Mgr Bibi Michael : L'église est "un moyen d'espoir pour les gens" au milieu de la crise anglophone

Mgr Michael Miabesue Bibi s'adressant aux journalistes à la fin de la messe pour marquer le 70ème anniversaire de l'érection canonique du diocèse de Buea au Cameroun.
Credit: ACI Afrique

L'Église est une source d'espoir pour le peuple de Dieu au Cameroun dans le contexte de la crise anglophone, a déclaré un évêque de la nation centrafricaine dans une interview avec ACI Afrique. 

Lors de l'interview du jeudi 10 décembre, Mgr Michael Miabesue Bibi a reconnu avec satisfaction la présence continue des membres du clergé parmi la population malgré les défis occasionnés par la crise qui dure depuis quatre ans.

"Malgré la crise, nous sommes allés de l'avant. Les prêtres ont fait beaucoup de travail et l'Église est devenue un moyen d'espoir pour les gens", a déclaré Mgr Bibi à ACI Afrique.

L'administrateur apostolique du diocèse de Buea, situé dans la région du sud-ouest du Cameroun, a ajouté que les gens "savent que tout n'est pas perdu parce que les prêtres vivent au milieu d'eux et continuent à les évangéliser, ce qui leur donne un certain sentiment d'assurance".

Réfléchissant à la manière dont la crise a affecté ceux qui sont sous sa responsabilité pastorale, l'évêque camerounais a déclaré : "Nous avons en fait deux zones pastorales qui connaissent des difficultés en raison de la crise - la zone de Muyuka avec sept paroisses et la zone de Muea avec trois paroisses". 

Les régions anglophones du Cameroun, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, ont plongé dans un conflit en 2016 après qu'une manifestation d'avocats et d'enseignants ait tourné à la violence. 

Un mouvement séparatiste armé revendiquant l'indépendance de la soi-disant république d'Ambazonie a vu le jour à la suite de la répression du gouvernement contre les manifestants.

Depuis lors, le violent conflit a entraîné le déplacement de plus de 679 000 personnes. Plus de 600 000 enfants n'ont pas pu aller à l'école dans les deux régions, et au moins 3 000 personnes ont perdu la vie au cours des escarmouches qui ont duré quatre ans.

Mgr Bibi, qui s'exprimait à ACI Afrique en marge de la célébration du 70ème anniversaire de l'érection canonique du diocèse de Buea au Cameroun, a déclaré que malgré la crise anglophone prolongée, "les 37 paroisses du diocèse sont toutes opérationnelles et les prêtres ne peuvent pas abandonner les chrétiens".

L'évêque qui est à la tête du diocèse depuis décembre 2019 a ajouté que l'une de ses premières tâches dans le diocèse était "d'aller dans tous ces domaines difficiles afin d'encourager les gens dans leur foi, de leur dire que Dieu n'abandonne jamais son peuple même dans les moments difficiles et difficiles".

"J'ai augmenté les effectifs dans ces paroisses afin de m'assurer qu'elles ont deux prêtres dans toutes les paroisses", a déclaré Mgr Bibi à ACI Afrique le 10 décembre. 

L'évêque camerounais de 49 ans, qui est également l'évêque auxiliaire de Bamenda, a exprimé son souhait de voir la crise anglophone prendre fin. 

"Notre prière et notre souhait est que, par la grâce de Dieu et en son temps, cette crise prenne fin afin que les chrétiens et les pasteurs puissent continuer à faire leur travail sans aucune hésitation", a déclaré l'évêque Bibi. 

Parlant de la controverse qui a assiégé l'Institut universitaire catholique de Buea (CUIB) en juin dernier lorsqu'il a procédé à des changements à la direction de l'institution, Mgr Bibi a exprimé sa gratitude à Dieu parce que "l'équipe que j'ai désignée pour prendre en charge l'administration de l'Université a effectivement pris le relais".

"Tout s'est déroulé sans heurts. Nous n'avons pas eu de défis majeurs", a-t-il déclaré et ajouté, "Nous continuons à prier pour que l'université continue à transmettre les connaissances qu'elle est censée transmettre, en maintenant sa mission et sa vision, qui est de former des leaders serviteurs qui seront capables d'influencer non seulement leur société mais le monde entier".

Dans l'interview du 10 décembre avec ACI Afrique, l'évêque camerounais a également réfléchi aux effets de la pandémie du COVID-19 sur le peuple de Dieu dans son diocèse.

"Jusqu'à présent, nous n'avons enregistré aucun cas grave et personne n'est mort au sein de notre famille cléricale", a déclaré Mgr Bibi, ajoutant : "Malheureusement, certains de nos chrétiens, à cause de leurs mouvements, ont perdu la vie à cause de la pandémie".

Il a poursuivi : "Nous remercions Dieu car même depuis l'apparition du coronavirus, j'ai envoyé la plupart des prêtres se faire tester pour le COVID-19, certains étaient positifs mais nous remercions Dieu car Mgr Samuel Kleda de l'archidiocèse de Douala a gracieusement accepté d'envoyer des médicaments. ” 

"Nous avons eu la possibilité de distribuer gratuitement ces médicaments à ceux qui ont été testés positifs", a déclaré l'administrateur apostolique de Buea, en faisant référence aux médicaments à base de plantes de Mgr Kleda destinés au traitement de COVID-19.

La COVID-19 aurait infecté quelque 24 963 personnes dans ce pays d'Afrique centrale et si 443 ont succombé au coronavirus, 23 344 autres se sont rétablies.

"Dans le diocèse de Buea, nous avons encouragé les fidèles à adhérer aux mesures préventives mises en place par le gouvernement afin de veiller à ce que les prêtres et les chrétiens ne contractent pas le virus ou ne le propagent pas", a déclaré Mgr Bibi à ACI Afrique le 10 décembre.

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]