L'archevêque nigérian récemment installé à Abuja promet d’engager le gouvernement sur les questions nationales

Mgr Igantius Kaigama s'adressant à l'assemblée lors de son installation le 5 décembre à la cathédrale des Douze Apôtres, Abuja.
Credit: Domaine Public
Previous Next

Le nouvel archevêque de l'archidiocèse d'Abuja au Nigéria, l'archevêque Ignatius Kaigama, a promis, lors de sa cérémonie d'installation, d'engager le gouvernement dans des questions qui contribuent au bien commun du pays le plus peuplé d'Afrique, des semaines après que le président du pays a déclaré qu'il soutiendrait le ministère du leader de l'Église dans la capitale de son pays, Abuja.

« Dans l'exercice de mon devoir prophétique, je chercherai respectueusement à dialoguer avec les dirigeants gouvernementaux sur le bien commun ; je rappellerai à nos dirigeants de se souvenir des pauvres, des jeunes, des veuves et des orphelins », a déclaré l'archevêque lors de sa cérémonie d'installation à Abuja, jeudi 5 décembre.

Il a promis d’engager les dirigeants politiques de son pays, leur rappelant «les paroles de notre engagement et de notre hymne national: servir notre patrie avec amour, force et foi; avec cœur et puissance; une nation liée par la liberté, la paix et l'unité. »

«Je prierai avec eux et dialoguerai sur la manière dont nos jeunes peuvent être mieux aidés», a-t-il déclaré lors de l'événement qui s'est tenu à la cathédrale des douze apôtres à Abuja et a poursuivi: «Je continuerai de souligner la nécessité de protéger la vie et les biens de tous les Nigérians et de fournir des emplois à nos nombreux jeunes utilisés par les fanatiques ethniques, religieux et politiques pour la violence, le culte et d'autres pratiques antisociales. »

Dans son discours, le prélat, âgé de 61 ans, a également mis au défi les dirigeants politiques d'être fidèles à leur serment : « servir plutôt que d'être servis ; d'être plus proches de leur peuple non seulement en période électorale, mais de toujours ressentir leur douleur et leur agonie plutôt que d'être cachés dans des bureaux climatisés ou de voyager en jets ou hélicoptères pour éviter les routes qui restent sans entretien pendant des années ou simplement mal entretenues ».

Il a ensuite exhorté les dirigeants à éviter la tendance à « s'entourer de personnel de sécurité armé ou de chiens de sécurité dressés » car cela les rend « inaccessibles et insensibles » aux luttes des gens ordinaires qui risquent d'être injustement traités. »

L'archevêque a également profité de l'occasion pour raconter comment il a reçu la nouvelle de sa nomination du nonce apostolique au Nigéria, l'archevêque Antonio Guido Filipazzi «avec tremblement et appréhension», son «esprit errant comme un chat sauvage».

Deux jours après avoir reçu la nouvelle, il a accepté les changements dans sa vie et en a informé le Nonce apostolique, a dit Mgr Kaigama lors de l'événement jeudi. 

«Après des réflexions troublées sur les implications de ma nomination, mais sachant que ce n'est ni une fonction pour laquelle on a fait campagne ni influencée par de puissants pères divins, mais l'action du Seigneur, j'ai appelé le Nonce apostolique le dimanche 17.2.2019 pour promettre mon obéissance et humble acceptation de la nomination par le Saint-Père », a expliqué l'archevêque à la congrégation venue témoigner de sa prise de possession de l'archidiocèse d'Abuja.

Dans son discours, le Prélat nigérian a également remercié le Pape François « pour la confiance qui m'a été accordée en me confiant la direction pastorale de l'archidiocèse d'Abuja ».

« Je renouvelle par la présente mon serment de loyauté et de dévouement filial », a-t-il dit en faisant référence au Saint-Père.

« À Son Excellence le Nonce apostolique, j'exprime ma gratitude pour vos paroles généreuses d'encouragement et de soutien et je compte sur votre collaboration fraternelle ainsi que sur le soutien de mes frères évêques de la Province ecclésiale d'Abuja et de tous les membres de la Conférence épiscopale catholique du Nigéria (RCCS) », a-t-il ajouté.

Reconnaissant qu'il a toujours succédé à des bergers «plus expérimentés et plus doués», l'archevêque a noté: «Mon prédécesseur à Jos, le serviteur de Dieu, l'archevêque Gabriel Gonsum Ganaka, était une personne que j'appelais un gourou ecclésiastique»

Il a ajouté en rappelant ses prédécesseurs : « En tant que président du RCCS, j'ai succédé à Mgr Félix Alaba Job, archevêque vétéran de la pastorale que j'appelle « archives mobiles » (il n'oublie pas facilement les informations pastorales ou statistiques), et mon prédécesseur immédiat ici, le cardinal Onaiyekan, un colosse intellectuel ».

« J'ai la conviction que le Seigneur utilise les leaders pour construire, non par la sagesse et la puissance humaines, mais par sa grâce. Je ne suis peut-être pas exceptionnel, mais je vous assure que nous continuerons à prier et à travailler ensemble pour la cohésion sociale, le progrès spirituel et pastoral », a dit l'archevêque.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]