RCA : Un rapport décrit les objectifs d'un ensemble de projets pour les survivants de la violence.

Le siège de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, aux Pays-Bas.
Credit: site web de la Cour pénale internationale (CPI).

Les détails de ce qu'un projet établi pour restaurer la dignité de ceux qui ont survécu à des actes de violence en République centrafricaine (RCA) cherche à réaliser ont été exposés dans un rapport publié lundi 12 octobre.

Dans le rapport, la direction de la CooperazioneInternazionale (COOPI), qui est le fer de lance du projet pilote de 12 mois en RCA, donne également un aperçu du contexte de la crise actuelle.

"Concrètement, sur la base des besoins identifiés, l'action de COOPI visera à contribuer à la satisfaction des besoins alimentaires et nutritionnels des victimes, à améliorer l'accès à l'éducation des enfants et l'accès aux services sociaux (hôpitaux et centres de conseil)", indique la direction de COOPI, une organisation non gouvernementale (ONG) basée en Italie qui a été fondée par un prêtre jésuite.

Le projet, qui est réalisé grâce à une subvention financière du Fonds au profit des victimes de la Cour pénale internationale (CPI), vise à "soutenir la création d'emplois par le développement d'activités génératrices de revenus, et à contribuer au renforcement de la cohésion sociale", indiquent les responsables de COOPI dans leur rapport du 12 octobre.

"En outre, étant donné le contexte sanitaire mondial caractérisé par la pandémie du COVID-19, des activités transversales seront mises en œuvre pour sensibiliser à cette maladie et la prévenir", indiquent-ils dans leur rapport du 12 octobre publié sous le titre "Les maladies infectieuses" : "CAR. Assistance aux survivants avec le Fonds de la Cour pénale internationale".

Ils ajoutent que le projet pilote, qui a été officiellement lancé le 1er septembre, est basé sur une évaluation des besoins de ceux qui ont survécu à la violence prolongée dans cette nation enclavée et qui vivent dans la capitale du pays, "Bangui et ses environs". 

"Ce projet vise à améliorer la qualité de vie des survivants grâce à une réponse holistique dans le domaine de la santé mentale et du bien-être psychosocial, et à l'accès aux opportunités d'améliorer le statut socio-économique des survivants des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité à Bangui et dans ses environs", déclarent les responsables de COOPI.

Ils expliquent ensuite que "l'intervention dans le cadre de ce projet est considérée comme une priorité compte tenu des besoins exprimés par les survivants des crimes de RCA vivant à Bangui et de la situation de pauvreté dans laquelle ils vivent, sans ignorer leur incapacité actuelle à accéder aux services sociaux de base, en l'occurrence l'accès à l'éducation ou à la santé. ”

Baptisé "Assistance aux victimes de la situation en République centrafricaine" : Réadaptation physique et psychologique et soutien socio-économique aux survivants en situation de vulnérabilité aiguë dans la ville de Bangui", ce projet d'un an vise à soutenir des milliers de survivants des crises violentes du pays.

"Au cours de son histoire, la République centrafricaine a connu plusieurs crises profondes qui ont aggravé la pauvreté de la population. Entre 2002 et 2003, des groupes armés ont occupé certaines des principales villes de la RCA, dont sa capitale Bangui", indique la direction de l'ONG.

Dans le sillage des groupes armés, "plusieurs hommes et femmes ont été victimes de viols et de violences sexuelles, de meurtres, de pillages, de tortures et d'autres crimes graves", selon les responsables de COOPI.

"Les victimes de ces actes odieux continuent de souffrir corps et âme", décrètent les responsables ajoutant en référence aux victimes, "Elles souffrent toujours du syndrome de stress posttraumatique accompagné de la stigmatisation au sein de leurs familles et communautés et elles vivent également avec des blessures physiques qui nécessitent un traitement médical".

Outre les problèmes de santé physique et mentale, les survivants sont "privés des moyens de générer des sources de revenus pour répondre aux besoins fondamentaux de leur foyer", ont indiqué les responsables de l'organisation basée à Milan et présente dans 30 pays. 

Dans leur quête pour restaurer la dignité des survivants de la violence, les responsables de l'organisation affirment que les bénéficiaires seront sélectionnés en fonction de leur "situation de vulnérabilité aiguë", la priorité étant accordée aux survivants de viols et de violences sexistes, aux survivants séropositifs, aux survivants rejetés ou veufs/veuves et aux survivants sans-abris/déplacés.

Les autres bénéficiaires qui seront prioritaires sont les enfants vulnérables nés d'un viol et/ou vivant avec le VIH, les survivants vivant avec un handicap physique, et les survivants souffrant d'autres blessures ou maladies résultant des crimes qu'ils ont subis.

En mettant en œuvre le projet, les responsables de COOPI disent qu'ils s'engagent à assurer la collaboration avec les autorités du pays et la pleine participation des bénéficiaires.

Fondée en 1965 par le "porte-voix de la charité", le père jésuite italien Vincenzo Barbieri (1930 - 2010), COOPI s'efforce de briser le cycle de la pauvreté et de soutenir les populations touchées par les guerres, les crises socio-économiques ou les catastrophes afin d'encourager la résilience et le développement durable.

En Afrique, COOPI mène des programmes au Kenya, en Ouganda, au Soudan, en Somalie, en Ethiopie, au Malawi, au Cameroun, en République centrafricaine (RCA), au Tchad, en République démocratique du Congo (RDC), en Gambie, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Nigeria, au Sénégal et en Sierra Leone.

Dans sa déclaration de vision, "COOPI aspire à un monde sans pauvreté, un monde dans lequel les idéaux d'égalité et de justice, de développement durable et de cohésion sociale peuvent être réalisés, grâce au rapprochement et à la coopération de ses peuples".


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]