Selon le président Buhari, la loi qui vise à contrôler les églises au Nigeria est une "mesure anti-corruption"

Le président du Nigeria a déclaré que la loi controversée sur les sociétés et les questions connexes (CAMA) 2020,qui est contestée par les dirigeants chrétiens pour sa tentative de contrôler les églises, est une mesure pour aider à lutter contre la corruption.

S'exprimant lors du sommet virtuel des dirigeants du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) 2020, le jeudi 24 septembre, le président Muhammadu Buhari a déclaré que le cadre juridique fait partie des mesures de lutte contre la corruption que son gouvernement a mises en place conformément aux engagements de réforme du PGO.

"Depuis la mise en place de notre administration en 2015, le gouvernement s'est engagé à changer les perceptions internationales et nationales concernant l'engagement du Nigeria à lutter contre la corruption et à encourager la bonne gouvernance", a déclaré le président Buhari lors de la réunion virtuelle.

Depuis lors, le président a ajouté, en référence au début de son mandat présidentiel en mai 2015,

"nous avons fait des progrès significatifs dans la mise en œuvre de mesures plus strictes de lutte contre la corruption, y compris mon récent assentiment à la loi sur les sociétés et les affaires connexes de 2020". 

La loi "fournit un cadre juridique pour la mise en œuvre de la divulgation d'informations sur la propriété bénéficiaire au Nigeria", a-t-il poursuivi lors de la réunion du 24 septembre, qui s'inscrit dans le cadre de la 75e session de l'Assemblée générale des Nations unies (UNGA75) à New York, aux États-Unis.

Les dirigeants chrétiens du pays le plus peuplé d'Afrique ont, sous l'égide de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN), contesté la loi, que le président Buhari a approuvée le 7 août et lui a demandé de la renvoyer au Parlement pour qu'elle soit modifiée. 

Selon les membres du CAN, qui comprennent des représentants du Secrétariat catholique du Nigeria (CSN), la loi vise à permettre au gouvernement de contrôler les opérations de l'église par la création d'une commission chargée de réglementer, de coordonner et de surveiller les organisations non gouvernementales.

"La loi, pour le moins, est inacceptable, impie, répréhensible et un vent mauvais qui ne souffle sur rien de bon. C'est une bombe à retardement qui attend d'exploser", ont déclaré les responsables de la CAN dans leur déclaration collective du 20 août. 

Ils ont souligné l'article 839 (1) et (2) de la loi controversée, qui "habilite la Commission à suspendre les administrateurs d'une association (dans ce cas, l'église) et à nommer les directeurs intérimaires pour gérer les affaires de l'association pour certaines raisons données", la qualifiant de "satanique".

"Comment le gouvernement peut-il licencier le syndic d'une église qu'il n'a pas contribué à établir ? Comment un ministre laïc et politique peut-il être l'autorité finale sur les affaires et la gestion d'une autre institution qui n'est pas politique", se sont interrogés les dirigeants de l'église dans leur déclaration du 20 août. 

Ils ont ensuite mis en garde le gouvernement contre l'application de la loi en disant que si leurs demandes ne sont pas cachées, alors le gouvernement dirigé par Buhari aura "déclaré la guerre au christianisme et le programme de destruction de l'église contre lequel nous avons parlé auparavant (et) qui est maintenant plus clairement exposé au grand jour".

Une tentative du gouvernement du président Buhari de parvenir à un consensus avec les membres du CAN sur la loi n'a pas abouti après qu'une réunion du 1er septembre entre les deux parties se soit terminée sans accord. 

Lors de la réunion qui s'est tenue dans la capitale Abuja, l'assistant spécial principal du président pour les affaires du delta du Niger, Solomon Ita Enang, qui représentait le gouvernement, a assuré aux dirigeants chrétiens que le gouvernement n'avait pas l'intention de contrôler la gestion des églises.

De leur côté, les dirigeants de la CAN ont insisté pour que le président Buhari suspende l'application de la loi et "affirme une réévaluation approfondie de la législation". 

La réévaluation devrait être "en corrélation avec les dispositions de la Constitution du Nigeria de 1999 (telle que modifiée), les autres cadres juridiques et politiques existants, l'économie nationale, la sécurité nationale, l'intérêt national et le bien-être du peuple", a déclaré le président de la CAN, le révérend Samson Ayokunle, lors de la réunion du 1er septembre.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]