Mgr Kaigama : "Manifestez, parlez, criez, utilisez les médias, faites-le de manière positive mais sans destruction"

Mgr Ignatius Kaigama, archevêque du diocèse d'Abuja au Nigeria, s'exprimant lors de la célébration du 90e anniversaire de la paroisse Holy Ghost dans le diocèse de Makurdi, le dimanche 1er novembre 2020.
Credit: Diocèse de Makurdi/Page Facebook

Un archevêque au Nigeria a souligné la nécessité d'organiser des manifestations pacifiques, alors que des rapports font état de pillages et de destructions de biens lors des manifestations nationales organisées par les jeunes.

Mgr Ignatius Kaigama, qui se trouvait dans le diocèse de Makurdi au Nigeria le dimanche 1er novembre, a présenté quelques moyens constructifs de protester, notamment en engageant les médias et en "faisant du bruit". 

"La meilleure chose à faire est de manifester, de parler, de crier, d'utiliser les médias et de le faire de manière positive mais sans détruire. Continuez à faire du bruit. Le bruit peut faire tomber tout un gouvernement. Mais quand vous commencez à attaquer des gens, à tuer des gens, à détruire des installations publiques, je vous le dis, vous perdez la tête", a déclaré Mgr Kaigama.

Les manifestants peuvent exprimer leur mécontentement face au statu quo en disant "Nous ne voulons pas ceci, nous ne voulons pas cela", a déclaré l'archevêque, ajoutant que si les manifestants peuvent "se déplacer dans les rues", ils doivent "être pacifiques et en ordre". 

Faisant référence aux manifestations pacifiques dans les rues, l'archevêque nigérian a déclaré : "Restez là deux jours ou une semaine, peu importe, je vous dis que vous verrez le changement qui se produira. Parlez sans faire trop d'histoires. ”

Mgr Kaigama, qui est l'Ordinaire de l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria, a prononcé son homélie lors de la célébration du 90ème anniversaire de la paroisse Holy Ghost dans le diocèse de Makurdi, qui se trouve dans la province ecclésiastique d'Abuja. 

Il a ensuite évoqué les débuts des manifestations menées par des jeunes au Nigeria contre les accusations de harcèlement, d'enlèvement et d'extorsion par la police en général et par l'Escouade spéciale de lutte contre le vol (SARS) en particulier, qui ont eu lieu dans le cadre de la manifestation #EndSARSprotest.

"Le premier acte de manifestation des jeunes était très louable car ils ont mis à nu la pourriture de notre société. Ils ont montré où les choses vont mal et où nos dirigeants doivent se tenir et corriger les choses", a rappelé Mgr Kaigama. 

Il a exprimé son soutien aux manifestations de EndSARS qui ont commencé comme une campagne pour mettre fin à la brutalité policière en disant : "Ce que les jeunes réclamaient récemment était très sincère. Les jeunes se sont rassemblés pour dire que quelque chose ne va pas dans notre société et que nous devons faire quelque chose pour y remédier".

"Vous terminez l'école sans travailler ; vous voulez boire de l'eau, ils vous font payer très cher ; que la brutalité qu'ils subissaient entre les mains des forces de l'ordre était suffisante", a raconté l'archevêque en évoquant certains des griefs formulés par les jeunes manifestants.

Il a ajouté, en référence aux jeunes qui ont participé à la manifestation inaugurale #EndSARSprotest, "Ils sont fatigués et ils voulaient que le monde les entende. Ils se sont donc réunis et ont utilisé la manifestation d'EndSars comme point de départ. ”

Mgr Kaigama a regretté que certaines personnes aient infiltré les manifestations, détruisant ainsi leur objectif initial. 

"Ce sont ces mauvaises personnes qui me rendent triste", a déclaré l'archevêque nigérian, ajoutant que le pillage et la destruction des biens, c'est comme faire "un pas en avant et trois pas en arrière".

Il a expliqué : "Vous vous promenez en détruisant des hôpitaux, des commissariats de police, des bureaux. Vous vous détruisez parce qu'ils vont utiliser l'argent qu'ils auraient pu utiliser pour autre chose pour reconstruire ces choses que vous avez détruites. ”

"Même ces grands hommes, si vous détruisez leurs maisons, ils vont quand même prendre de l'argent dans le coffre commun pour reconstruire leurs maisons. Vous êtes toujours le perdant", a-t-il expliqué.

Dans son homélie du 1er novembre, l'archevêque de 62 ans a également déclaré que les manifestations de #EndSARS ont été déclenchées par le fait que les dirigeants politiques du pays n'ont pas écouté les appels des Nigérians à mettre fin à la corruption dans le pays.

"Ne prétendons pas qu'il n'y a pas de problème dans le pays. Ne nous comportons pas comme l'autruche qui s'enfonce la tête dans le sable et faisons comme s'il n'y avait pas de danger. Il y a du danger ! La brutalité que nous subissons entre les mains de la police a suffi, et les jeunes l'ont dit", a observé Mgr Kaigama. 

Il a poursuivi en notant que les jeunes ont également mis en lumière ce dont les membres de la Conférence des évêques catholiques ont parlé, exprimant l'espoir que les protestations réveillent la volonté politique des dirigeants et de toute autre personne d'agir.

A travers les manifestations, a déclaré Mgr Kaigama, les jeunes ont mis en lumière les problèmes "d'éducation, d'eau, d'infrastructures et de corruption", dont les évêques du pays parlent "chaque fois que nous nous sommes rencontrés depuis 1960".

"Arrêtez la corruption pour que les richesses de ce pays puissent circuler. Nous avons continué à le dire, mais les gens n'ont pas écouté", a-t-il déclaré en rappelant les déclarations des membres de la Conférence des évêques catholiques du Nigeria (CBCN) publiées précédemment et a ajouté : "Maintenant, les jeunes sont venus et ils le disent avec force. J'espère que cela nous réveillera. J'espère que la prochaine dispense politique sera à la hauteur de la tâche".

Il a déploré la direction que prend la nation la plus peuplée d'Afrique par le biais de ses dirigeants en disant : "Nous avons été poussés par des intérêts égoïstes, matérialistes et égocentriques quotidiens. Nous avons été poussés par des sentiments religieux, des sentiments tribaux, des sentiments politiques partisans et c'est pourquoi nous ne pouvons pas grandir". 

"Si tout le monde appliquait toutes les valeurs qui nous ont été enseignées à l'école et dans la famille, le Nigeria serait un meilleur endroit", a ajouté l'archevêque, qui a poursuivi : "Mais quand nous allons là-bas, nous disons que tout le monde fait la même chose, la corruption ; si nous ne pouvons pas les battre, nous les rejoignons et c'est notre problème".

L'Ordinaire d'Abuja a également exprimé son inquiétude face à la violence persistante entre les tribus Tiv et Jukun en disant : "Au lieu d'utiliser le peu de temps dont nous disposons pour faire des choses comme la pêche, l'agriculture et nous amuser, nous nous battons et nous nous battons et cela ne nous mène nulle part. ”

Faisant référence à la violence récurrente, il a posé la question suivante : "Depuis combien de décennies combattons-nous maintenant ? Personne ne peut dire qu'il a gagné quoi que ce soit. Au contraire, nous avons subi des pertes énormes". 

"Ce monde n'est pas notre maison, le temps dont nous disposons est très court. Nous ne faisons que passer. Pourquoi ne pas utiliser ce temps à bon escient. Embrassez votre frère, embrassez votre sœur. Si nous nous battons et que nous nous détruisons les uns les autres, nous ne faisons que nous détruire nous-mêmes", a-t-il souligné.

Faisant référence aux lectures de la Toussaint célébrée le dimanche 1er novembre, Mgr Kaigama a demandé l'intervention de Dieu pour aider son peuple à comprendre que "nous sommes frères et sœurs et qu'au ciel il n'y a pas de tribu, il n'y a pas de religion, c'est seulement pour ceux qui ont bien réussi".

"Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils et filles de Dieu. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Alors, soyons des artisans de paix, soyons purs de cœur pour pouvoir voir Dieu", a déclaré Mgr Kaigama, en faisant particulièrement référence à la lecture de l'Évangile.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]