Au Malawi, l’épiscopat fustige les nouvelles mesures barrières contre COVID-19

La cathédrale Notre-Dame de la Sagesse de Blantyre, au Malawi.
Credit: Domaine public

Les évêques catholiques du Malawi ont déploré leur exclusion du processus de formulation et d'annonce des nouvelles mesures barrieres contre COVID-19 dans ce pays d'Afrique de l’Est, malgré leur participation active à la base, "en faisant pression pour un comportement conforme au COVID-19".

"La Conférence épiscopale du Malawi (ECM) souhaite exprimer son mécontentement quant à la manière dont les nouvelles mesures barrières ont été publiées", déclarent les évêques dans leur déclaration collective publiée le dimanche 9 août.

"Ils nous ont pris par surprise", disent les membres de l'ECM en référence au gouvernement avant d’ajouter, "Nous n'avons été ni informés ni consultés malgré le fait que nous avons été au premier plan du lobbying pour un comportement conforme au COVID-19".

La réaction des évêques fait suite aux nouvelles mesures barrières contre COVID-19 du samedi 8 août annoncées par le procureur général du Malawi, le Dr Chikosa Silungwe, incluant la suspension des cultes publics et des rassemblements publics similaires.

Les nouvelles mesures, qui sont entrées en vigueur le 8 août jusqu'à nouvel ordre, ont converti les mesures COVID-19 en un cadre juridique qui "permettra aux personnes désignées, notamment les policiers, les autorités traditionnelles et les agents de santé, de faire respecter les règles telles que la distanciation sociale, le lavage des mains et le port obligatoire d'un masque en public", a déclaré l'agence de presse du Malawi, citant le procureur général. 

Parmi les services essentiels exemptés des nouvelles mesures strictes figurent les services de santé et les services médicaux, la gestion de l'eau et des catastrophes, le secteur bancaire et le secteur "hôtelier".

"Les établissements d'accueil et de loisirs tels que les bars et les restaurants ne seront autorisés à fonctionner que pendant une période déterminée et n'offriront que des services à emporter. Les services d'accueil ne seront autorisés à offrir que le service aux chambres", a déclaré le procureur général du Malawi le 8 août.

Le pays a signalé au moins 4 673 cas de COVID-19, 146 décès et 2 430 guérisons. 

"Le gouvernement fait tout son possible pour empêcher la propagation de la maladie, y compris la surveillance et la recherche des contacts, la gestion des cas, la logistique et les fournitures et l'augmentation de la capacité des laboratoires pour s'assurer que le test COVID-19 est disponible dans tout le pays", a déclaré le 9 août le ministre de la santé du Malawi, Khumbize Kandodo Chiponda.

Elle a mis en garde contre le laxisme et a exhorté à une stricte adhésion aux mesures préventives car les cas de coronavirus sont en augmentation dans le pays.

Dans leur déclaration collective du 8 août, les membres de l'ECM qui avaient annoncé la reprise des célébrations liturgiques publiques, y compris les rassemblements d'églises et les communautés ecclésiales vivantes en mai, disent avoir été le fer de lance de l'observation des mesures COVID-19 "avec diligence" pendant le culte public.

"Les directives précédentes ont été largement ignorées dans la société en général, mais dans les églises, nous les avons appliquées avec diligence et nous avons enseigné à tous les chrétiens l'importance de s'y conformer", se souviennent les membres de l'ECM.

Ils promettent cependant de respecter les nouvelles directives du gouvernement en disant : "Puisque nous sommes respectueux des lois, nous, les évêques catholiques, donnons instruction à tout le clergé, aux religieux et aux laïcs de suspendre immédiatement tous les rassemblements publics de l'Église jusqu'à nouvel ordre.

Ils ajoutent : "En attendant, nous allons engager le gouvernement à voir notre véritable rôle dans la prévention de la propagation de COVID-19.

Les évêques appellent en outre les prêtres du pays aux huit diocèses à "célébrer quotidiennement la messe dans leur église paroissiale ou leur chapelle communautaire afin de prier aux intentions du peuple".

Pour faciliter les efforts des prêtres, les évêques disent que "les médias catholiques devraient diffuser la célébration eucharistique, que les chrétiens suivront à des moments précis de la journée".

Ils demandent instamment au clergé, aux religieux et aux laïcs de continuer à "respecter strictement les directives sanitaires et pastorales publiées précédemment par la Conférence et le ministère de la santé, c'est-à-dire se laver les mains avec du savon régulièrement et soigneusement, éviter les salutations et les contacts physiques, observer la distance sociale, utiliser des masques faciaux, etc. 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]