Au Kenya, le président Kenyatta demande aux chefs religieux d’aborder avec audace les vices qui freinent le pays

Le président Uhuru Kenyatta lors de sa rencontre avec les représentants des leaders religieux au Kenya, vendredi 25 septembre.
Credit: La Présidence du Kenya à Nairobi

Le président du Kenya a mis au défi les chefs religieux du pays d’aborder avec audace" les pratiques qui font obstacle au progrès et à la croissance de cette nation d'Afrique de l'Est, notant que la construction de la nation est une responsabilité partagée.

Selon un rapport de la Présidence du Kenya à Nairobi, le président Uhuru Kenyatta a fait ces remarques lors de sa rencontre avec les représentants des chefs religieux du pays, le vendredi 25 septembre.

"Parlez avec audace contre tous les vices qui freinent notre nation. Notre travail de construction de cette nation est une responsabilité partagée ; nous servons le même peuple", cite le rapport du président Kenyatta lors de la réunion qui s'est tenue à la Présidence.

"Nous assurons le bien-être physique de tous les citoyens, comme vous nourrissez leur âme et leur esprit", a-t-il déclaré aux chefs religieux dirigés par Mgr Anthony Muheria de l'archidiocèse catholique de Nyeri au Kenya, qui préside le Conseil interconfessionnel constitué en juin pour guider la reprise du culte public dans le contexte de la crise de COVID-19.

Il a souligné que la corruption était l'un des vices qui affligent le pays et a salué les efforts de lutte contre la corruption que les chefs d'église ont entrepris. 

"Le travail des dirigeants d’églises dans la lutte contre la corruption est très apprécié", indique le rapport du 25 septembre vu par ACI Afrique citant le président Kenyatta qui ajoute : "Il y a encore de la place pour plus d'action de la part de l'église ; c'est un combat de toute la société, pas seulement pour le gouvernement".

Le président a ensuite déclaré aux représentants des chefs religieux du Kenya : "En matière politique, je sais que l'église reste au-dessus de la politique. Mais nous avons tous le devoir d'aider notre peuple à savoir que nous ne pouvons pas être une nation dont la seule obsession est la politique - toute l'année, chaque année, année après année. ”

Il a appelé les chefs religieux du pays à "être la voix de la raison et à promouvoir des messages d'espoir pour le bien-être de la nation". Nous avons besoin que vous, en tant que nos chefs religieux, soyez non partisans, et que vous soyez des personnes qui aident à guérir les divisions".

Le rapport note également que le chef de l'État, qui est catholique, a en outre exhorté les chefs religieux à favoriser "des ponts d'unité entre frères et sœurs, au sein des familles et des communautés".

Au cours de la réunion à laquelle ont participé de hauts fonctionnaires du gouvernement, les chefs religieux ont présenté un mémorandum contenant des propositions "sur la manière de relever certains des défis auxquels le pays est confronté, tels que le chômage des jeunes, la toxicomanie et la violence sexiste".

Le président Kenyatta, selon le rapport, a assuré les chefs religieux que son gouvernement "continuera à s'associer aux institutions religieuses pour la fourniture de services publics tels que l'éducation et les soins de santé". 

Le président Kenyatta et les chefs religieux ont convenu d'accueillir des prières nationales le 10 octobre, au cours desquelles ils solliciteront l'intervention divine alors que le pays continue à lutter contre COVID-19.

Selon le rapport, les autres questions abordées lors de la réunion comprennent la reprise économique post-COVID-19, la politique de division et l'agenda des "Big 4", qui comprend la sécurité alimentaire, le logement abordable, la fabrication et des soins de santé abordables pour tous.

Parmi les autres membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) qui ont participé à la réunion du 25 septembre à la Présidence, on compte Mgr Philip Anyolo, Mgr John Oballa et le secrétaire général de la KCCB, le père Daniel Rono.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]