Advertisement

À l'occasion de la Journée mondiale de l'aide humanitaire, les salésiens passent en revue leurs interventions au Burundi et au Malawi

À l'occasion de la Journée mondiale de l'aide humanitaire de cette année, célébrée le mercredi 19 août, les membres de l'Institut religieux des Salésiens de Don Bosco (SDB) ont, à travers un rapport de leur bureau de développement basé aux États-Unis, fait le point sur leurs diverses interventions dans le monde, y compris dans deux pays d'Afrique.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies, la Journée mondiale de l'aide humanitaire de cette année est axée sur "ce qui pousse les humanitaires à continuer de sauver et de protéger des vies malgré les conflits, l'insécurité, le manque d'accès et les risques liés au COVID-19".

" Les missionnaires (salésiens) sont à l'avant-garde des efforts humanitaires, y compris la réponse en cours au coronavirus, dans plus de 132 pays à travers le monde. Ils fournissent une assistance immédiate lors des crises humanitaires et aident à la reconstruction des communautés et au rétablissement des moyens de subsistance", indique le rapport du 18 août des dirigeants des Missions salésiennes basées à New York, partagé avec ACI Afrique.

Dans le rapport, le directeur des missions salésiennes, le père Gus Baek, note que les prêtres, les sœurs et les laïcs bénévoles salésiens qui vivent au sein du peuple de Dieu qu'ils servent "sont parfaitement placés pour répondre en temps de crise humanitaire". 

"Les missionnaires salésiens fournissent de la nourriture, des kits d'hygiène et d'autres fournitures. Ils ont également lancé des campagnes de sensibilisation et veillent à ce que les gens prennent des mesures de prévention", déclare le père Gus en référence aux interventions des membres de SDB face à la crise de COVID-19.

Advertisement

En revenant sur leurs interventions humanitaires au Burundi, pays d'Afrique de l'Est, les responsables des Missions salésiennes rappellent l'initiative de lavage des mains dont ont bénéficié des milliers de personnes dans une paroisse sous la direction de membres des SDB.

"La paroisse salésienne de Rukago, au Burundi, a accès à des stations de lavage des mains grâce à un financement des Missions salésiennes. Ce projet, qui a bénéficié à 65 000 personnes de la paroisse et de la communauté locale, a permis de fournir des stations de lavage des mains dans huit églises, 15 écoles et l'Oratoire Don Bosco", indique la direction des Missions salésiennes dans le rapport du 18 août. 

Dans le rapport, le père salésien Raphaël Katanga a déclaré que : "L'installation de stations de lavage des mains devant les églises, les bureaux, les écoles et les terrains de jeux est un moyen efficace de lutter contre la pandémie de coronavirus tout en donnant à la population locale l'espoir de vivre". 

Les salésiens du Burundi ont également pu soutenir des familles vulnérables qui risquaient de faire face à une pénurie alimentaire en raison de la circulation limitée des biens et des personnes, explique le père Raphaël.

Ils ont également inauguré un bâtiment de deux étages pour l'orphelinat Maison Cana géré par les Filles de Marie - Notre-Dame de Cana. 

More in Afrique

Au Malawi, les missions salésiennes ont facilité l'achat de maïs pour nourrir les familles nécessiteuses.

"La réponse rapide des Missions salésiennes nous a aidés à mobiliser et à aider les personnes qui avaient le plus besoin d'aide", déclare le curé de la paroisse de St. Don Bosco dans l'archidiocèse de Lilongwe, le père Mulenga Oswald, dans le rapport du 18 août.

Le père Mulenga ajoute : "Au total, 382 familles ont reçu le maïs. À l'église de Don Bosco, 280 familles de 28 communautés ecclésiales vivantes ont bénéficié de l'aide, ainsi que des familles liées aux centres salésiens de Mbunu, Kundi, Kangonoma, Chipeni et autres". 

Les membres des SDB du Don Bosco Youth Center à Lilongwe, la capitale du Malawi, proposent également des ateliers de conseil, des séminaires et de la littérature éducative, qui abordent les multiples défis auxquels les jeunes sont confrontés dans la région. 

Les jeunes sont également dotés d'une formation aux compétences de la vie courante. Ils sont également orientés vers des stratégies visant à éviter les comportements à haut risque tels que la toxicomanie et la participation à des gangs, selon les responsables des Missions salésiennes dans le rapport du 18 août. 

Advertisement

Créée par les Nations unies en 2009 pour coïncider avec l'attentat à la bombe perpétré en 2003 contre l'hôtel Canal à Bagdad, en Irak, qui a fait au moins 22 morts, dont le principal humanitaire du pays, la Journée mondiale de l'aide humanitaire rend hommage aux travailleurs humanitaires tués et blessés dans l'exercice de leurs fonctions.