur de sa mission spirituelle au sein de la société. »

« C'est la seule chose que le Christ demande à l'Eglise, afin qu'elle soit le temple et l'instrument de son amour et de sa grâce » dit le Père Apollinaire.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]