Les chercheurs soulignent les limites et les défis des études sur les sœurs catholiques

Certains membres de l'African Sisters Education Collaborative (ASEC).
Credit: African Sisters Education Collaborative (ASEC).

Les chercheurs participant à la conférence virtuelle de dix jours sur la recherche consultative internationale (RCI) qui vient de s'achever ont mis en évidence les lacunes et les défis liés à la réalisation d'études visant à examiner l'apostolat des sœurs catholiques dans le monde, y compris celles qui exercent leur ministère en Afrique.

Les limites et les défis ont été soulignés par un groupe de chercheurs qui, le dernier jour de la conférence, le mercredi 30 septembre, ont présenté leurs réflexions sur "ce qu'ils ont entendu" lors de la conférence virtuelle qui a débuté le 21 septembre sous les auspices de deux organisations basées aux États-Unis, le Center for Applied Research in the Apostolate(CARA) de l'université de Georgetown et l'African Sisters Education Collaborative (ASEC).

Sœur Lucy Dora Akello, membre des Petites Sœurs de Marie Immaculée de Gulu (LSMIG) en

Ouganda, a noté qu'il existe un manque d'investissement dans la recherche sur les Sœurs catholiques, qu'elle a attribué soit à un manque de finances, soit à un manque de compétences. Elle a proposé une voie à suivre.

"Pour surmonter ce défi, il est nécessaire de mobiliser des ressources et de former du personnel pour mener (à bien) la recherche", a déclaré Sœur Lucy qui est maître de conférences à l'Université des martyrs de l'Ouganda, ajoutant qu'il est nécessaire d'avoir plus de "mentors et de chercheurs seniors pour diriger le processus de recherche".

Pour combler le déficit de compétences, Sr. Lucy a recommandé de former les chercheurs à la rédaction de propositions de recherche finançables et de former les chercheurs potentiels aux méthodes de recherche qualitatives et quantitatives pour leur permettre de s'engager dans des recherches complexes.

Une autre limitation que la titulaire d'un doctorat en pédagogie a soulignée dans sa présentation du 30 septembre est ce qu'elle a appelé une "déconnexion entre le charisme et le ministère".

Elle a expliqué : "Les Sœurs font un excellent travail, mais nous suivons simplement les tendances émergentes du travail social (conseil, toxicomanie), de l'esprit d'entreprise ou du trafic d'êtres humains sans les relier au charisme, alors que c'est le charisme qui nous indique la voie à suivre".

"Nous dupliquons les ministères ou les services dans la même région sans référence à notre charisme", a-t-elle déclaré et ajouté, "Nous voyons un orphelinat réussir et un autre échouer. Pourquoi ? Avons-nous compris nos charismes ? Est-ce que nous relions nos ministères au charisme ?"

Pour combler ce fossé, la religieuse d'origine ougandaise a déclaré qu'il est "nécessaire de s'engager dans des recherches qui peuvent aider les sœurs à redécouvrir ou à énoncer leurs charismes, à y réfléchir afin d'avoir un sens de l'orientation et de renforcer nos ministères".

Une autre lacune que la fondatrice du Forum sur l'assurance qualité dans les universités ougandaises a soulignée dans sa présentation est le manque de données sur les sœurs catholiques dû à l'absence ou à la mauvaise documentation.

"Lorsqu'on demande combien de sœurs sont dans la congrégation, la réponse est d'environ 500. Les êtres humains ne sont pas des objets, ce sont des nombres entiers, exacts", a observé Sœur Lucy, une actuelle chercheuse invitée de CARA-ASEC.

Elle a recommandé que des recherches soient menées en vue d'aider les sœurs à documenter de manière appropriée leurs informations démographiques.

L'établissement prévu de centres de données au Kenya et en Ouganda pour faciliter la collecte, le stockage, le traitement et permettre le partage d'informations sur les sœurs catholiques semble répondre à la recommandation de Sœur Lucy. La Fondation Conrad N. Hilton, basée aux Etats-Unis, facilite la mise en place de centres de données.

Pour sa part, le Dr Ann Rita Njageh a souligné les lacunes en matière de formation des chercheurs qui analysent l'apostolat des sœurs catholiques.

La formation à la recherche fondamentale pour les débutants et les méthodologies de recherche avancées figuraient parmi les recommandations du Dr Njageh.

Le Dr Ann, qui est titulaire d'un doctorat en recherche et évaluation de l'éducation, a également souligné le besoin de formation aux compétences du XXIe siècle telles que la technologie, l'esprit d'entreprise, l'orientation et le conseil.

Pendant ce temps, Sœur Mary Johnson, basée aux Etats-Unis, a abordé la question de la subjectivité en menant des études en disant : "Un défi est de confronter les préjugés et les stéréotypes, et les fausses dichotomies qui nous ont formés et qui peuvent obscurcir la vérité et le mouvement dans la recherche de la Vie Religieuse. ”

Certaines des dichotomies incluent la vie apostolique contre la vie contemplative, la croissance contre le déclin, la communauté contre le ministère, et la prière contre l'action, entre autres, a déclaré la Sœur de Notre-Dame de Namur (SND) lors de sa présentation du 30 septembre. 

Ayant une réflexion sur les défis mis en évidence, Sœur Mary qui est professeur de sociologie et d'études religieuses à l'Université Trinity à Washington, D.C. a déclaré, "nous mènera à une signification plus profonde et à une conception de la recherche, une collecte de données et une analyse plus efficaces et, espérons-le, à l'amélioration de la vie religieuse et de sa mission dans le monde. ”

Les contraintes de temps auxquelles sont confrontés les sœurs et les responsables de congrégation, ainsi que la compréhension et l'acceptation inadéquates de la recherche en sciences sociales par les ordres religieux de sœurs, constituent un autre défi pour ceux qui souhaitent examiner l'apostolat des sœurs catholiques, que le secrétaire exécutif de l'Association des Sœurs du Kenya (AOSK), Sr. Pasilisa Namikoye, a souligné.

La conférence virtuelle de l'ICR, qui s'est tenue du 21 au 30 septembre, a réuni des chercheurs laïcs et religieux de six régions, dont l'Afrique, dans le but de créer un réseau mondial de chercheurs qui auront pour tâche d'examiner l'apostolat des sœurs catholiques dans le monde entier.

Initialement prévue à Nairobi, la capitale du Kenya, vers la fin juin 2020, la conférence a dû être reportée en raison des restrictions imposées par COVID-19, a déclaré le directeur exécutif de CARA, le père jésuite Thomas Gaunt, à ACI Afrique le dernier jour de la conférence virtuelle, le 30 septembre.

Interrogé sur la date et le lieu de la prochaine conférence, le titulaire d'un doctorat en aménagement du territoire a déclaré à ACI Afrique : "Rien n'est définitif pour l'instant, mais nous espérons avoir une conférence de suivi dans deux ans environ".

"Nous avons parlé de Nairobi comme lieu d'implantation, mais il pourrait s'agir d'une autre grande ville d'Afrique.  Cette décision ne sera pas prise avant un an", a ajouté le père Thomas, qui était également le modérateur de la conférence virtuelle.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]