Kenya : la limite d'âge, le nombre de fidèles pour le culte public revu à la hausse lors de la réouverture progressive des églises

Mgr Anthony Muheria, président du Conseil Interconfessionnel du Kenya.
Credit: Domaine public

Les enfants de moins de six ans et les personnes de plus de 65 ans ont été autorisés à participer aux cultes public au Kenya lors de la dernière réouverture progressive qui a également permis de revoir à la hausse le nombre de personnes autorisées à se rendre dans les lieux de culte en même temps.

"Nous allons maintenant accueillir les personnes âgées de plus de 65 ans et les jeunes de moins de 6 ans au culte", a annoncé Mgr Anthony Muheria, qui préside le Conseil interconfessionnel du Kenya, le mardi 29 septembre.

Dans les nouvelles lignes directrices qui doivent entrer en vigueur le vendredi 2 octobre, les membres vulnérables et malades de la société ont reçu l'ordre de ne pas participer à des cultes publics.

Les dirigeants du conseil ont également annoncé l'extension de la durée du culte public de 90 minutes à deux heures. 

"Le nombre de personnes autorisées dans tout lieu de culte sera désormais déterminé par une distance sociale de 1,2 mètre", a annoncé Mgr Muheria, en révisant la précédente mesure de 1,5 mètre de distance sociale. 

L'Ordinaire de l'archidiocèse de Nyeri au Kenya a ajouté lors de la conférence de presse à Nairobi le 29 septembre : "Nous allons également autoriser les réunions de groupe et le service spécial pour les jeunes et les groupes spéciaux à condition qu'ils respectent les autres critères d'espacement social et de durée. ”

Il a également déclaré que les directives précédemment établies "de stations de lavage ou de désinfection des mains dans l'enceinte des églises, et si possible le contrôle de la température, resteront en vigueur". 

"Toutes les exigences relatives à l'assainissement des locaux, au non-partage d'objets et à l'utilisation d'éléments communs resteront également en vigueur", a-t-il ajouté.

Les lieux de culte de ce pays d'Afrique de l'Est ont rouvert en juillet, dans le cadre de directives strictes, après trois mois de fermeture visant à minimiser la propagation de la COVID-19.

"Les écoles du dimanche et les madrassas resteront suspendues jusqu'à nouvel ordre, et le culte en personne ne pourra pas inclure les fidèles âgés de moins de treize (13) ans ou de plus de cinquante-huit (58) ans ou les personnes souffrant de maladies sous-jacentes", a déclaré le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, lorsqu'il s'est adressé à la nation le 6 juillet.

En août, la durée du culte public a été portée de 60 à 90 minutes, les dirigeants du Conseil annonçant également que la limite d'âge des fidèles éligibles a été révisée, passant de 13-58 ans à 6-65 ans.

Lors de la conférence de presse du 29 septembre, le président du Conseil interconfessionnel a noté que les rassemblements funéraires représentent "le plus grand danger dans le rassemblement pour la prière".

Il a "sincèrement et passionnément" appelé les Kenyans à réfléchir aux dangers qu'un comportement irresponsable dans les funérailles peut causer en disant : "Nous aimons nos proches décédés, mais nous ne voulons pas que les funérailles soient une cause pour d'autres funérailles que nous pouvons éviter".  

"Nous devons retrouver le sens des funérailles en tant que rassemblement de prière et non en tant que plate-forme de politique, de statut ou de spectacle public. Les funérailles doivent redevenir des funérailles", a déclaré Mgr Muheria le 29 septembre.

Il a regretté le comportement d'une partie de la classe politique en déclarant : "Nous avons malheureusement assisté non seulement à un mépris total de toutes les directives, règles et protocoles de COVID-19, mais même à un manque total de décence et de respect, en particulier de la part de la classe politique. ”

"S'il vous plaît, nous vous demandons en ce temps de COVID-19, de reporter vos rassemblements publics qui mettent notre peuple en danger, parce qu'ils se rassemblent sans masque et sans distanciation sociale", s'est adressé l'archevêque aux politiciens. 

Il a ajouté en faisant référence aux politiciens : "Pensez à mettre tous vos rassemblements politiques en attente, jusqu'à ce que nous soyons complètement sortis d'affaire dans cette pandémie de coronavirus. ”

Les politiciens doivent nous donner "un exemple de respect de la discipline au-delà du port du masque", a déclaré l'archevêque, exprimant le souhait que la discipline observée dans les lieux de culte soit suivie dans tous les rassemblements en personne. 

Aux chefs religieux, Mgr Muheria a encouragé à "continuer à suivre strictement les lignes directrices, même si nous continuons à assister à un mépris total, en particulier au sein de notre classe politique. Nous ne pouvons pas nous lasser de donner de bons exemples".

"Avec l'espoir, nous pouvons nous relever des différentes situations, et en priant ensemble, avancer vers la reprise après tant de coups portés aux niveaux financier, économique et familial, et forger une fois de plus un meilleur avenir pour nos enfants", a déclaré le prélat kenyan, âgé de 57 ans.

Il a déclaré en conclusion : "En tant que Conseil interconfessionnel, nous vous demandons instamment de continuer à prier avec ferveur pour que cette pandémie prenne fin. Gardons également espoir, car Dieu continue de prendre soin de nous. ”


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]