Le Pape François : Le chemin de la sainteté exige un combat spirituel

Le pape François salue les pèlerins lors de son discours à l'Angélus le 30 août 2020.
Credit: Vatican Media/CNA.

Le Pape François a déclaré dimanche que la vie chrétienne exige des engagements concrets et un combat spirituel pour grandir en sainteté.

"Il n'y a pas de chemin vers la sainteté sans un certain renoncement et sans combat spirituel", a déclaré le Pape François dans son discours à l'Angélus le 27 septembre.

Ce combat pour la sainteté personnelle requiert la grâce "de lutter pour le bien, de lutter pour ne pas tomber dans la tentation, de faire ce que nous pouvons de notre côté, de venir vivre dans la paix et la joie des Béatitudes", a ajouté le Pape.

Dans la tradition catholique, le combat spirituel implique une "bataille de prière" interne dans laquelle le chrétien doit combattre la tentation, la distraction, le découragement ou la sécheresse. Le combat spirituel consiste également à cultiver les vertus pour faire de meilleurs choix de vie et exercer la charité envers son prochain.

Le Pape a reconnu que la conversion peut être un processus douloureux car il s'agit d'un processus de purification morale, qu'il a comparé à l'enlèvement des incrustations dans le cœur.

"La conversion est une grâce que nous devons toujours demander : Seigneur, donne-moi la grâce de m'améliorer. Donne-moi la grâce d'être un bon chrétien", a déclaré le Pape François depuis la fenêtre du Palais Apostolique du Vatican.

Réfléchissant sur l'Evangile de dimanche, le Pape a déclaré que "vivre une vie chrétienne n'est pas fait de rêves ou de belles aspirations, mais d'engagements concrets, afin de s'ouvrir toujours plus à la volonté de Dieu et à l'amour de nos frères et sœurs".

"La foi en Dieu nous demande de renouveler chaque jour le choix du bien sur le mal, le choix de la vérité plutôt que du mensonge, le choix de l'amour du prochain plutôt que de l'égoïsme", a déclaré le Pape François.

Le Pape a évoqué une des paraboles de Jésus au chapitre 21 de l'Évangile de Matthieu, dans laquelle un père demande à deux fils d'aller travailler dans sa vigne.

À l'invitation du père à aller travailler dans les vignes, le premier fils répond impulsivement "non, non, je n'irai pas", mais il se repent et s'en va ; au lieu de cela, le deuxième fils, qui répond immédiatement "oui, oui père", ne le fait pas vraiment", dit-il.

L'obéissance ne consiste pas à dire "oui" ou "non", mais à agir, à cultiver la vigne, à réaliser le Royaume de Dieu, à faire le bien.

Le Pape François a expliqué que Jésus a utilisé cette parabole pour appeler les gens à comprendre que la religion doit affecter la vie et les attitudes de chacun.

"Avec sa prédication sur le Royaume de Dieu, Jésus s'oppose à une religiosité qui n'implique pas la vie humaine, qui ne remet pas en cause la conscience et sa responsabilité face au bien et au mal", a-t-il déclaré. "Jésus veut aller au-delà d'une religion comprise uniquement comme une pratique extérieure et habituelle, qui n'affecte pas la vie et les attitudes des gens".

Tout en reconnaissant que la vie chrétienne exige une conversion, le Pape François a indiqué que "Dieu est patient avec chacun de nous".

Il [Dieu] ne se fatigue pas, il ne renonce pas à notre "non" ; il nous laisse même libres de nous éloigner de lui et de faire des erreurs... Mais il attend avec impatience notre "oui", pour nous accueillir à nouveau dans ses bras paternels et nous remplir de sa miséricorde sans limite", a déclaré le Pape.

Après avoir prié l'Angélus avec les pèlerins rassemblés sous des parapluies sur une place St Pierre pluvieuse, le Pape a demandé aux fidèles de prier pour la paix dans la région du Caucase, où la Russie a organisé la semaine dernière des exercices militaires conjoints avec la Chine, le Belarus, l'Iran, le Myanmar, le Pakistan et l'Arménie.

"Je demande aux parties au conflit de faire des gestes concrets de bonne volonté et de fraternité, qui peuvent conduire à résoudre les problèmes non pas par l'usage de la force et des armes, mais par le dialogue et la négociation", a déclaré le Pape François.

Le Pape François a également salué les migrants et les réfugiés présents à l'Angélus alors que l'Eglise célèbre la Journée mondiale des migrants et des réfugiés et a déclaré qu'il priait pour les petites entreprises touchées par la pandémie de coronavirus.

"Que Marie Très Sainte nous aide à être dociles à l'action de l'Esprit Saint. C'est Lui qui fait fondre la dureté des cœurs et les dispose à la repentance, afin que nous puissions obtenir la vie et le salut promis par Jésus", a dit le Pape.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]