Un prêtre jésuite au Cameroun consacre un pèlerinage au dialogue et à la paix dans les régions anglophones

Le père Ludovic Lado en marche pour le dialogue, la paix dans les régions anglophones du Cameroun.
Credit: P. Ludovic Lado/Facebook Page.

Un membre de la Compagnie de Jésus (Jésuites) au Cameroun qui s'est engagé dans un pèlerinage de 200 kilomètres dit qu'il a consacré l'initiative spirituelle aux efforts de dialogue, de paix et de réconciliation dans les régions anglophones de la nation centrafricaine, qui ont connu de violents conflits depuis 2016.

Dans un message partagé avec ACI Afrique le lundi 12 octobre, le père Ludovic Lado a déclaré qu'en marchant de la capitale économique du pays, Douala, à la capitale politique, Yaoundé, il priera pour un retour à la paix dans les régions troublées du Cameroun au cours de ce voyage de 200 kilomètres.

"Je marche pour prier et plaider d'une part pour le dialogue, la justice, la paix et la réconciliation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun et d'autre part pour faire pénitence pour la réparation des crimes contre la dignité humaine commis dans ces régions", déclare le père Ludovic.

Il ajoute : "Je marche pour que le sang humain cesse de couler dans notre pays. Je marche en solidarité avec les personnes déplacées à l'intérieur du pays et les réfugiés de cette guerre inutile. Je marche pour exorciser en moi et en nous le démon de l'indifférence. ” 

Selon un rapport des médias catholiques, en août, le père Ludovic a promis d'effectuer un pèlerinage pour la paix en octobre si l'impasse dans les deux régions anglophones ne se débloque pas.

"Alors que la crise anglophone se déchaîne, le dialogue, la justice, la réconciliation et la paix restent les mots clés d'une solution durable", a déclaré le clerc jésuite.

Il a ajouté, en référence au conflit prolongé, "C'est ce que nous disons depuis le début de cette tragédie qui s'enfonce chaque jour davantage dans l'horreur qui crucifie les femmes et les enfants sous nos yeux. Ma foi de chrétien, de prêtre, de prophète et de roi m'interdit d'être indifférent. Notre indifférence est devenue un péché collectif". 

Dans sa déclaration du 12 octobre, le prêtre camerounais déclare avoir entamé le pèlerinage afin que les citoyens de la nation centrafricaine "puissent à nouveau exercer librement leur droit constitutionnel de manifester pacifiquement".

La crise anglophone a commencé en 2016 après une manifestation d'avocats et d'enseignants qui a tourné à la violence. Depuis lors, plus de 679 000 personnes ont été déplacées, plus de 600 000 enfants n'ont pas pu aller à l'école dans les deux régions, et plus de 3 000 personnes ont perdu la vie.

Un dialogue national convoqué par le gouvernement en 2019 n'a pas permis de mettre fin à la crise. Plusieurs manifestants ont également été arrêtés dans différentes régions du pays.

Faisant référence aux manifestations du 22 septembre contre le leadership du président Paul Biya, qui dure depuis 38 ans, et où plusieurs manifestants, dont des journalistes et des membres du parti d'opposition au Cameroun, le père Ludovic déclare qu'à son arrivée à Yaoundé, il rendra une "visite fraternelle à M. Bibou Nissack détenu dans les tristement célèbres cellules de la police".

"Tous ceux qui ont été arrêtés devraient être libérés", dit et précise le prêtre jésuite. "Même si je suis un ardent défenseur du changement de pouvoir comme indicateur de toute démocratie saine, je ne marche pas pour chasser qui que ce soit du pouvoir. Ce n'est pas mon rôle mais celui des politiciens".

Dans la déclaration du 12 octobre, le père Ludovic déclare en outre que son pèlerinage, qui est inspiré par les valeurs chrétiennes de paix, de dialogue, de justice, de réconciliation et de fraternité, est guidé par un verset de la Bible de la Genèse "Où est ton frère ? une question que Dieu a posée à Caïn qui venait de tuer son frère Abel. 

"Oui, où sont nos frères et sœurs du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ?" s’interroge le prêtre.

Il tente de répondre à sa question en disant : "Certains sont morts, souvent dans des conditions atroces ; d'autres sont restés dans le pays mais sont dispersés dans nos villes et nos campagnes, souvent à nos portes ; d'autres encore ont trouvé refuge hors du pays. La plupart se trouvent dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest où leur dignité est quotidiennement mise à l'épreuve par la précarité".

Face à toute cette crise, le père Ludovic dit qu'en tant que pasteur, il ne peut pas se reposer, donc, entreprendre le pèlerinage que "j'offre au Seigneur Jésus-Christ, le Prince de la Paix, la justice, la réconciliation et la miséricorde, comme les cinq pains et les deux poissons des apôtres dans les Saintes Écritures (Lc 9, 16). Il en fera ce qu'il voudra".

Le point culminant du pèlerinage qui a débuté le 10 octobre sera la collecte de fonds pour l'éducation des enfants déplacés dans les régions en guerre du Cameroun, dit-il.

"En parrainant une étape de mon pèlerinage, vous offrez un cahier d'exercices ou un livre à un enfant déplacé à l'intérieur du pays", dit le prêtre. 

Il recherche la solidarité en disant : "Je vous prie de prier pour moi afin que mon offrande soit agréable à Dieu comme celle d'Abel et que cette guerre fratricide qui viole la dignité humaine puisse enfin prendre fin et céder la place à des négociations de paix et à un travail de réconciliation. 


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]