"Notre pays a besoin de prières pour lutter contre COVID-19, la corruption, le tribalisme" : un archevêque kenyan

Basilique de la Sainte Famille de Nairobi au Kenya.
Credit: Domaine public

Un archevêque kenyan a, dans un message vidéo, invité le peuple de Dieu de la nation d’Afrique de l’Est à continuer à rechercher l'intervention divine comme il l'a fait au début de la crise COVID-19.

Dans la vidéo de 2,06 minutes publiée sur Facebook le samedi 12 septembre, Mgr Anthony Muheria de l'archidiocèse de Nyeri au Kenya invite en outre les Kenyans à prier pour la guérison du virus de la corruption et de celui du tribalisme.

"Lorsque la pandémie de COVID nous a frappés, nous avons tous été clairs, nous avons dû prier et demander l'intervention de Dieu. Vous vous souvenez que nous nous sommes réunis avec le président pour prier afin de mettre fin à cette pandémie et pour que nous sachions comment la combattre", dit Mgr Muheria.

Il ajoute : "Les gens ont été invités à prier, mais à un moment donné, parce que le culte public a été interrompu pendant un certain temps et, d'une manière ou d'une autre, nous avons perdu l'élan. Nous revenons maintenant vers vous tous et vous disons que ce pays a besoin de prières".

"Dans la basilique de la Sainte-Famille, nous avons assisté à toutes les messes dominicales offertes par différents évêques, par différents prêtres, comme le sacrifice du Christ à son Père qui plaide en notre faveur", rappelle le membre de l'Opus Dei.

Il souligne la nécessité d'une supplication continue et inébranlable en disant : "Chers Kenyans, ce pays a besoin de prières pour combattre COVID-19. Nous devons être à genoux pour que le Seigneur puisse nous toucher, nous guérir et nous soustraire à ce temps du COVID-19. ”

Le Kenya a enregistré au moins 36 157 cas COVID-19, dont 23 067 récupérations et 622 décès liés.

En juillet, les membres de la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) ont publié une déclaration invitant les fidèles à intensifier les prières pour mettre fin à la pandémie de COVID-19.

"Continuons à prier pour que cette pandémie prenne fin par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie et de tous les Saints. N'oublions jamais que notre aide est au nom de Dieu qui a fait le ciel et la terre", ont déclaré les membres du KCCB dans leur déclaration collective du 2 juillet.

Dans son message vidéo du 12 septembre, Mgr Muheria déclare que le Kenya a besoin de guérir du virus de la corruption et du tribalisme dans ce qu'il appelle "la guérison de l'intérieur".

"Nous avons besoin de prières car ce pays est tenu en otage par la corruption et ce virus doit être soigné. Autant nous avons besoin de guérir le virus COVID-19, autant nous devons demander à Dieu de changer nos cœurs et ceux de nos dirigeants pour que la politique soit un service et non un intérêt personnel", déclare le prélat kenyan, âgé de 57 ans. 

Il ajoute : "Nous avons besoin de guérir du tribalisme qui, à genoux seulement, peut nous soulever et nous faire vivre dans l'unité que nous chantons dans notre hymne national". 

Mgr Muheria espère en une société kenyane "où les affaires sont un service et pas seulement un profit, où nos cœurs sont grands pour sentir la miséricorde et pour partager avec ceux qui n'ont pas ; et surtout, nous sentons que les serviteurs envoyés par Dieu sont utilisés comme ses instruments pour réaliser la beauté de la conversion de ce monde en son royaume".

"Chers Kenyans, notre pays a besoin de prières et ces prières sont vos prières et mes prières à tous. Mettons-nous à genoux pour prier afin que ce pays puisse connaître une renaissance dans le Christ", conclut dans son message vidéo Mgr Muheria, qui est également à la tête du Conseil interconfessionnel kenyan constitué pour guider la reprise du culte public dans le pays.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]