"Notre Paroisse vient d'avoir un coup de poignard en plein cœur" : Le curé d’une église profanée au Gabon

La paroisse des Rois Mages, Akebe Ville dans l'archidiocèse de Libreville a été profanée le samedi 12 septembre.
Credit: Domaine public

Le prêtre responsable d'une paroisse de l'archidiocèse de Libreville, au Gabon, a décrit la profanation de l'église du 12 septembre, dans laquelle un homme impliqué a emporté l'ostensoir et la lunule, comme étant "un coup de poignard en plein cœur ".

" Notre Paroisse vient d'avoir un coup de poignard en plein cœur. C'est très grave, et nous sommes atteints de plein fouet", déclare le Curé de la paroisse des Rois Mages, d’Akebe Ville dans l'archidiocèse de Libreville, le père Benoît Dieme dans son communiqué du dimanche 13 septembre obtenu par ACI Afrique. 

Dans le message, le Père Benoît, membre de la Congrégation du Saint-Esprit (Spiritains), raconte l'incident de profanation en disant : "Un jeune homme ivre ou drogué s'est infiltré à la grotte, et a cassé en deux le Saint Sacrement exposé. Le comble est qu'il a emporté dans son sac l'auréole et la lunule du Corps du Christ."

" Tout cela devant une dame et des gens qui priaient, et qui ont observé l'opération sans nous signaler ", dit le père Benoît avant d’ajouter : " Nous avons un des Sages qui a demandé au jeune de quitter les lieux, sans savoir ce qu'il avait dans son sac."

Dans la déclaration, le curé réitère encore : " C'est très grave, et nous sommes atteints de plein fouet. Nous, les prêtres et les religieuses de la Paroisse sommes outrés et dans la tristesse, mais on tient le coup."

"Pourquoi, et qui a envoyé ce malfaiteur vandaliser notre sanctuaire ? Que faisons-nous-en cette période de pandémie ? s'interroge-t-il. 

Suite à cet incident, la direction du ministère de l'Intérieur du Gabon a publié, dans un communiqué de presse dimanche 13 septembre, instruit les agences de sécurité de ce pays d'Afrique de l'Ouest d'enquêter sur cette affaire. 

"Le ministre de l'Intérieur et garant de la sécurité publique condamne cet acte isolé avec la plus grande fermeté et rassure le clergé et tous les Gabonais que la lumière sera faite sur cet acte de vandalisme", déclare la direction du ministère.

L'incident a suscité des réactions sur les médias sociaux, certains partageant leurs sentiments dans des messages sur Facebook.  

"Ils n'attaquent pas les hommes, mais Dieu. S'ils ne se convertissent pas, ils subiront la colère de Dieu. Unissons-nous dans la prière pour la conversion de ces profanateurs", a déclaré Hyacinth Foe Nga.

"Comment allons-nous décrire un acteur aussi abominable ?? Seul Dieu saura comment nous construire. Prions", a écrit Claude Prosper Ketevi Pattey.

Samuella Mintsa a écrit : "Demandons la miséricorde de Dieu sur le Gabon et tous ceux qui ont participé à cet acte haineux, mais c'est une honte. ”

Pour aller de l’avant, le père Benoît dit dans sa déclaration du 13 septembre : " Chers fidèles, chers paroissiens, plions ensemble les genoux, et prions pour la Réparation de cette faute grave."

"Notre paroisse a besoin de purification", dit le prêtre Spiritain.

Au Malawi, la chapelle du couvent des Sœurs Poverelle (PS) du diocèse de Mangochi a été profanée le dimanche 30 août. Les profanateurs ont emporté le Saint-Sacrement et les hosties consacrées dans le ciboire. 

En avril, la plus ancienne cathédrale d'Afrique du Sud, Notre-Dame de la Fuite en Egypte, dans l'archidiocèse du Cap, a été profanée. Le même mois, la paroisse St. Mary's Modeco, dans le diocèse de Morogoro en Tanzanie, a dû être temporairement fermée à la suite d'un incident de profanation survenu aux premières heures du 27 avril.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]