Un prélat déplore l'augmentation du nombre de personnes déplacées dans le cadre des attaques au Mozambique

Une femme se lave les mains lors de la distribution d'abris pour les familles déplacées dans le district de Metuge, à Cabo Delgado.
Credit: Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Le nombre de personnes déplacées à l'intérieur du Mozambique augmente chaque jour en raison d'une insécurité prolongée, une situation qui préoccupe l'évêque du diocèse de Pemba, qui couvre Cabo Delgado, une province du nord du pays d'Afrique australe qui a été le plus durement touchée par l'insurrection.

Dans une interview avec le correspondant de ACI Afrique au Mozambique, mercredi 30 septembre, Mgr Luiz Fernando Lisboa a déclaré que les centres qui ont accueilli les victimes des attaques des insurgés sont déjà pleins.

"En plus des centres d'accueil qui se trouvent à Metunge, près de Pemba, les déplacés sont venus dans la ville de Pemba et se trouvent dans plusieurs districts de Cabo Delgado où il n'y a pas eu d'attaques ; pourtant les districts de la zone centrale et de la zone sud sont pleins", a déclaré Mgr Lisboa, ajoutant que chacun des districts reçoit plus de 30 000 réfugiés.

Il a expliqué : "Il y en a des milliers à Nampula et au Zambèze sans compter ceux qui se trouvent dans les provinces de Niassa".

"La situation s'est aggravée parce que les déplacés savent que Pemba est surpeuplée, les Districts sont pleins, et puis ils commencent à quitter la province", a ajouté le membre de la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ (CP - Passionnistes).

Auparavant, Mgre Lisboa avait dénoncé la crise humanitaire qui touche sa juridiction, laissant des centaines de milliers de personnes déplacées, et avait appelé la communauté internationale à aider à mettre fin à cette crise qui, selon lui, avait déstabilisé la province de Cabo Delgado.

"L'impact de la crise est fatal ; elle a touché toutes les provinces et tous les habitants de la province de Cabo Delgado", a déclaré Mgr Lisboa à ACI Afrique lors de l'interview du mois d'août, avant d’ajouter : "Il y a plus de 250 000 personnes déplacées dispersées dans toute la province qui ont besoin d'aide".

"Les gens ont besoin de solidarité et en plus d'aider à mettre fin à la crise, nous devons nourrir toutes ces personnes déplacées. Nous avons besoin de nourriture, de médicaments, de vêtements, de couvertures, de toute l'aide nécessaire pour aider les personnes déplacées", avait-il lancé en août.

Dans l'interview du 30 septembre avec le correspondant d’ACI Afrique, le prélat Brésilien, a déclaré que la situation à Cabo Delgado était désastreuse et qu'il avait quitté les centres d'accueil de la province "sans possibilité d'accueillir autant de personnes à la fois".

"La situation des réfugiés internes continue de se détériorer car le nombre de réfugiés s'est accru chaque jour depuis l'attaque de Bilibiza", a déclaré Mgr Lisboa, en référence à l'une des attaques les plus brutales de la région.

Il a souligné certaines des situations désespérées des personnes déplacées qui ont été forcées de marcher plusieurs kilomètres pour trouver refuge dans des camps, qui, selon lui, abritent maintenant des centaines de familles.

Exprimant sa crainte que la condition des réfugiés dans le pays ne fasse qu'empirer, l'Ordinaire du diocèse de Pemba a déclaré : "Nous approchons du temps de pluie et ce n'est pas bon pour les personnes déplacées qui ne vivent que dans des tentes de fortune. Ceux qui vivent dans les villes vivent sur un temps emprunté dans les arrière-cours des gens sans abri".

Entre-temps, commentant le retour des célébrations liturgiques en public en temps de COVID-19, Mgr Lisboa a exprimé sa reconnaissance aux fidèles qui participaient déjà aux activités de l'église avec beaucoup de prudence.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]