cardinal Sarah : "Nous devons revenir à l'Eucharistie"

Le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, au Vatican, le 10 février 2015.
Credit: Bohumil Petrik/CNA.

Dans une lettre aux dirigeants des conférences épiscopales du monde entier, le chef du bureau du Vatican pour le culte et les sacrements a déclaré que les communautés catholiques devraient retourner à la messe dès qu'elle peut être faite en toute sécurité, et que la vie chrétienne ne peut être maintenue sans le sacrifice de la messe et la communauté chrétienne de l'Église.

La lettre, envoyée aux évêques cette semaine, dit que, si l'Eglise doit coopérer avec les autorités civiles et être attentive aux protocoles de sécurité dans le contexte de la pandémie de coronavirus, "les normes liturgiques ne sont pas des questions sur lesquelles les autorités civiles peuvent légiférer, mais seulement les autorités ecclésiastiques compétentes". Il a également souligné que les évêques peuvent apporter des changements provisoires aux rubriques liturgiques afin de tenir compte des préoccupations de santé publique, et a exhorté à l'obéissance à ces changements temporaires.

"En écoutant et en collaborant avec les autorités civiles et les experts", les évêques et les conférences épiscopales "ont été prompts à prendre des décisions difficiles et douloureuses, au point même de suspendre pendant une longue période la participation des fidèles à la célébration de l'Eucharistie. Cette Congrégation est profondément reconnaissante aux évêques pour leur engagement et leurs efforts pour essayer de répondre de la meilleure façon possible à une situation imprévue et complexe", a écrit le cardinal Robert Sarah dans Retournons à l'Eucharistie avec joie, daté du 15 août et approuvé par le pape François le 3 septembre.

Mais dès que les circonstances le permettent, il est nécessaire et urgent de revenir à la normalité de la vie chrétienne, qui fait de l'édifice de l'église son foyer et de la célébration de la liturgie, en particulier de l'Eucharistie, "le sommet vers lequel s'oriente l'activité de l'Église ; et en même temps la source d'où jaillit toute sa puissance" (Sacrosanctum Concilium, 10).

Sarah a noté que "dès que possible... nous devons revenir à l'Eucharistie avec un cœur purifié, avec un étonnement renouvelé, avec un désir accru de rencontrer le Seigneur, d'être avec lui, de le recevoir et de le porter à nos frères et sœurs avec le témoignage d'une vie pleine de foi, d'amour et d'espérance".

"Nous ne pouvons être sans le banquet de l'Eucharistie, la table du Seigneur à laquelle nous sommes invités en tant que fils et filles, frères et sœurs, à recevoir le Christ ressuscité lui-même, présent en corps, en sang, en âme et en divinité dans ce Pain du Ciel qui nous soutient dans les joies et les labeurs de ce pèlerinage terrestre".

Nous "ne pouvons être sans la communauté chrétienne", a ajouté Sarah, "ne pouvons être sans la maison du Seigneur", "ne pouvons être sans le jour du Seigneur".

"Nous ne pouvons pas vivre en chrétiens sans participer au Sacrifice de la Croix dans lequel le Seigneur Jésus s'est donné sans réserve pour sauver, par sa mort, l'humanité qui était morte à cause du péché...dans l'étreinte du Crucifié toute souffrance humaine trouve lumière et réconfort."

Le cardinal a expliqué que si les messes diffusées en continu ou à la télévision "ont rendu un grand service... à une époque où il n'y avait pas de possibilité de célébration communautaire, aucune diffusion n'est comparable à une communication personnelle ou ne peut la remplacer. Au contraire, ces seules diffusions risquent de nous éloigner d'une rencontre personnelle et intime avec le Dieu incarné qui s'est donné à nous non pas de manière virtuelle", mais dans l'Eucharistie.

"Une des mesures concrètes qui peuvent être prises pour réduire au minimum la propagation du virus a été identifiée et adoptée, il est nécessaire que tous reprennent leur place dans l'assemblée des frères et sœurs... et encouragent à nouveau les frères et sœurs qui ont été découragés, effrayés, absents ou non impliqués pendant trop longtemps."

La lettre de Sarah fait des suggestions concrètes pour la reprise de la masse au milieu de la pandémie de coronavirus, qui devrait continuer à se propager aux États-Unis pendant les mois d'automne et d'hiver, certains modèles prédisant un doublement du nombre de décès d'ici la fin de 2020.

Le cardinal a déclaré que les évêques devraient accorder "l'attention nécessaire" aux "règles d'hygiène et de sécurité" tout en évitant de "stériliser les gestes et les rites" ou d'"instiller, même inconsciemment, la peur et l'insécurité aux fidèles".

Il a ajouté que les évêques doivent être certains que les autorités civiles ne subordonnent pas la Messe à une place prioritaire en dessous des "activités récréatives" ou ne considèrent la Messe que comme un "rassemblement" comparable à d'autres activités publiques, et a rappelé aux évêques que les autorités civiles ne peuvent pas réglementer les normes liturgiques. 

Sarah a déclaré que les pasteurs devraient "insister sur la nécessité de l'adoration", travailler pour assurer la dignité de la liturgie et de son cadre, et veiller à ce que "les fidèles soient reconnus comme ayant le droit de recevoir le Corps du Christ et d'adorer le Seigneur présent dans l'Eucharistie", sans "limitations qui vont même au-delà de ce qui est prévu par les normes d'hygiène émises par les autorités publiques".

Le cardinal a également semblé aborder, indirectement, une question qui a fait l'objet d'une certaine controverse aux États-Unis : l'interdiction de recevoir la Sainte Communion sur la langue en pleine pandémie, qui semble contrevenir à un droit établi par le droit liturgique universel de recevoir l'Eucharistie de cette manière. 

Sarah n'a pas spécifiquement mentionné la question, mais il a affirmé que les évêques peuvent donner des normes temporaires pendant la pandémie, afin d'assurer un ministère sacramentel sûr. Les évêques aux États-Unis et dans d'autres parties du monde ont temporairement suspendu la distribution de la Sainte Communion sur la langue.

"En période de difficultés (par exemple, guerres, pandémies), les évêques et les conférences épiscopales peuvent donner des normes provisoires auxquelles il faut obéir. L'obéissance protège le trésor confié à l'Église. Ces mesures données par les évêques et les conférences épiscopales expirent lorsque la situation revient à la normale".

"Un principe sûr pour ne pas se tromper est l'obéissance. L'obéissance aux normes de l'Église, l'obéissance aux évêques", a écrit Sarah.

Le cardinal a exhorté les catholiques à "chérir la personne humaine dans son ensemble".

L'Église, écrit-il, "témoigne de l'espérance, nous invite à avoir confiance en Dieu, rappelle que l'existence terrestre est importante, mais que la vie éternelle l'est bien plus encore : partager la même vie avec Dieu pour l'éternité est notre but, notre vocation. C'est la foi de l'Église, dont une multitude de martyrs et de saints ont témoigné au cours des siècles".

Exhortant les catholiques à se confier et à confier les personnes touchées par la pandémie à la miséricorde de Dieu et à l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Sarah a exhorté les évêques à "renouveler notre intention d'être des témoins du Ressuscité et des hérauts d'une espérance sûre, qui transcende les limites de ce monde". 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]