L’église Catholique en Gambie suspend les messes publiques après l’augmentation des cas du COVID-19

Mgr Gabriel Mendy, évêque du diocèse de Banjul en Gambie.
Credit: Domaine public

Suite à une augmentation du nombre de cas du COVID-19 en Gambie ces dernières semaines, l'évêque du seul diocèse catholique de ce pays d'Afrique de l'Ouest a une fois de plus suspendu la célébration de la messe publique et d'autres rassemblements religieux.

"J'ai décidé, en accord avec le collège des consulteurs, de suspendre jusqu'à nouvel ordre toutes les messes publiques et la célébration des sacrements dans nos paroisses et nos écoles", a déclaré l'évêque du diocèse de Banjul, Mgr Gabriel Mendy, dans sa déclaration publiée le mercredi 5 août.

Mgr Mendy a expliqué les raisons de cette décision en disant : "C'est en raison du nombre croissant et écrasant de cas de COVID-19 et de décès au cours des deux dernières semaines, ainsi que des dangers et des risques encourus par les prêtres, les religieux, les séminaristes et les fidèles laïcs et par tout le peuple de Dieu. Il est donc nécessaire de prendre des mesures et des actions drastiques pour préserver la vie dans cet état d'urgence".

Les cas de COVID-19 dans le plus petit pays d'Afrique ont augmenté de plus de 60 % au cours des sept derniers jours, pour atteindre près de 800 cas, a rapporté Reuters.

Les membres du gouvernement ont attribué ce pic à un relâchement dans l’observation les mesures barrières qui avaient jusqu'à présent maintenu le total du cas de la Gambie comme le plus bas d'Afrique.

La nation ouest-africaine a maintenant enregistré 799 cas, dont 116 guérisons et 16 décès liés, selon les statistiques de Worldometers.

Dans la déclaration du 5 août, l'Ordinaire du lieu de Banjul note que : "Nous sommes confrontés à un choix très critique et urgent à ce moment de notre voyage dans la foi et de notre existence en tant que peuple élu de Dieu dans le diocèse de Banjul, en Gambie." 

En se référant au Livre du Deutéronome, le prélat de 52 ans réfléchit : "Notre choix, à savoir que nous devons tous prendre la bonne décision, est exactement le même que l'option de vie et de mort que Moïse a présentée au peuple élu de Dieu dans Deut. 30:19-20".

"Le plan d'action et les directives qui ont été présentés le 22 mars dernier au début de la pandémie COVID-19 vont maintenant être réintroduits avec effet immédiat", déclare le prélat gambien, membre de la Congrégation du Saint-Esprit (Spiritains).  

Faisant référence aux restrictions émises en mars, Mgr Mendy a ordonné que "les messes quotidiennes et dominicales ne soient célébrées qu'en privé au nom des fidèles et non publiquement dans les paroisses". 

Il a invité les fidèles et leurs familles "à participer spirituellement aux messes qui seront relayées et diffusées en direct sur la page Facebook de l'Institut pastoral gambien et sur certaines stations de radio et de télévision".

Dans sa déclaration du 5 août, le prélat annonce également : "qu’il n'y aura pas de célébration diocésaine de la solennité de l'Assomption de la Vierge et de son couronnement comme Reine du Ciel et de la Terre les 15 et 22 août, respectivement. Les fidèles ne doivent donc se réunir pour aucune célébration, procession et divertissement".

Il ajoute : "Tous les mariages, baptêmes, services de réconciliation, services de communion, veillées d'adoration, retraites et réunions seront suspendus avec effet immédiat jusqu'à nouvel ordre".

"L'utilisation du masque est obligatoire pour tous. Et la pratique de la distance sociale, le lavage des mains avec des désinfectants et la vérification des températures doivent être mis en œuvre", poursuit Mgr Mendy.

Afin de s'assurer que les fidèles sont spirituellement nourris pendant cette période, l'évêque a, dans cette déclaration de deux pages, invité les familles à méditer sur "les lectures de la messe quotidienne et dominicale et la vie des saints, ainsi qu'à procéder à un partage familial des écritures et à vivre selon chaque parole qui vient de la bouche de Dieu".

Dans cette déclaration, il exhorte également les fidèles, en union avec le Saint-Père, le Pape François, à "offrir des prières et des supplications quotidiennes pour la guérison des patients atteints de COVID-19, la protection des médecins, des infirmières et des travailleurs médicaux, pour l'intervention de Dieu afin d'éradiquer la maladie du coronavirus et de trouver un remède médical à cette pandémie".

Le prélat spiritain conseille également au peuple de Dieu en Gambie de "ne jamais se laisser tromper ou induire en erreur par quiconque prétend avoir un remède spirituel ou toute autre forme de remède à la pandémie de coronavirus".

Il explique : "La réintroduction de ces actions et mesures drastiques, une fois encore, peut être dure et insupportable, mais elles sont conformes à la bonne raison et absolument nécessaires pour préserver le don sacré de la vie que Dieu nous a fait". 

"Pour le bien de notre vie et de notre santé, nous devrions sacrifier notre désir de célébrer l'Eucharistie en tant que communauté de foi, de témoigner de notre célébration traditionnelle des suppositions de notre dame et de nous socialiser et nous divertir en cette saison estivale", conclut Mgr Mendy, originaire de Lamin, dans le seul diocèse catholique de Gambie, à Banjul.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]