L’archevêque d'Abuja attristé par de pillages et destructions de biens lors manifestations nationales au Nigeria

Un manifestant est assis sur une barricade bloquant une route près du Lagos State House, malgré un couvre-feu 24 heures sur 24 imposé par les autorités de l'État nigérian de Lagos en réponse aux protestations contre les brutalités policières présumées, au Nigeria.
Credit: Reuters

Les informations faisant état de pillages et de destructions de biens dans le cadre des manifestations nationales au Nigeria ont "attristé" l'archevêque de l'archidiocèse d'Abuja, qui a rappelé les manifestations pacifiques initialement menées par des jeunes contre l'Escouade spéciale de lutte contre le vol (SARS).

"Je suis très attristé par les nouvelles de pillages et d'incendies criminels non civilisés qui ont eu lieu dans certaines régions du pays ces derniers jours", a déclaré Mgr Ignatius Kaigama dans son homélie du dimanche 25 octobre à la paroisse Sainte-Marie-Madeleine de l'archidiocèse d'Abuja.

Il a rappelé le début des manifestations pacifique en disant : "Les jeunes se sont lancés dans une manifestation pacifique pour exiger la fin des brutalités policières, la protection des vies, le respect du décorum par les autorités, la responsabilité, la bonne gouvernance, etc." 

C'est en raison de la nature pacifique des manifestations menées par les jeunes que les membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) ont publié une déclaration collective le 17 octobre exprimant leur solidarité "avec ces jeunes et tous ceux qui crient légitimement pour la justice".

"Suite aux manifestations, certains jeunes ont été abattus. Les mécréants et les voyous qui se cachent sous le mouvement #Endsars ont détruit des propriétés privées et publiques de grande valeur dans tout le pays", a déploré Mgr Kaigama le 25 octobre.

Faisant référence à la lecture de l'Evangile du dimanche où Jésus parle de l'amour de Dieu et l'amour du prochain comme les plus grands commandements, l'archevêque nigérian a déclaré : "Je suis tellement triste de ce qui se passe dans notre nation. Nous continuons à prêcher l'amour encore et encore".

"Nous sommes très religieux ; nous entendons des sermons prêchés chaque dimanche dans les églises et dans les mosquées le vendredi, mais nous rentrons chez nous en oubliant que nous devons être gentils, patients, doux et indulgents les uns envers les autres", a-t-il déclaré dans son homélie du 25 octobre.

L'archevêque nigérian de 62 ans a ensuite exprimé son mécontentement face aux relations interpersonnelles malsaines dans le pays le plus peuplé d'Afrique en disant : "Regardez ce que nous nous faisons les uns aux autres. Il ne s'agit pas seulement des militants qui tuent, des kidnappeurs qui kidnappent, des bandits qui terrorisent, mais aussi de la façon dont même nous, les gens "normaux", nous traitons ou traitez nos voisins".

Il s'est également joint aux membres de la Conférence des évêques catholiques d'Afrique australe (SACBC) pour tenter de clarifier la suggestion du Pape François d'avoir des "lois sur l'union civile" pour ceux qui s'identifient comme lesbiennes, gays, bisexuels ou transgenres (LGBT), une remarque qui a déclenché une série de controverses depuis la sortie du documentaire "Francesco" le 21 octobre.

"En enseignant sur l'amour qui se soucie, le Saint-Père, le Pape François parle de tout le monde étant précieux pour Dieu", a déclaré Mgr Kaigama, et a expliqué : "Le Pape dit simplement que parce que l'amour qui jaillit de Jésus est patient, bon, indulgent et inclusif, les pécheurs, y compris les ivrognes, les prostituées, les meurtriers, les voleurs, etc. ” 

Un chrétien est appelé à "faire preuve d'hospitalité et non d'hostilité ; à aimer le pécheur, mais à haïr le péché, à avoir et à montrer un amour réel, vrai et constant", a déclaré l'archevêque d'Abuja, ajoutant : "Nous avons tous un devoir et une responsabilité les uns envers les autres, envers nos jeunes, nos familles et la société dans son ensemble".

"Nous devons créer une société qui se soucie de chaque citoyen, où personne n'est considéré comme inutile ou de seconde classe ou paria, moins précieux, moins éduqué, moins civilisé, moins humain, etc.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]