Kenya : Une chercheuse plaide pour défaillants en difficulté dans le cadre de la pandémie du COVID-19

Alors que les petites et moyennes entreprises (PME) s'efforcent de se remettre des effets dévastateurs du confinement due au COVID-19, qui continue de ravager les économies du monde entier, une chercheuse d'une université catholique basée au Kenya a demandé aux bureaux de référence de crédit (CRB) de cesser de répertorier les mauvais payeurs qui luttent pour régler leurs dettes.

Selon Sharon Osembo, professeur d'études et de philosophie du développement à l'université Strathmore de Nairobi, énumérer les propriétaires de petites entreprises qui n'ont pas pu rembourser leurs prêts fait échouer leurs efforts pour accéder au financement de leurs entreprises.

"Les bureaux de référence de crédit ne doivent pas répertorier les personnes qui ont fait défaut de paiement. Lorsqu'une personne figure sur la liste du CRB, elle est qualifiée d'emprunteur à haut risque et avertit les fournisseurs de crédit d'être plus prudents lorsqu'ils prêtent à ces personnes. Cela affecte leur capacité à accéder à des services financiers à l'avenir lorsqu'ils en ont besoin", a déclaré Mme Osembo. 

Mme Osembo est l'une des cinq universitaires originaires de toute l'Afrique qui ont partagé leurs réflexions dans un rapport de Harambee Africa International (HAI) intitulé "COVID-19" : Résilience en Afrique subsaharienne", que les dirigeants de l'organisation basée à Rome ont envoyé à ACI Afrique le 16 novembre.

Les cinq personnes interrogées se sont penchées sur les effets de la COVID-19 dans leurs pays respectifs et ont tenté de prédire les conséquences de la pandémie.

Partageant sa réflexion sur le thème "La chute et l'essor des PME au Kenya à la suite de la pandémie de COVID-19", Mme Osembo a fait remarquer qu'au Kenya, les PME qui fournissent des emplois à 80 % de la population étaient déjà défavorisées en raison de facteurs tels qu'une économie médiocre, le manque d'accès au crédit et la bureaucratie avant même que COVID-19 ne frappe.

L'universitaire kenyan a déclaré que la pandémie a aggravé les défis auxquels les PME étaient déjà confrontées, entraînant des pertes d'emplois, l'épuisement des économies et des décès.

Les fermetures en Chine, a-t-elle dit, ont entraîné une perturbation de la chaîne d'approvisionnement de nombreuses entreprises mondiales.

"La restriction locale et internationale de la circulation a entraîné une diminution de la clientèle, ainsi que des clients qui thésaurisent de l'argent en raison d'un avenir incertain", a déclaré Mme Osembo.

Selon l'expert, le gouvernement kenyan a un rôle plus important à jouer dans la création d'un environnement commercial favorable, en particulier pour les PME.

"Le gouvernement kenyan devrait reconsidérer le moratoire sur la dette et retarder le paiement des dettes car de nombreuses entreprises traversent des difficultés financières", a-t-elle déclaré, ajoutant : "Outre la recherche de financement pour les start-ups et la croissance des PME, l'accent devrait également être mis sur la recherche des facteurs critiques qui permettront aux PME kenyanes d'être compétitives au niveau national et international".

Le gouvernement, a-t-elle dit, devrait également s'efforcer de renforcer les politiques qui contribuent au flux des échanges commerciaux, en particulier pour les différents blocs commerciaux régionaux.

De telles politiques, a déclaré Mme Osembo dans son rapport, permettront aux PME d'identifier d'autres marchés africains où elles pourront s'approvisionner en matières premières ou vendre leurs produits.

Selon l'universitaire kenyan, COVID-19 a donné un coup de pouce unique aux entrepreneurs qui s'occupent maintenant d'équipements de traitement pour assurer la sécurité contre la pandémie.

En raison des inquiétudes concernant la propagation et la transmission du COVID-19, la demande de nouveaux produits tels que les équipements de protection individuelle (EPI) et les désinfectants est montée en flèche, a-t-elle déclaré.

Au Kenya, les entreprises des zones franches d'exportation (ZFE) ont saisi l'occasion pour préparer des EPI, des masques et des produits d'assainissement.

"C'est une bonne nouvelle pour le Kenya car le pays exploite un potentiel manufacturier qui était auparavant sous-estimé", a déclaré Mme Osembo.

Elle a salué le gouvernement kenyan pour avoir donné un coup de fouet à l'industrie textile en chargeant les acteurs de l'industrie de fabriquer les EPP et a exhorté le gouvernement à continuer à investir dans le secteur pour maintenir et renforcer ses acquis.

Les quatre autres professionnels qui partagent leurs réflexions dans le rapport HAI sont Martin Drakard, un journaliste travaillant au Kenya, Raoul Kienge-Kienge Intudi de la République démocratique du Congo (RDC), Ahouré Alban de Côte d'Ivoire et Gabriel Dinda de l'Université de Strathmore.

HAI a fourni divers points de discussion pour guider les réflexions. Cette pandémie va-t-elle façonner l'avenir de l'Afrique ? Et comment ? Les gouvernements africains seront-ils en mesure de s'attaquer efficacement à la crise sanitaire mondiale et à ses effets économiques et sociaux ? Quelles sont les opportunités qui pourraient se présenter dans un avenir proche ? Dans quels domaines ?

Dans sa réflexion intitulée "Covid-19 : A Challenge to Improve Kenyan's Life", Martin Drakard, journaliste au Kenya, a observé que COVID-19 avait créé un fossé entre quelques nantis et la majorité des démunis, notamment en matière d'accès à l'éducation et à la technologie.

"Les chanceux poursuivent leur éducation, avec des cours en ligne... Mais il s'agit d'une petite minorité, avec un accès régulier au Wi-Fi et qui vit dans les villes", a déclaré M. Drakard.

Même dans ce cas, a-t-il ajouté, les programmes en ligne ont une efficacité limitée car ils ne semblent pas permettre un apprentissage interactif.

Le journaliste basé au Kenya a souligné les vices qui ont été signalés chez les écoliers, notamment les grossesses d'adolescentes, la toxicomanie et le travail des enfants, qu'il a imputé à la fermeture de COVID-19.

"Dans les zones moins urbanisées du pays, et dans les grands bidonvilles où il y a moins de commodités et moins d'accès à la technologie, mais où un enfant à la maison signifie une main supplémentaire, ainsi qu'une bouche supplémentaire à nourrir, certains enfants se sont tournés vers le colportage de marchandises, la pêche, la conduite de boda-boda, et même l'exploitation minière dans l'ouest du Kenya", a-t-il déclaré, soulignant certaines des activités auxquelles les apprenants se livrent en restant loin de l'école.

"Il est tout à fait possible que beaucoup de ces enfants ne retournent pas à l'école une fois que l'apprentissage aura repris", a déclaré le journaliste, qui a ajouté : "Il est également probable que de nombreuses écoles communautaires ou privées dans les zones pauvres ne rouvriront pas, ayant perdu une année de revenus".

Drakard a ajouté que dans les régions éloignées, où les écoles ne sont pas surveillées, il y a eu des cas de pillage et de vandalisme, et que la nourriture stockée pour le premier trimestre a été volée ou laissée à pourrir.

Dans de nombreuses régions de ce pays d'Afrique de l'Est, les salles de classe ont été transformées en abris pour les squatters et le bétail.

Le rapport de HAI, partagé avec ACI Africa le 16 novembre, est le quatrième que l'organisation a fait "au cours des dernières années", selon le vice-président de l'association, Manuel Sanchez.

L'association vise à promouvoir "des discussions approfondies sur le développement en Afrique, contribuant à la diffusion d'informations correctes sur le continent et avec l'ambition d'essayer de nouvelles façons d'exprimer la culture du développement humain, l'ambition d'aller au-delà des modèles actuels", a déclaré M. Sanchez à l'ACI Afrique dans un rapport de novembre 2019.

Dans le rapport du 16 novembre, M. Sanchez a déclaré à ACI Afrique que, bien que les chiffres de la nouvelle infection COVID-19 soient encore faibles en Afrique subsaharienne, les conséquences économiques et sociales des mesures visant à arrêter la propagation du virus semblent dramatiques.

Toutefois, selon M. Sanchez, "c'est précisément à un moment de vulnérabilité accrue que des processus de résilience sont mis en place pour résister et réagir à la crise, la transformant, si possible, en opportunités de croissance".

Il a ajouté : "Et c'est sur ce thème que portent les réflexions recueillies par Harambee, grâce à la contribution de plusieurs représentants faisant autorité du monde académique et institutionnel en RD Congo, au Kenya, en Côte d'Ivoire".

Abonnez-vous gratuitement au bulletin d'information d'ACI Afrique

À ACI Afrique, notre équipe s'engage à rapporter la vérité avec courage, intégrité et fidélité à notre foi. Nous fournissons les actualités d'Afrique, vues à travers les enseignements de l'Église catholique - afin que vous puissiez grandir dans votre foi catholique et prendre conscience du peuple de Dieu en Afrique.

Lorsque vous abonnez aux actualités d'ACI Afrique, vous recevez par courriel les dernières nouvelles dont vous avez besoin.

Utilisez le formulaire ci-dessous pour nous indiquer où nous pouvons envoyer les dernières actualités d'ACI Afrique.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
[email protected]