Comment COVID-19 a volé aux pauvres le peu qu'ils avaient avant le confinement en Ouganda

Le père Lazar Arasu, directeur du service des réfugiés de Don Bosco Palabek avec le pape François à Rome.
Credit: Domaine public

La pandémie de COVID-19 est devenue un outil d'auto-enrichissement entre les mains des puissants, selon un salésien de Don Bosco (SDB), ministre du clergé parmi les réfugiés en Ouganda, qui a déploré le triste état des groupes vulnérables dans ce pays d'Afrique de l'Est qui, selon lui, ont été privés du peu qu'ils avaient avant le confinement.

Dans une réflexion partagée avec ACI Afrique le mardi 18 août, le père Lazar Arasu, directeur du service des réfugiés de Don Bosco Palabek, qui offre un refuge aux réfugiés en Ouganda, déclare que les groupes marginalisés du pays ont été les plus touchés par la pandémie.

"COVID-19 a touché tout le monde dans le monde, aussi bien les pauvres que les riches... Dans de nombreux endroits, il est devenu un outil politique aux mains de dirigeants sans scrupules pour contraindre les gens et faire des gains en leur faveur", déclare le père Arasu.

Selon lui, ceux qui se trouvent déjà à la périphérie de la société sont davantage poussés vers les marges.

"COVID-19 a volé aux pauvres le peu qu'ils avaient", déplore-t-il, et ajoute : "Il faut se souvenir des personnes vulnérables de la société comme les migrants, les réfugiés, les habitants des bidonvilles, les salariés journaliers et tous ceux qui vivent au jour le jour ".

Au Service des réfugiés de Palabek, la ration alimentaire mensuelle a été considérablement réduite, une mesure qui, selon le prêtre salésien, a encore aggravé la misère des personnes enfermées dans les camps de réfugiés et les colonies.

Dans sa réflexion "Building Hope amidst Coronavirus Epidemic", le Père Arasu dit que les expériences de COVID-19 sont une invitation pour tous à être proche des pauvres.

"Dans l'Evangile de Marc, chapitre 14, Jésus a dit que les pauvres seront toujours avec nous. C'est une invitation à être proche d'eux, à sentir leur présence et à connaître leurs défis et leurs privations", dit-il, et il ajoute : "Les pauvres nous révèlent la réalité qui nous entoure. Ils nous aident à concentrer notre regard. Ils nous apprennent à garder un rythme normal et sain dans notre vie et notre service".

Le prêtre d'origine indienne note que si tout le monde dans le monde rencontre les pauvres d'une manière ou d'une autre, souvent, beaucoup voient les pauvres par hasard, n'en ont qu'un vague aperçu ou les regardent avec dégoût, une situation qu'il appelle "la grande catastrophe de notre temps".

"Lorsque nous regardons les pauvres avec des yeux de compassion et que nous les rencontrons avec une préoccupation, nous en apprenons davantage sur nous-mêmes. Nous devons laisser le besoin et la privation des autres nous ébranler", dit-il.

Il ajoute : "On nous apprend à ne pas rester bloqué dans notre propre routine ou à ne pas nous contenter d'avoir un aperçu des réalités qui nous entourent, mais on nous aide à nous recentrer sur notre propre vie. C'est le début de la sensibilité humaine et du sentiment de solidarité avec les nécessiteux. Les pauvres aiguisent notre sensibilité et nous rendent plus disponibles. Cela peut certainement approfondir notre amour de la vie et renforcer notre foi en nous-mêmes, en autrui et en Dieu. ”

Dans sa réflexion partagée avec ACI Afrique, le père Arasu, qui a exercé son ministère en Ouganda pendant plus de deux décennies, exprime également ses préoccupations quant à la culture du crime qui se développe chez les jeunes dans ce pays d'Afrique de l'Est, caractérisée par une augmentation des grossesses d'adolescentes, des avortements provoqués et de la toxicomanie.

Selon le clerc, d'autres problèmes sociaux sont préoccupants dans le pays, notamment la violence domestique et l'augmentation des cas de suicide.

"En cette période de fermeture des écoles dans les villages et villes d'Ouganda, nous voyons des enfants errer dans les rues sans but, des jeunes qui jouent au loto toute la journée, après avoir perdu leur emploi, des mères et des pères d'enfants assis devant chez eux sans espoir", raconte le prêtre.

Il ajoute : "En raison des licenciements, les jeunes ont recours à des drogues bon marché et à la bière locale pour se "perdre" dans l'ecstasy, ce qui ne fera certainement que les pousser à une plus grande misère".

Les écoles étant fermées depuis des mois, le clerc a également constaté le désespoir des enseignants qui, selon lui, ont même eu recours à la moto et à d'autres petits boulots pour survivre. Pourtant, d'autres ont mis leur dignité de côté et préparent et vendent maintenant des chapati et des crêpes au bord de la route.

"Ce nouvel ordre mondial forcé appelle une réflexion sérieuse et une analyse plus approfondie et nous offre des réponses appropriées à nous-mêmes. Sans la foi en Dieu et en des valeurs supérieures, nous pouvons être encore plus poussés contre le mur. Je dois renforcer ma foi et renforcer la foi des autres, qui sont peut-être plus dans le besoin", dit le père Arasu, et lance un appel à la réouverture des lieux de culte dans le pays pour aider à renouveler un sentiment d'espoir chez les personnes qui souffrent.

"C'est pour cette raison que les restrictions imposées aux lieux de culte doivent être assouplies avec des procédures appropriées", déclare le clerc salésien qui est en Orient depuis trois décennies.

"Nous devons tous poser des questions simples : Que se passe-t-il ? Pourquoi cela se produit-il ? Comment allons-nous réagir ? Qu'est-ce que cela signifie ? Même si nous devenons pauvres en moyens, nous ne pouvons pas nous permettre de devenir pauvres en esprit", dit-il.

Selon le prêtre, il est possible, grâce au partage des ressources, que le peuple de Dieu abandonne ses conforts et vive une vie simple pour le bien de ceux qui sont dans le plus grand besoin.

"C'est le moment de rendre notre vie aussi simple que possible, aussi modeste que possible, tout cela dans l'intérêt de nos voisins dans le besoin. Que notre aspiration soit de construire un seul monde, une seule humanité, car nous avons tous un seul Dieu qui est notre Père et notre Mère à tous", dit le père Arasu dans sa réflexion partagée avec ACI Afrique.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]