Fonds COVID-19 : Les chefs religieux du Kenya affirment que "la corruption incontrôlée témoigne de l'immoralité".

Les membres du Groupe de référence pour le dialogue (DRG) lors d'un point de presse à Nairobi, la capitale du Kenya.
Credit: Domaine public

Les chefs religieux au Kenya ont condamné le détournement des fonds COVID-19, décrivant cette pratique comme "la folie de la corruption incontrôlée" et "immorale".

Dans une déclaration collective publiée le mercredi 26 août, les chefs religieux qui se sont réunis à la maison Ufungamano de Nairobi sous les auspices du Groupe de référence pour le dialogue (DRG) ont appelé le président du pays à mettre en place des mesures ministérielles et départementales pour freiner la corruption, y compris la poursuite des suspects.

"Ce groupe de référence pour le dialogue est consterné par la spirale descendante de la folie de la corruption incontrôlée dont notre nation est le témoin. Cette tendance est immorale et contraire aux enseignements de Dieu, et nous la condamnons pleinement", déclarent les chefs religieux kenyans du DRG dans leur déclaration de sept pages obtenue par ACI Afrique.

Ils font notamment référence aux plus de 190 milliards de shillings kenyans (1,9 milliard de dollars US) que le pays a reçus pour lutter contre la pandémie.

"Il y a eu un grand manque de transparence et de responsabilité dans la dépense de ces fonds, ce qui a donné du crédit aux accusations de détournement de la plupart des fonds", affirment les chefs religieux. 

Les signataires de la déclaration collective comprennent des représentants de l'Alliance évangélique du Kenya (EAK), du Conseil hindou du Kenya (HCK), de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) et du Conseil national des églises du Kenya (NCCK).

Les autres sont l'Organisation des églises africaines instituées (AIC), l'Adventiste du septième jour (SDA), la Shia Asna Ashri Jamaat et le Conseil suprême des musulmans du Kenya (SUPKEM).

Les préoccupations des chefs religieux kenyans surviennent quelques jours après qu'un journaliste d'investigation kenyan, surnommé "COVID-19 millionnaires", ait tenté de démontrer la corruption présumée de l'Agence kenyane de fournitures médicales (KEMSA) concernant l'achat d'articles COVID-19, le 16 août dernier.

Suite à ces révélations, deux grands donateurs de la KEMSA auraient menacé de retirer leur financement COVID-19 estimé à 4 milliards de dollars.

"Il est inconcevable pour nous qu'un Kenyan puisse s'asseoir et comploter pour voler de l'argent destiné à sauver la vie des Kenyans !", déclarent les chefs religieux représentant huit organismes religieux, dont la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB), dans leur déclaration du 26 août.

"Les rapports de corruption concernant les fonds COVID-19 sont une condamnation de l'exécutif et du Parlement, qui ont le devoir juré de protéger la vie et les ressources des Kenyans", disent-ils et ajoutent, "Nous vous rappelons que chaque fois que vous encouragez la corruption en n'exerçant pas votre mandat de surveillance, vous violez votre serment d'office".

Les chefs religieux observent que la corruption au Kenya est perpétuée par "l'opacité bureaucratique des finances publiques", qui se manifeste, par exemple, par le manque de détails sur les informations relatives aux dépenses fournies au Parlement ainsi que par le manque de transparence dans la passation des marchés. 

Parmi les autres aspects qui contribuent à la corruption, on peut citer l'absence d'un portail d'information complet et accessible au public sur les fonds COVID-19, et le manque d'informations sur l'acquisition et la distribution des documents liés au COVID-19. 

Pour aller de l'avant, les chefs religieux du Kenya appellent le président du pays, Uhuru Kenyatta, à ordonner aux ministères et départements concernés de fournir au public les détails de tous les fonds reçus par le biais de la fiscalité, des dons, des subventions et des prêts dans le cadre de la réponse à la pandémie COVID-19. 

Ils souhaitent également que les ministères et départements concernés publient les noms des entreprises et des bénéficiaires des processus d'achat des fournitures COVID-19.

Les chefs religieux veulent que les agences compétentes "engagent immédiatement des poursuites contre toutes les personnes impliquées dans le détournement des fonds de lutte contre la pandémie de COVID-19".

"Nous demandons à tous les membres du Parlement de mettre fin à leurs perpétuelles chamailleries partisanes et ethnocentriques et d'exécuter leur mandat constitutionnel de contrôle du revenu national et de ses dépenses", disent-ils et ajoutent-ils, "Pour une fois, levez-vous et protégez la vie et les intérêts des Kenyans, comme vous l'exige l'article 94 (4) de la Constitution du Kenya 2010".

Lors de son discours à la nation le mercredi 26 août, le président Kenyatta a ordonné aux agences d'investigation de conclure leur enquête sur la saga KEMSA dans les 21 jours.

"Toutes les personnes jugées coupables doivent être traduites en justice, indépendamment de leur fonction publique ou de leur statut politique et social", a déclaré le président Kenyatta le 26 août.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]