Advertisement

Le cardinal Becciu affirme que les allégations portées contre lui sont "absolument fausses"

Le cardinal Giovanni Angelo Becciu, au centre, en 2015. Alan Holdren/CNA. Le cardinal Giovanni Angelo Becciu, au centre, en 2015.
Alan Holdren/CNA.

Le cardinal Angelo Becciu a insisté mercredi sur la "fausseté absolue" des accusations de faute financière portées contre lui.

Dans un communiqué de presse publié par son avocat le 7 octobre, l'ancien haut responsable du Vatican en conflit a nié une série d'allégations présentées dans les médias italiens suite à sa démission dramatique de ses droits de cardinal le mois dernier.

Il a rejeté l'allégation la plus récente, diffusée cette semaine, selon laquelle il aurait acheminé des fonds du Vatican sans surveillance adéquate à une femme de 39 ans de son île natale, la Sardaigne. 

"Les contacts avec Cecilia Marogna concernent strictement les affaires institutionnelles", a déclaré le cardinal dans la déclaration publiée par Fabio Viglione, qui représente Becciu suite à la démission de son précédent avocat, Ivano Iai. 

La déclaration a également nié que Becciu ait cherché à s'immiscer dans le procès du cardinal George Pell sur les accusations historiques d'abus sexuels en Australie. 

Advertisement

Les médias italiens ont rapporté la semaine dernière que Becciu aurait transféré plusieurs centaines de milliers d'euros des comptes du Vatican vers un compte en Australie pendant le procès de Pell.

 Les deux hommes sont connus pour s'être affrontés au sujet des finances du Vatican lorsque Becciu était le numéro deux du Secrétariat d'État et que Pell était préfet du Secrétariat à l'économie.

Becciu, qui était jusqu'à récemment le préfet de la Congrégation pour la cause des saints, a également nié plusieurs autres allégations spécifiques, insistant sur le fait qu'il n'était pas impliqué dans des activités illégales.

"Son Eminence le Cardinal Becciu réitère la fausseté absolue de toutes les allégations qui ont circulé dans la presse, et confirme son absence de toute implication dans des affaires illicites quelles qu'elles soient", selon la déclaration. 

"Il attend avec sérénité les résultats de chaque évaluation, dans n'importe quelle enceinte, qui confirmeront enfin sa fidélité au Saint-Père et à l'Église".

More in Afrique

Le Vatican a annoncé la démission de Becciu comme préfet et des "droits connexes du cardinalat" dans une déclaration laconique le soir du 24 septembre. 

Lors d'une conférence de presse le lendemain matin, Becciu a déclaré qu'il avait démissionné à la suite d'une audience avec le Pape François, qui lui a dit qu'il ne lui faisait plus confiance car il avait vu des rapports de magistrats du Vatican impliquant le cardinal italien dans des détournements de fonds. Becciu a nié avoir commis des crimes et s'est dit prêt à s'expliquer si les autorités judiciaires du Vatican lui demandaient de le faire.

La nouvelle déclaration affirme que ni le cardinal ni ses frères ne détenaient d'actions ou d'obligations, ni de participations dans des fonds spéculatifs ou des comptes bancaires étrangers.

Il a déclaré qu'"aucun transfert d'argent n'a jamais été effectué par quelque moyen que ce soit depuis le Secrétariat d'État vers les biens personnels et privés de sa famille".

La déclaration ajoute que le Saint-Siège n'a jamais investi d'argent dans la société de l'Ange, appartenant à l'un des frères du cardinal, "liée soit à la production soit à la vente de la bière".

Advertisement

Elle a également nié que le cardinal ou ses frères aient investi dans des fonds spéculatifs des revenus provenant de leurs propres entreprises familiales.

"Jamais le cardinal n'a fait d'investissements au nom du Saint-Siège dans les activités commerciales d'Antonio Mosquito", indique la déclaration, en référence à un homme d'affaires angolais connu de Becciu, qui a été nonce apostolique auprès de la nation africaine de 2001 à 2009.

Elle a également rejeté les suggestions selon lesquelles le cardinal aurait demandé un prêt de 150 millions d'euros à l'Institut des œuvres religieuses, communément appelé la "banque du Vatican".

La déclaration s'est terminée : "Le cardinal est confiant dans l'équilibre nécessaire entre la liberté de la presse et le droit à une information correcte et respectueuse de chaque personne, se réservant le droit de recourir aux autorités judiciaires dans tous les cas jugés nécessaires pour préserver son honneur et sa réputation, ainsi que ceux de sa famille".