Les évêques invitent les fidèles à la prudence avant la "reprise progressive" du culte public au Sénégal.

La cathédrale Notre-Dame-des-Victoires de Dakar au Sénégal.
Credit: Domaine public.

Les évêques catholiques du Sénégal ont annoncé la levée de la suspension de la célébration de la messe en public à compter du 1er novembre.

Dans une déclaration collective publiée le vendredi 23 octobre, les membres de la Conférence épiscopale du Sénégal appellent le peuple de Dieu de la nation ouest-africaine à la prudence, en adhérant aux directives de sécurité mises en place par le gouvernement pour minimiser la propagation de COVID-19.

" Nous, vos Peres Evêques du Sénégal, dans une attitude de prière confiante au Dieu de toute miséricorde et de toute protection, assurés de l'intercession puissante de la Bienheureuse Vierge Marie, Notre Dame du Rosaire, Reine de tous les Saints, sommes favorables, à partir du 1" Novembre 2020, à la reprise progressive du Culte dans nos Diocèses, suivant l'appréciation des pasteurs du lieu et des conditions de faisabilité", disent les évêques du Sénégal.

Ils ajoutent : "Conscients de la réalité de la pandémie qui touche nos communautés et nos familles, nous continuons à vous exhorter à être prudents et à prendre vos responsabilités personnelles et collectives".

Les évêques soulignent que les citoyens "se conforment strictement aux directives sanitaires établies par les services compétents" et "restent à l'écoute de nos pasteurs, évêques et prêtres, dans un esprit de communion et de sauvegarde de la vie humaine qui est notre bien commun le plus cher".

Les lieux de culte sont restés fermés au Sénégal depuis le mois de mars, date à laquelle le premier cas de COVID-19 a été signalé dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Le 4 juillet, le gouvernement sénégalais a annoncé qu'il avait décidé de lever certaines restrictions de confinement dans le pays après deux nuits de violentes manifestations contre le couvre-feu et le confinement prolongé, selon les rapports.

Cependant, les évêques du Sénégal ont décidé de maintenir les églises fermées même après que le gouvernement ait assoupli les restrictions de COVID-19 et ait exhorté les fidèles "à être patients dans la foi et dans l'espoir".

"Malgré notre soif commune de retrouver le chemin de nos églises, nous, vos évêques, vous exhortons à être patients dans la foi et dans l'espérance", ont déclaré les évêques dans leur déclaration collective publiée le 10 juillet.

Dans leur déclaration du 23 octobre, les évêques attribuent leur décision de reprendre le culte public à "une baisse du nombre de cas de COVID-19 dans le pays, à l'engagement responsable et déterminé des communautés diocésaines, et des conseils paroissiaux (qui ont) mis en place un système de sécurité sanitaire approprié qui répond aux normes fixées par le ministère de la Santé et de l'Action sociale". 

Cette décision répond également à la "soif d'Eucharistie ressentie par les fidèles, membres de nos communautés, qui ont été privés de Messes pendant des mois", ajoutent les évêques dans leur déclaration collective signée par l'Ordinaire de Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye.

Ils ont également annoncé le dévoilement de mesures de sécurité pour guider le culte public dans toutes les paroisses en disant : "Nous invitons les fidèles à respecter la distance sociale, à se laver les mains régulièrement et à toujours mettre leur masque.”

"La procession d'offrandes doit se faire dans le respect des règles d'hygiène élémentaires ; les églises doivent être désinfectées avant et après chaque célébration", ajoutent-ils.

Les évêques ordonnent en outre aux "prêtres, nos proches collaborateurs, de multiplier les messes, surtout le dimanche, pour offrir à beaucoup plus de fidèles la possibilité de participer à la Sainte Eucharistie, tout en évitant les grandes foules".

"Les prêtres devraient veiller à ce qu'un nombre limité de fidèles assistent aux célébrations liturgiques", disent les prélats.

Ils félicitent et remercient tous les chrétiens fidèles pour la "longue attente vécue dans la foi, la patience et la dignité".

"Tout au long de cette période d'épreuve, non seulement vous avez développé et apprécié la valeur de la prière personnelle et familiale, mais vos Pasteurs, Prêtres et Evêques n'ont jamais cessé de célébrer l'Eucharistie et les Saints Mystères, en communion avec vous et pour vous", disent les Evêques.

Dans leur message collectif, ils "rendent grâce à Dieu pour cette décision de rouvrir les églises, dans l'espoir d'une reprise normale du culte. ”

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]