Ce que les ravisseurs ont dit au cardinal camerounais pendant son enlèvement

Le cardinal chrétien Tumi répondant aux questions de ses ravisseurs.

Les détails de ce que les commanditaires de l'enlèvement du cardinal Christian Tumi lui ont dit ont été révélés dans une vidéo diffusée sur les médias sociaux. Le cardinal a été vu calme et recueilli alors qu'il répondait à certaines des questions de ses ravisseurs.

Dans cette vidéo de 5,47 minutes, le cardinal camerounais qui avait été enlevé le soir du 5 novembre aux côtés de 12 autres personnes, dont le chef traditionnel de la tribu Nso Fon Sehm Mbinglo II, est accusé par les ravisseurs de "créer des problèmes dans notre territoire" et qu'ils l'avaient retenu pour "interrogatoire".

"Nous étions à notre poste de contrôle, parce que nous avons besoin de connaître qui entre dans notre territoire et qui en sort. Malheureusement, nous vous avons rencontré sans que vous nous ayez informés que vous entreriez dans notre territoire. Nous ne vous avons pas kidnappé, nous vous avons fait sortir pour vous interroger", raconte un membre du groupe séparatiste au Cardinal.

Le cardinal Tumi répond qu'il ne venait pas sur le territoire des séparatistes, mais plutôt " Je passais mon chemin".

"Nous avons une allégation à votre sujet selon laquelle vous êtes celui qui crée des problèmes sur notre territoire ... appelant les combattants qui sont sur le terrain, les forces de restauration d'Ambozonie à déposer les armes", dit-il au cardinal dans un entretien où seules deux voix sont écoutées.

Le cardinal Tumi répond : "Nous tous nous nous battons pour la paix. Même vous.”

On dit au cardinal : "Faites savoir au gouvernement que nous ne déposerons jamais les armes avant d'être libres parce que nous nous battons pour nos droits. Nous ne sommes pas des rebelles, nous ne sommes pas barbares comme le dit le gouvernement, nous luttons pour nos droits en tant que peuple". 

Le cardinal de 90 ans répond : "Je suis un citoyen camerounais comme vous. Je ne fais pas partie du gouvernement. Je suis totalement indépendant de ce que je dis. Je ne suis pas le porte-parole du gouvernement et je ne suis pas employé par le gouvernement".

"Si vous avez mal agi, je vous dirai que vous avez mal agi ; si le gouvernement a mal agi, je leur dirai qu'ils ont mal agi", répond le Cardinal.

Il poursuit : "Je prêcherai ce qui est vrai et ce qui est en accord avec mes convictions pastorales et bibliques. ”

"Personne n'a le droit de me dire de prêcher le contraire parce que j'ai été appelé par Dieu à prêcher la vérité", souligne le cardinal Tumi qui avait été enlevé à Baba I, un village situé le long de la route Bamenda-Kumbo dans la région du nord-ouest du Cameroun.

Le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun, les deux régions anglophones de la nation centrafricaine, connaissent des violences depuis 2016, après que le déploiement d'enseignants et de juges francophones dans la région anglophone historiquement marginalisée ait fait l'objet d'une résistance par des manifestations.

Les protestations, qui ont tourné à la violence, ont impliqué des avocats et des enseignants des régions anglophones qui ont résisté au déploiement de leurs homologues francophones en faisant valoir que les deux régions fonctionnaient selon des systèmes juridiques et éducatifs différents.

Dans la vidéo publiée sur la page Facebook du National Telegraph le 7 novembre, le cardinal Tumi est accusé de réclamer un système de gouvernement fédéral au Cameroun.

"Une autre allégation contre vous concerne la fédération. C'est l'allégation que nous avons entendue que vous vous battez pour le fédéralisme", a déclaré un membre du groupe séparatiste au Cardinal avant d’ajouter : "Nous ne nous battons pas pour la fédération ni pour un statut spécial parce que nous croyons que nous sommes un pays. Nous nous battons pour notre liberté. ”

Le cardinal Tumi, qui a pris sa retraite en novembre 2009 après avoir été évêque depuis janvier 1980, a répondu : "Il y a beaucoup de malentendus entre les citoyens d'un même pays". 

"J'ai posé la même question à un ancien professeur à la retraite. Elle n'a jamais quitté le village depuis le début des combats jusqu'à aujourd'hui. J'ai demandé à cette dame ce qu'il fallait faire maintenant pour que les enfants puissent retourner à l'école et pour que la paix revienne", raconte le cardinal.  

Il continue à raconter deux choses que la "dame à la retraite" lui a dites en disant : "La première, c'est que le président doit déclarer un cessez-le-feu. La deuxième chose est que l'armée doit retourner à la caserne, et ces garçons cachés dans les buissons et les forêts doivent sortir et déposer immédiatement leurs armes, et il y aura la paix, et les enfants pourront retourner à l'école.”

"Et je suis d'accord avec elle", dit le cardinal Tumi en référence aux suggestions faites par la "dame à la retraite" avant de déplorer le sort de nombreux Camerounais au milieu de la crise anglophone qui dure depuis quatre ans, "Beaucoup ont perdu la vie stupidement ! Je dis bêtement parce qu'il n'y a pas de véritable justification à la perte de vies". 

Après une nuit de captivité, le cardinal Tumi a été libéré le 6 novembre.

Le cardinal qui a été ordonné prêtre en avril 1966 pour le diocèse de Buea au Cameroun a souligné la nécessité d'un dialogue constructif et inclusif entre le gouvernement dirigé par le président Paul Biya et les dirigeants du groupe séparatiste afin de trouver une solution durable à la crise anglophone.

En juillet 2018, le cardinal, aux côtés d'autres chefs religieux, a convoqué la All Anglophone General Conference (AGC) dans le but de discuter des stratégies pour mettre fin à la crise prolongée. Cependant, le gouvernement n'a pas accordé l'autorisation et la réunion n'a pas eu lieu. 

En août 2019, le cardinal a lancé une croisade nationale en faveur de la paix dans les régions troublées du Cameroun.

Avec plusieurs résolutions adoptées au cours du Dialogue national qui a été présidé par le Premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute en octobre 2019, le cardinal Tumi et l'archevêque Andrew Nkea de l'archidiocèse de Bamenda ont mené des campagnes distinctes pour sensibiliser la population à ces résolutions.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]